image_pdfimage_print
Source : Abaca / Elle

Par Nadda Osman, le 8 juillet 2020

Le mannequin épingle la plateforme du réseau social pour avoir supprimé son post sur le lieu de naissance de son père et elle qualifie cet acte de « mesure d’intimidation »

La top-modèle palestino-néerlandaise Bella Hadid a interpelé Instagram sur la suppression d’un de ses posts, dans lequel elle partageait une photo du passeport de son père montrant son lieu de naissance en Palestine.

La mannequin de 23 ans a utilisé la plateforme de réseau social pour montrer fièrement le passeport américain de son père, Mohamed Hadid, aujourd’hui périmé, en soulignant que son lieu de naissance était la Palestine.

La raison pour laquelle la plateforme a choisi de retirer l’image n’est pas claire, mais Hadid a ensuite partagé une capture d’écran du message qu’elle a reçu d’Instagram, citant des violations des orientations de la communauté, notamment sur du harcèlement et de l’intimidation.

Hadid a riposté à la plateforme, en leur mettant un tag et en demandant pourquoi son post avait été supprimé.

« En quoi la part de fierté que j’éprouve à l’égard du lieu de naissance de mon père en Palestine  est de « l’intimidation, du harcèlement, un élément explicite ou de l’excitation sexuelle » ? Ne sommes-nous pas autorisés à être Palestiniens sur Instagram ? Pour moi, c’est de l’intimidation », peut-on lire dans son post.

« On ne peut pas effacer l’histoire en réduisant les gens au silence. Cela ne fonctionne pas comme ça », a-t-elle ajouté.

L’incident a déclenché des échanges plus larges sur les plateformes des réseaux  sociaux qui réduisent au silence les messages sur la Palestine.

De nombreux utilisateurs des réseaux sociaux ont, depuis, partagé les photos de Hadid en ligne, louant le mannequin pour avoir parlé de son origine.

Hadid a déjà parlé de son origine et de sa solidarité avec le peuple palestinien. En 2017, elle s’est jointe à une manifestation pro-palestinienne devant l’ambassade américaine à Londres, pour s’opposer à la reconnaissance par le président américain Donald Trump de l’ensemble de la ville de Jérusalem comme seule capitale d’Israël.

Elle s’est également exprimée sur Instagram en faisant part de ses réflexions sur la question, à l’époque, où elle qualifiait cette initiative de grand pas en arrière pour la paix.

« Un jour très, très triste, regarder les nouvelles et voir la douleur du peuple palestinien me fait pleurer pour les nombreuses, nombreuses générations de Palestine… Jérusalem est le foyer de toutes les religions… le traitement du peuple palestinien est injuste, unilatéral et ne devrait pas être toléré. Je suis avec la Palestine ».

La sœur aînée du mannequin, Gigi Hadid, a également utilisé les réseaux sociaux pour faire campagne pour la coexistence et l’égalité de traitement des Palestiniens et des Israéliens.

Comme ses filles, Mohamed Hadid, un promoteur immobilier né en 1948 dans la ville de Nazareth, aujourd’hui située en Israël, utilise régulièrement sa plateforme Instagram pour s’exprimer sur des sujets liés à la Palestine, tels que le droit au retour des Palestiniens déplacés de force depuis 1948, et la culture, l’alimentation et le patrimoine palestiniens.

Traduction : SF pour l’Agence Média Palestine

Source : Middle East Eye