Un spot électoral israélien se vante que les bombardements sur Gaza l’ait ramenée à « l’âge de pierre »

 

Par Ali Abunimah, 21 janvier 2019

 

Benny Gantz, ancien chef de l’armée israélienne, se vante de la quantité de morts et de destructions qu’il a provoqués à Gaza dans une série de vidéos de campagne pour son nouveau parti politique publiées sur YouTube et les réseaux sociaux au cours du week-end.

Gantz espère remplacer Benjamin Netanyahu au poste de premier ministre d’Israël dans les élections programmées pour avril.

L’une des vidéos, ci-dessus, montre les images prises par un drone d’un quartier dévasté de Gaza en août 2014 après les 51 jours d’attaque israélienne sur le territoire.

Dans le titre de la vidéo, on lit « Des parties de Gaza sont retournées à l’âge de pierre ».

Sur fond de musique emphatiquement dramatique, les légendes sur l’écran annoncent : « 6.231 cibles détruites » et « 1.364 terroristes tués ».

Le spot déclare alors que ce carnage a procuré « 3 à 5 ans de tranquillité ».

Une deuxième vidéo montre à l’écran un compteur de morts qui amasse les cadavres jusqu’à atteindre le nombre de 1.364. Au fond, on aperçoit des Palestiniens qui organisent les funérailles.

La vidéo est encore une célébration dépravée du massacre.

Toutes les vidéos contiennent les mots « Seuls les forts gagnent ».

Et elles se terminent sur le slogan de campagne de Gantz « Israël avant toute chose », que l’on pourrait aussi bien traduire comme le Trumpien « Israël d’abord ».

Reconnaissance de crimes de guerre

En fait, l’attaque de 2014 sur Gaza, que Gantz a commandée, a tué 2.251 Palestiniens, dont 1.462 civils, parmi lesquels 551 enfants, selon une enquête indépendante commissionnée par le Conseil aux Droits de l’Homme de l’ONU.

Plus de 11.000 Palestiniens, dont 3.540 femmes et 3.436 enfants, ont été blessés, 10 pour cent d’entre eux souffrant d’incapacités permanentes.

Ainsi, d’après ce rapport indépendant, moins de 800, ou environ un tiers des tués, étaient des combattants – beaucoup moins que les 1.364 « terroristes » tués dont se vante Gantz.

Ceci veut dire que Gantz considère les civils palestiniens comme des cibles légitimes – reconnaissance effective de crimes de guerre.

C’est potentiellement une information utile pour les avocats des droits de l’Homme qui poursuivent Gantz et un autre officier supérieur israélien devant un tribunal hollandais pour le massacre de six membres de la famille du citoyen palestino-hollandais Ismail Ziada.

Une découverte essentielle du rapport commandé par l’ONU fut que la destruction massive et l’assassinat infligés par Israël, équivalant souvent des crimes de guerre, « ont peut-être constitué des tactiques militaires révélatrices d’une politique plus vaste, approuvée au moins tacitement par les décisionnaires au plus haut niveau du Gouvernement d’Israël ».

Une troisième vidéo se vante de l’exécution extrajudiciaire en 2012 d’Ahmad al-Jabari, chef militaire du Hamas à Gaza.

La dernière vidéo, après les autres qui célèbrent le massacre, présente Gantz comme un homme d’État qui espère « la paix ».

D’après les sondages d’opinion, le parti tout neuf de Gantz, Hosen Le Yisrael (Résilience israélienne), a des chances de remporter 13 des 120 sièges au Parlement israélien.

Les sondages montrent aussi que 31 pour cent des Israéliens choisiraient Gantz pour premier ministre face aux 42 pour cent qui pensent que Netanyahu conviendrait mieux.

On prévoit que le parti de Netanyahu, le Likoud, sortira en tête avec environ 31 à 32 sièges.

Variation sur un thème violent

Le slogan de campagne de Gantz « Seuls les forts gagnent » est une variation sur un tweet infamant de son principal rival Netanyahu qui, l’été dernier, a déclaré que « Les faibles s’écroulent, sont massacrés et sont effacés de l’histoire, tandis que les forts, pour le meilleur ou pour le pire, survivent ».

Miko Peled, militant et auteur de Le Fils du Général, a dit des nouveaux spots de Gantz qu’il serait « difficile d’imaginer une campagne néofasciste plus violente que celle là, par le nouveau loustic des élections israéliennes, le général criminel de guerre BennyGantz ».

C’est « tout sur la mort, la destruction, la puissance », a ajouté Peled.

En réalité, à cet égard, Gantz, comme Netanyahu, reflète exactement les idées et les caprices d’un public israélien qui envisage la volonté de verser le sang de Palestiniens sans défense, enfermés dans des ghettos après des décennies d’expulsion et d’occupation militaire, comme la démarche la plus authentique de gouvernance.

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine

Source : The Electronic Intifada