Bibliothécaires et archivistes avec la Palestine : Déclaration de 2023 sur Gaza

Nous assistons à un génocide en Palestine, 75 ans après la Nakba, l’expulsion massive et continue de près d’un million de Palestinien.ne.s de leurs maisons pour créer l’État d’Israël en 1948.

Par Librarians and Archivists with Palestine, Octobre 2023

En tant que groupe de libraires, bibliothécaires, d’archivistes et d’autres travailleurs.euses de l’information engagé.e.s pour la justice en Palestine, nous avons travaillé pour comprendre comment l’histoire a été déformée pour couvrir l’enracinement de décennies de colonisation israélienne. Nous avons visité les vestiges du village septentrional de Saffourieh, l’un des centaines de villages rasés pour détruire la mémoire de ses habitant.e.s autochtones. Nous avons entendu nos collègues palestinien.ne.s parler de la destruction de leurs archives et de leur lutte pour préserver les documents communautaires qui relient les Palestinien.ne.s à leur terre. Aujourd’hui, nous assistons à un nouveau chapitre de la Nakba, alors que les forces d’occupation israéliennes procèdent à des frappes aériennes dans la bande de Gaza et, désormais, en Cisjordanie. À l’heure où nous écrivons ces lignes, 1,5 million d’habitant.e.s de Gaza, dont la plupart sont des réfugié.e.s d’agressions israéliennes antérieures, ont été déplacé.e.s de leurs maisons tandis que le blocus les prive de nourriture, d’eau, de carburant et de fournitures médicales essentielles. Aujourd’hui, nous appelons à l’honnêteté sur le passé et le présent. Nous appelons surtout à la liberté et à la justice pour les Palestinien.ne.s.

La lutte inébranlable du peuple palestinien pour la liberté est soutenue par la mémoire collective palestinienne de longue date que des décennies d’exil et de répression n’ont pas réussi à éradiquer. Cette mémoire est conservée dans les clés de maison encore portées au cou, dans les récits oraux et les archives familiales, dans les œuvres des artistes et des écrivains, et dans les appels des réfugié.e.s qui résonnent aujourd’hui dans le monde entier. Aux côtés de tous ceux et celles qui conservent et honorent cette histoire, nous offrons une solidarité particulière à nos collègues bibliothécaires et archivistes de Palestine.

En ce moment critique, nous devons utiliser nos outils de travailleurs.euses de l’information. Le soutien aux actions actuelles d’Israël s’appuie sur une vague déferlante de désinformation, la dernière en date d’une campagne de longue haleine visant à normaliser la colonisation et la violence israéliennes. Ceux et celles d’entre nous qui vivent dans des pays qui soutiennent Israël ont l’obligation particulière de renforcer leur maîtrise des médias et de dissiper la désinformation.

Nous appelons tout le monde à prendre les mesures suivantes :

  • S’informer sur le contexte historique et les causes profondes des événements actuels afin que vos actions et vos paroles soient bien informées.
  • Méfiez-vous du « parti pris de neutralité ». De nombreuses sources d’information s’efforcent de présenter les affirmations de chaque « camp » sans enquête indépendante ni mise en contexte, ce qui permet à la désinformation de se propager et d’obscurcir la nature des événements en cours.
  • Prenez position contre la censure et soutenez les universitaires, les militant.e.s et les journalistes qui ont parlé franchement de la situation en Palestine et qui ont dû faire face à des pertes professionnelles et à d’autres efforts pour faire taire leur voix.
  • Ayez ces conversations difficiles avec votre communauté et dénoncez la façon dont Israël traite les Palestinien.ne.s.

Nous recommandons Decolonize Palestine comme point de départ accessible pour en savoir plus sur la Palestine. Les bibliothécaires et archivistes avec la Palestine ont élaboré une liste de ressources pour les sources d’information et la poursuite de l’étude.

Enfin, nous affirmons que la liberté en Palestine est étroitement liée à la lutte mondiale contre le racisme et l’impérialisme. Ces forces se dressent entre nous et un monde dans lequel tous les peuples peuvent échanger des informations et des idées. En tant que travailleurs.euses de l’information qui s’efforcent de favoriser le dialogue et l’apprentissage, faire tomber ces barrières est notre plus grande vocation. De ce point de vue, nous soutenons fermement le droit de tous les peuples à résister à l’oppression.

En soutien à nos collègues en Palestine, en soutien au peuple palestinien et en soutien à la justice pour tous les peuples, nous émettons les demandes suivantes :

  • Nous demandons que le droit à l’information soit défendu en tant que composante essentielle de la liberté humaine et appelons les groupes de défense des droits de l’homme et les organismes gouvernementaux à faire pression pour le rétablissement de l’accès à Internet à Gaza, parallèlement à d’autres dispositions humanitaires.
  • Nous demandons instamment à la communauté internationale des travailleurs.euses de l’information de tenir compte de l’appel palestinien au boycott, au désinvestissement et aux sanctions (BDS) et aux travailleurs.euses américain.e.s de s’informer sur les tentatives de légiférer contre le BDS, qui constituent de sérieuses menaces pour les droits du premier amendement.
  • Nous appelons tous les travailleurs.euses de l’information à s’informer sur la propagande de guerre israélienne et à travailler à sa dissipation par des actions telles que le développement de collections, la programmation publique et l’enseignement universitaire qui incluent les voix palestiniennes et rectifient les récits déformés.
  • Nous insistons pour que nos gouvernements mettent fin à l’assistance militaire à Israël, à la couverture diplomatique des contraventions israéliennes au droit international et à toutes les autres formes de soutien à l’occupation des terres palestiniennes.
  • Nous demandons l’entrée immédiate de l’aide humanitaire à Gaza, la cessation des attaques et la fin définitive du siège.
  • Nous demandons la fin totale et complète de l’occupation israélienne et le respect du droit au retour de tous.tes les Palestinien.ne.s.

Ce n’est qu’en appliquant ces conditions qu’une paix juste et durable peut être instaurée.

Appui :

Association des bibliothèques abolitionnistes

Tamarack Free Library (Oakland, Californie)

Bibliothécaires et archivistes avec la Palestine (LAP) est un réseau de bibliothécaires, d’archivistes et de travailleurs.euses de l’information qui se définissent comme tel.le.s et qui sont solidaires de la lutte palestinienne pour l’autodétermination. Notre réseau se compose de membres individuels, d’un comité directeur et d’un conseil consultatif. Tout bibliothécaire, archiviste ou travailleur.euse de l’information qui accepte nos principes peut rejoindre le réseau, et aura alors la possibilité de rejoindre des groupes de travail et d’aider à divers projets à court terme et en cours. Notre comité consultatif palestinien comprend des bibliothécaires, des archivistes, des travailleurs.euses de l’information et des activistes travaillant dans des bibliothèques publiques, des bibliothèques universitaires, des archives, des musées et des ONG qui travaillent sur des questions allant des droits des prisonnier.e.s à la préservation de la mémoire culturelle.

Source: Librarians and Archivists With Palestinians

Traduction ED pour l’Agence Média Palestine

Retour haut de page