Olivia Colman, aux côtés de plus d’un millier d’artistes, accuse les institutions culturelles de censurer la Palestine

Par Susan Monk, le 30 novembre 2023

Plus de 1300 artistes, parmi elleux Olivia Colman, primée aux Oscar, Harriet Walter et Juliet Stevenson, primées aux Olivier Awards, Aimee Lou Wood et Siobhán McSweeney primées aux BAFTA, Paapa Essiedu (I May Destroy You), Susanne Wokoma (Enola Holmes), Youseff Kerkour (Napoléon), Nicola Coughlan (Derry Girls, Bridgerton), Amir El-Masry (The Crown) et Lolly Adefope (Ghosts), ont publié une lettre adressée aux secteur de la culture et des arts, accusant les institutions culturelles des pays occidentaux de :

 “réprimer, bâillonner et stigmatiser les voix et les opinions palestiniennes”. 

Ils se rendent coupables de cela en :

“ciblant et menaçant les carrières des artistes et des intermittent.es qui expriment leur solidarité avec les Palestinien.nes, en annulant des spectacles, des projections, des débats, des expositions et des sorties de livres.”

Dans cette lettre, les autrices Deborah Frances-White (The Guilty Feminist),  Kamila Shamsie (Home Fire), Marina Warner (Once Upon a Time: A Short History of Fairy Tales), Lara Pawson (This is the Place To Be), les scénaristes Abbie Spallen et Camilla Whitehill ainsi que les poétesses Daisy Lafarge, Malika Booker et Emily Berry affirment que :

“Malgré cette pression, des milliers d’artistes écoutent leur conscience et continuent de s’exprimer. La liberté d’expression, telle qu’inscrite dans le Human Rights Act et la Convention Européennes des Droits Humains et sont la colonne vertébrale de nos créations et sont essentiels à la démocratie.”

Parmi les exemples de censure, la lettre cite le ‘report’ de l’exposition londonienne d’ Ai Weiwei par la Lisson Gallery ; l’annulation de dernière minute par le Folkwang Museum de l’exposition Afrofuturism de la conservatrice Anais Duplan et l’annulation par le Saarland Museum de l’unique exposition de l’artiste Candice Brietz, ces deux dernières en Allemagne ; l’annonce par les producteurs de Hollywood qu’ils rompaient le contrat de l’actrice Melissa Barrero pour Scream VII

Dans chacun des cas, l’institution justifie l’annulation par les propos tenus par l’artiste soutenant les droits des Palestinien.nes et par le contenu de son travail.

Ce mois-ci, le Centre International Arnolfini pour les Arts Contemporains à Bristol, financé par des fonds publics, a annulé une série d’évènements, film et poésie, proposés par le Festival de Films Palestiniens de Bristol, prétendant que ces évènements pourraient “se transformer en activité politique”. Les évènements ont été déplacés dans d’autres lieux de la ville.

L’un des signataires de la lettre, Hassan Abulrazzak, dont la pièce ‘And Here I Am’, basée sur la vie d’un acteur palestinien et qui a été annulée à Paris en Octobre dernier, déclare :

“Cette censure est autant une frustration qu’une erreur. C’est le moment d’écouter les Palestinien.nes et de comprendre ce que sont leurs vies”. 

Les réalisateur.trices Emma Seligman (Bottoms), Hany Abu-Assad (Omar), Ken Loach (I, Daniel Blake), Aki Kaurismaki (Drifting Clouds), Sara Driver (Boom For Real: The Late Teenage Years of Jean Michel Baquiat), Sally El-Hosaini (The Swimmers), appellent les organisations culturelles à se joindre aux appels pour un cessez-le-feu permanent et à “soutenir les artistes et ouvrier.es qui soutiennent ouvertement les droits des Palestinien.nes”. 

Ielles accusent les organisations culturelles d’un “deux poids, deux mesures inquiétant”, déclarant que :

“les expressions de solidarité aisément offertes aux autres peuples subissant une oppression brutale, ne vont pas jusqu’aux Palestinien.nes”. 

