La réputation d’Israël en tant que « Startup Nation » s’effrite, selon une enquête

Par Rafaella Goichman, 12 Octobre 2020

Alors que les prouesses technologiques israéliennes sont plus fortes que jamais, d’autres pays surpassent Israël en tant que marque de haute technologie.

Israël a-t-il commencé à perdre sa
réputation de puissance de haute technologie ? Une récente enquête
auprès de cadres et de décideurs internationaux du secteur des
hautes technologies a révélé que la plupart d’entre eux ne
pouvaient pas identifier comme israéliens certaines des plus grandes
réussites technologiques du pays. Pendant ce temps, des pays rivaux
gagnent leur propre réputation de « startup ».

Les participants étaient plus susceptibles d’identifier Israël comme un centre religieux ou pour ses sites religieux (13%) que comme un centre de « technologie » ou de « logiciels » (10%) ou comme un centre d' »innovation » et de « recherche et développement » (8%). Parmi les 3 000 personnes interrogées, seules 22 ont identifié Israël principalement avec le terme « startup ».

Un modèle de voiture exposant la technologie Intel Mobileye à Las Vegas, Nevada, le 9 Janvier 2018 lors de l’évènement CES International.Crédit: John Locher/AP. Source: Haaretz.com

L’enquête, qui a été menée par
Bloom Consulting pour l’organisation à but non lucratif Vibe Israel,
a révélé que le surnom de « Startup Nation », avec lequel
Israël a été désigné il y a une décennie dans un best-seller du
même nom, est maintenant partagé par de nombreux pays qui sont
depuis lors devenus des puissances de la start-up à part entière.

L’Allemagne, la Roumanie et la Finlande
ont toutes donné naissance à un grand nombre de startups, a-t-il
noté. L’Union européenne a même créé une référence pour les
pays qui aspirent à ce statut.

Les plus grands succès technologiques
d’Israël, qui comprennent Check Point Software Technologies, Waze et
Mobileye, ont été identifiés par seulement 16% des chefs
d’entreprise comme étant israéliens. La plupart pensaient que Waze
était soit américain (il a été racheté par Google en 2013), soit
britannique.

Lorsqu’on leur demande si un produit
fabriqué en Israël bénéficierait d’une prime ou d’une remise par
rapport au prix moyen du marché, la réponse est la seconde, à
hauteur de 0,3 %.

En plus de l’enquête de base menée
auprès de 3 000 chefs d’entreprise sur 10 des marchés considérés
comme les plus importants pour Israël, Bloom a mené des entretiens
avec des personnalités du monde économique israélien, analysé les
données de 20 000 personnes interrogées dans le classement des
meilleurs pays du rapport américain News & World et examiné les
données de recherche sur Internet à partir de 2016. Israël a été
comparé à des pays considérés comme des centres de démarrage
rivaux, notamment les États-Unis, l’Estonie, la Finlande et la Corée
du Sud.

Les données de recherche ont montré
qu’Israël et les États-Unis ont été les premiers à faire des
recherches en ligne pour des termes liés à la haute technologie en
2016, mais que leur nombre a diminué depuis lors. Les recherches
concernant la Grande-Bretagne ont augmenté de 16 %, l’Estonie de 54
% et la Corée du Sud de 30 %.

Le rapport a trouvé particulièrement
inquiétant que les recherches liées à la création d’une
entreprise en Israël, telles que « créer une entreprise en
Israël », « fiscalité en Israël » ou « investir en
Israël », aient diminué ou n’aient pas augmenté depuis 2016.

Israël doit adopter une nouvelle
stratégie de marque unique qui s’adresse à l’ère post-coronavirus,
affirment les auteurs du rapport.

Israël conserve sa réputation dans le
domaine de la cybersécurité et des soins de santé. Mais même dans
le domaine de la cybersécurité, où Israël est classé numéro 2
après les États-Unis, l’enquête a révélé que les personnes
interrogées ne paieraient qu’une prime de 2 % pour un produit
israélien, contre 8 % pour un produit américain. Dans le domaine
des soins de santé, où Israël est classé n°4, il n’y a pas eu de
prime. En moyenne, les personnes interrogées ont déclaré qu’elles
paieraient 2 % de moins que pour des produits comparables en
provenance de Grande-Bretagne, des États-Unis et de Singapour.

Traduction GD pour l’Agence Media Palestine

Source: Haaretz