Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
image_pdfimage_print

Par Tamara Nassar, 4 mai 2020

Une scène de la série TV Exit 7 diffusée sur la chaîne satellite saoudienne MBC.

Les Palestiniens appellent au boycott du réseau TV MBC car celui-ci a diffusé deux séries télévisées porteuses de messages faisant la promotion d’une normalisation avec Israël

Umm Haroun et Exit 7 sont diffusées par la chaîne saoudienne pendant le Ramadan.

« Elle a outrepassé la normalisation jusqu’à une totale traîtrise » a déclaré PACBI, la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël.

PACBI appelle les téléspectateurs à boycotter la chaîne MBC durant le Ramadan à moins qu’elle ne cesse de diffuser ces séries, et les entreprises à ne pas faire de publicité sur ce réseau.

La scène en question

Une scène de Exit 7 a particulièrement suscité l’indignation parmi les téléspectateurs.

Elle montre deux personnages, interprétés par les acteurs saoudiens Nasser al-Qasabi et Rashid al-Shamrani, en train de discuter de la façon de faire des affaires avec les Israéliens.

« Et alors ? » dit le personnage d’al-Shamrani.

« L’ennemi, c’est quelqu’un qui n’apprécie pas la position que vous avez à son égard, et qui vous maudit jour et nuit, plus que les Israéliens » dit-il, faisant allusion aux Palestiniens qui, souvent, sont accusés par certains médias saoudiens d’ingratitude envers l’Arabie saoudite.

Al-Qasabi lui demande de développer.

« Tout dans nos vies touche à la Palestine. Nous avons fait la guerre pour la Palestine. Nous avons coupé le pétrole pour la Palestine » répond al-Shamrani, se référant apparemment à l’embargo sur les livraisons de pétrole de 1973.

« Du jour où ils ont formé (l’Autorité palestinienne), nous avons commencé à payer les salaires au détriment de nos propre priorités. Dès qu’ils en ont l’occasion, ils attaquent l’Arabie saoudite ».

Les relations secrètes entre l’Arabie saoudite et Israël remontent à des décennies.

« Exit 7 tente de promouvoir dans l’esprit de notre région qu’Israël est un ‘voisin frère et ami’ plutôt qu’un ennemi criminel » affirme PACBI.

Umm Haroun, l’autre série de MBC, a elle aussi suscité l’indignation parmi les téléspectateurs.

Elle raconte l’histoire d’une femme juive qui vivait au Bahreïn dans les années 1940 et qui parle de son patrimoine judéo-arabe.

La série commence par l’annonce de la création d’Israël, en dissimulant la Nakba de 1948 où 800 000 Palestiniens ont été victime d’un nettoyage ethnique et chassés de leurs terres par les milices sionistes.

Les séries se réfèrent explicitement à la Palestine en tant que « terre d’Israël ».

Cela « falsifie l’histoire » affirme PACBI, « en une préparation pour une normalisation renforcée avec l’ennemi ».

Le compte Twitter de propagande d’Israël en langue arabe a fêté les deux émissions de télévision et dénoncé l’indignation qu’elles suscitaient.

Cela s’inscrit dans le contexte d’une forte augmentation de la normalisation ces dernières années entre Israël et le bloc des États du Golfe soutenu par les États-Unis et dirigé par l’Arabie saoudite.

Certains États du Golfe ont jeté les bases d’une exhibition aussi manifeste en permettant aux athlètes israéliens de participer à des compétitions dans leurs propres pays, en effectuant des transactions commerciales avec les Israéliens, et en favorisant les liens avec Israël sous couvert de tolérance religieuse et culturelle.

Aucun État du Golfe n’entretient de relations diplomatiques avec Israël.

PACBI a loué le Koweït pour avoir résisté à la tendance à la normalisation avec Israël.

Une chaîne propriété du gouvernement

Depuis 2018, le gouvernement saoudien détient 60 % du groupe MBC qui a son siège à Dubaï.

MBC a été fondé en 1991 par les hommes d’affaires Saleh Kamel et Waleed al-Ibrahim dont la sœur était l’épouse de Fahd, le défunt roi d’Arabie saoudite.

La société a atteint une audience énorme au Moyen-Orient et ces dernières années, le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman a commencé à acquérir des actions dans la société.

En novembre 2017, alors qu’il confortait son pouvoir en tant que dirigeant de facto de l’Arabie saoudite, le prince héritier a rassemblé des centaines de membres de l’élite et de fonctionnaires du pays à l’hôtel Ritz-Carlton à Riyadh, où ils ont été retenus de force pendant des semaines.

Kamel et al-Ibrahim étaient parmi les personnes retenues à l’hôtel.

Quelques mois après la libération d’al-Ibrahim, il a été annoncé que le gouvernement saoudien avait acquis 60 % des actions du groupe MBC.

Ce n’est qu’après la finalisation des accords du transfert de propriété qu’al-Ibrahim a été autorisé à quitter le pays.

The End

Entre-temps, The End, une série de la télévision égyptienne a suscité une controverse d’un autre ordre.

Elle se déroule en l’an 2120, sur une Terre post-apocalyptique dominée par des clones cyborg. Dans le premier épisode, on voit un enseignant expliquer à ses élèves la chute des États-Unis et d’Israël.

Il déclare : « Tous les États de l’Amérique du Nord étaient unis, et ils s’appelaient les États-Unis d’Amérique, jusqu’à ce qu’ils commencent à s’affaiblir, à se désintégrer et se battre ». 

« Les États-Unis d’Amérique étaient le principal partisan de l’État sioniste. Quand les pays arabes ont eu l’occasion de se débarrasser de leur ennemi juré, une guerre a éclaté, qu’on appelle depuis la Guerre de libération de Jérusalem ».

Le ministère des Affaires étrangères d’Israël a condamné l’émission comme « malencontreuse et totalement inacceptable, en particulier entre des pays qui ont conclu un accord de paix entre eux pendant les 41 années passées » rapporte The Jerusalem Post.

La Jordanie et l’Égypte sont les deux seuls pays arabes à avoir des relations diplomatiques avec Israël, mais ces relations sont grandement contestées par les citoyens jordaniens et égyptiens.

Traduction : BP pour l’Agence Média Palestine

Source : The Electronic Intifada