La compositrice primée Jocelyn Pook, Robert del Naja de Massive Attack, David Sylvian et le compositeur électro Rrose, aux côtés des artistes visuel.les Vanessa Jackson, Sean Edwards, Larissa Sansour, Luke Fowler, John Smith, Rosalind Nashashibi, Paul Noble, Florence Peake, John Keane et P Staff, déclarent qu’ielles “sont solidaires de celleux qui subissent des menaces et des intimidations au travail”. 

Ielles alertent que : 

“de nombreux.ses artistes refusent de travailler avec des institutions qui ne respectent pas [les] obligations fondamentales” de protéger la liberté d’expression et l’anti-discrimination lorsqu’il s’agit de la Palestine. 

Deux milles poète.sses ont annoncé un boycott de la Poetry Foundation aux États-Unis après que son magazine ait refusé de publier une critique littéraire qu’il avait commandé. Des artistes et des écrivain.es à travers le monde ont déclaré qu’ielles ne travailleraient plus avec le magazine Artforum, et du personnel de la rédaction a démissionné en réaction au licenciement du rédacteur David Velasco qui avait publié une lettre, signée par 8000 artistes, qui demandait un cessez-le-feu et la ‘libération de la Palestine’.

Vendredi dernier, le bureau de l’ONU à Genève a publié un communiqué intitulé “S’exprimer sur le sujet de Gaza/Israël doit être autorisé”, s’“inquiétant des attaques, représailles, criminalisations et sanctions à travers le monde contre celleux qui expriment publiquement leur solidarité avec les victimes du conflit actuel entre Israël et la Palestine”. Les experts de l’ONU déclarent : 

 “des artistes, des universitaires, des journalistes, des militant.es et des athlètes ont subit des conséquences et des représailles particulièrement violentes de la part d’états et d’acteurs privés à cause de leur importance et de leur visibilité.”

Gabriel Frankel, conseiller juridique britannique au European Legal Support Centre, qui recense les répressions contre les militant.es des droits palestiniens, raconte :


“nous avons … vu des travailleur.ses du secteur être repoussée.es et poursuivre leur engagement pour la justice, et nous encourageons celleux qui sont préoccupé.es à contacter le ELSC pour être conseillé.es.”

Lire la lettre :

À l’attention du milieu des arts et de la culture,

Nous nous adressons à vous en tant qu’artistes et travailleur.ses cultururel.les uni.es dans notre engagement pour la justice, la dignité, la liberté et l’égalité pour tous les peuples en Israël/Palestine. Nous considérons toute vie comme précieuse et pleurons chaque mort.

Le niveau de violence actuel à Gaza exige notre attention à tou.tes et notre mobilisation.

Les membres du gouvernement d’extrême droite israélien appellent ouvertement au nettoyage ethnique.

Les mots ne suffisent pas à qualifier la cruauté que constitue le fait d’utiliser la famine comme arme de guerre et d’empêcher la population d’avoir accès à l’eau et à l’électricité.

La destruction massive des infrastructures civiles, le bombardement des hôpitaux, des écoles, des églises et des mosquées, le meurtre de 14 500  personnes en quelques semaines, font partie de la politique de punition collective contre la population palestinienne. Les Nations Unies et des centaines de juristes appellent la communauté internationale à empêcher le génocide.

En tant qu’artistes nous ne pouvons pas nous taire face à de telles violations flagrantes du droit international humanitaire.

Alors que la catastrophe se poursuit, nous avons remarqué une absence criante de déclaration de solidarité avec le peuple palestinien de la plupart des organisations culturelles du Royaume-Uni.

Nous trouvons très perturbant et, honnêtement, symptomatique d’un ‘deux poids, deux mesures’ inquiétant que les expressions de solidarité aisément offertes aux autres peuples subissant une oppression brutale, n’aillent pas jusqu’aux Palestinien.nes

Une telle différence de traitement soulève de sérieuses questions quant à la partialité réservée aux graves violations des droits humains.

Loin de soutenir nos appels pour la fin de la violence, de nombreuses institutions culturelles dans les pays occidentaux répriment, bâillonnent et stigmatisent systématiquement les voix et les opinions palestiniennes. Cela se traduit par le fait de cibler et menacer les carrières d’artistes et d’intermittent.es qui expriment leur solidarité avec les Palestinien.nes, ainsi que d’annuler des spectacles, des projections, des débats, des expositions et des sorties de livres.

Malgré les pressions, des milliers d’artistes écoutent leur conscience et continuent de s’exprimer. La liberté d’expression, comme inscrite dans le the Human Rights Act et la Convention Européenne des Droits Humains sont la colonne vertébrale de nos créations et sont essentiels à la démocratie. Nous rappelons aux organisations culturelles et à leurs financeurs leur obligation à protéger la liberté d’expression et à s’engager pour l’anti-discrimination.

En tant qu’artistes et travailleur.ses culturel.les, nous sommes solidaires de celleux qui subissent des menaces et des intimidations au travail. Le secteur des arts doit de toute urgence aligner ses actions avec ses valeurs déclarées de justice et d’inclusion, et refuser la déshumanisation du peuple palestinien.

Nous appelons le secteur des arts et de la culture à :

– Demander publiquement un cessez-le-feu permanent.
– Promouvoir et amplifier les voix des artistes, écrivain.es et penseur.ses palestinien.nes.
– Soutenir les artistes et travailleur.ses qui expriment leur soutien aux droits palestiniens.
– Refuser les collaborations avec les institutions
ou organismes complices de violations graves des droits humains.

Se taire face à une injustice d’une telle ampleur et une crise humanitaire grandissante serait l’abrogation de notre devoir moral. Faire taire les artistes et les travailleur.ses qui ont des principes et s’acquittent de cette responsabilité va à l’encontre de nos obligations légales concernant la liberté d’expression et l’anti-discrimination. De nombreux.ses artistes refusent de travailler avec des institutions qui ne respectent pas ces obligations fondamentales.

La lutte pour la liberté et contre le racisme pour les Palestinien.nes et les Juif.ves est une libération collective. Nous refusons d’opposer une communauté à une autre, et sommes fermement opposé.es à toutes formes de racisme, y compris l’islamophobie et l’antisémitisme.

Dans un esprit de justice, d’égalité, et des valeurs partagées par les arts, nous vous demandons de prendre une position de principe.

Exemples cités plus haut :

Ai Weiwei s’exprime sur l’annulation de son exposition à Londres, Novembre :
https://hyperallergic.com/856763/ai-weiwei-speaks-out-on-cancellation-of-his-london-exhibition-lisson-gallery

Des réalisateur.trices retirent leurs films de IDFA à cause de sa réponse au conflit en Palestine, Novembre
https://lwlies.com/articles/filmmakers-withdraw-work-idfa-palestine-conflict/

‘Ces quatre dernières semaines, je n’ai pas pu parler’: Adania Shibli s’exprime sur son annulation, Octobre/Novembre
https://www.theguardian.com/books/2023/nov/09/palestinian-author-adania-shibli-frankfurt-book-fair

Le Musée Kunsthalle Basel choisit une nouveau directeur, puis reçoit des menaces aux financements car il a signé des appels au cessez-le-feu à Gaza, Novembre
https://www.artnews.com/art-news/news/kunsthalle-basel-mohamed-almusibli-israel-gaza-ceasefire-letters-1234687215/

Wealthy art collectors discuss blacklisting UK artist following pro-Palestine posts, leaked messages show
https://www.instagram.com/p/Cz4E92qIqoF/?igshid=MzRlODBiNWFlZA

Artforum licencie son rédacteur après la demande en coulisses du riche mécène Martin Eisenberg. Le magazine avait publié une lettre, signée par 8000 artistes. Les carrières de ces artistes étaient menacées s’ielles refusaient de retirer leurs noms de cette lettre.
https://theintercept.com/2023/10/26/artforum-artists-gaza-ceasefire-martin-eisenberg/

Le Musée Arnolfini de Bristol annule la projection d’un film, une discussion et des évènements de poésie dans le cadre du Festival de Films Palestiniens de Bristol
https://www.bbc.co.uk/news/uk-england-bristol-67496228
Communiqué du Musée Arnolfini :
https://drive.google.com/file/d/14R_JQ5Q2jH9i8GEwpJHW-wESBIqBIdE4/view?usp=sharing

Des séries de 8 films sont annulées pour le Oberhausen Kurtzfilmtage de 2024, le plus vieux festival de courts métrages au monde. Le directeur du festival profère des accusations contre un donateur arabe, Novembre https://docs.google.com/document/d/e/2PACX-1vQaK-oj6ULio7lFnMPrdpJ28WbxQug016qYTfvr1mZ_V_nR0Z0lZIyoy-Xj13L1Hulw43Kdptof3Z_v/pub

Un historien critique l’annulation ‘lache’ d’une conférence sur Israël, Liverpool, Octobre
https://archive.li/HeGQk

Le Musée Folkwang, à Essen, annule l’exposition Afrofuturism après sa conservatrice ait fait un poste sur Instagram au sujet d’Israël-Palestine, Novembre https://www.instagram.com/p/Czl3iUyuvoz/?utm_source=ig_web_copy_link&igshid=MzRlODBiNWFlZA%3D%3D

La guerre entre Israël et Gaza provoque une série d’annulation d’évènements en Europe, Octobre
https://www.thenationalnews.com/world/uk-news/2023/10/21/israel-gaza-war-leads-to-a-raft-of-event-cancellations-in-europe/

Plus de 2000 poèt.esses et écrivain.es boycottent la Poetry Foundation (États-Unis) après le retrait d’une critique littéraire, Novembre

Le licenciement de David Velasco de ‘Artforum’ a provoqué une série de démissions et de boycotts, Octobre
https://news.artnet.com/news/artforum-fallout-david-velasco-2386956

Un musée allemand annule l’unique exposition de Candice Breitz à cause de ses positions politiques
https://twitter.com/hahauenstein/status/1728441449073787353
Dans Monopol arts magazine (en langue allemande)
https://www.monopol-magazin.de/candice-breitz-saarlandmuseum-absage-kommentar

Des politicien.nes coupent les financement d’Oyoun, un centre culturel ‘Queer, féministe, migrant et décolonial’ à Berlin, après qu’il est accueillit un évènement avec le groupe pro-palestinien Jewish Voice for Peace, intitulé ‘deuil et espoir’, Novembre.
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSd0Ni47hWpgKWZduBFe9TcFgfF37QwTj4Ejq97cxeo5HExl_g/viewform

Melissa Barrera virée de ‘Scream VII’ à cause des ses postes sur Gaza sur les réseaux sociaux, Novembre
https://www.hollywoodreporter.com/movies/movie-news/melissa-barrera-fired-scream-vii-1235669458/

Le Concours Littéraire Peter Weiss annonce vouloir remettre un prix à Sharon Dodua Otoo, puis se rétracte, Novembre
https://docs.google.com/document/d/1F2k3WQw-fjBPL_Om4VeLWux8IBOGXyDMjBv5S7lZrs4/edit?usp=sharing

Communiqué des Nations Unies : “S’exprimer sur le sujet de Gaza/Israël doit être autorisé”, Novembre
https://www.ohchr.org/en/press-releases/2023/11/speaking-out-gaza-israel-must-be-allowed-un-experts

Voici la liste complète des 1300 signataires de la lettre
Si vous êtes un.e artiste, vous pouvez ajouter votre nom ici

Source : Artists for Palestine

Traduction : LG pour l’Agence Média Palestine

Retour haut de page