À moins qu’Israël ne change de cap, il pourrait être légalement coupable de famine massive

Gaza est au bord de la famine. Si les États-Unis et le Royaume-Uni n’utilisent pas tous les leviers possibles pour arrêter la catastrophe, ils seront complices

« Peu importe qu’Israël ait l’intention de commettre un génocide ou non. À moins qu’Israël ne suive les recommandations du Famine Relief Committee, il causera sciemment la mort de masse par la faim et la maladie. C’est un crime de famine. » Photographie : Ashraf Amra/Anadolu via Getty Images

Par Alex de Waal, le 31 janvier 2024

Gaza connaît une famine de masse comme aucune autre dans l’histoire récente. Avant le déclenchement des combats en octobre, la sécurité alimentaire à Gaza était précaire, mais très peu d’enfants – moins de 1 % – souffraient de malnutrition aiguë sévère, la plus dangereuse. Aujourd’hui, presque tous les Gazaouis, quel que soit leur âge, n’importe où sur le territoire, sont en danger.

Il n’y a pas eu, depuis la Seconde Guerre mondiale, de cas où toute une population a été réduite à une faim et à un dénuement extrême avec une telle rapidité. Et il n’y a aucun cas où l’obligation internationale d’y mettre fin a été si claire.

Ces faits ont étayé la récente affaire de l’Afrique du Sud contre Israël devant la Cour internationale de justice. L’article 2c de la Convention internationale sur le génocide interdit « d’infliger délibérément à un groupe des conditions de vie destinées à provoquer sa destruction physique totale ou partielle ».

En ordonnant des mesures provisoires pour prévenir un génocide potentiel vendredi dernier, la CIJ n’a pas statué sur la question de savoir si Israël commet effectivement un génocide – cela prendra des années de délibération – mais les juges ont clairement indiqué que le peuple de Gaza est confronté à des « conditions de vie » dans lequel leur survie est en question. Même le juge Aharon Barak, nommé par Israël pour siéger au comité, a voté en faveur de l’aide humanitaire immédiate.

Mais une catastrophe humanitaire comme celle de Gaza aujourd’hui est comme un train de marchandises qui accélère. Même si le conducteur freine, son élan lui prendra plusieurs kilomètres avant de s’arrêter. Les enfants palestiniens de Gaza mourront par milliers, même si les barrières à l’aide sont levées aujourd’hui.

La famine est un processus. La famine peut être son résultat ultime, à moins qu’elle ne soit arrêtée à temps. La méthodologie utilisée pour classer les urgences alimentaires s’appelle le système de classification de la phase intégrée de la sécurité alimentaire, ou IPC. C’est une échelle de cinq points, allant de la normale (phase 1), stressée, crise et urgence, à la catastrophe / famine (phase 5).

Dans la catégorisation des urgences alimentaires, l’IPC s’appuie sur trois mesures : l’accès des familles à la nourriture, la malnutrition infantile et le nombre de personnes mourant au-dessus des taux normaux. « Urgence » (phase 4) voit déjà des enfants mourir. Pour une déclaration de famine, les trois mesures doivent franchir un certain seuil ; si une seule se trouve dans cette zone, c’est une « catastrophe ».

Le comité d’examen de la famine du CIP est un groupe indépendant d’experts qui évaluent les preuves des crises alimentaires les plus extrêmes, à l’instar d’une haute cour du système humanitaire mondial. Le comité a déjà évalué que l’ensemble de la bande de Gaza se trouve dans des conditions d’urgence. De nombreuses régions du territoire sont déjà en « catastrophe », a-t-il dit, et pourraient atteindre la « famine » au début de février.

Pourtant, la question de savoir si les conditions sont suffisamment mauvaises pour qu’une déclaration officielle de « famine » soit faite est moins importante que la situation actuelle, qui tue déjà des enfants. Gardez à l’esprit que la malnutrition rend le système immunitaire des humains plus vulnérable aux maladies provoquées par le manque d’eau potable et d’assainissement, et que ces maladies sont accélérées par la surpopulation dans les camps malsains.

Depuis l’adoption du CIP il y a 20 ans, il y a eu d’importantes urgences alimentaires en Afghanistan, en République démocratique du Congo, dans la région éthiopienne du Tigré, au nord-est du Nigeria, en Somalie, au Soudan du Sud, au Soudan et au Yémen. Par rapport à Gaza, celles-ci se sont déroulées lentement, sur des périodes d’un an ou plus, et ont frappé des populations plus importantes réparties sur des zones plus vastes. Des centaines de milliers sont morts, la plupart dans des situations d’urgence qui n’ont pas franchi la barre de la famine.

Et dans les famines les plus notoires de la fin du XXe siècle – en Chine, au Cambodge, au Biafra au Nigeria et en Éthiopie – le nombre de morts était beaucoup plus élevé, mais la famine était également plus lente et plus dispersée.

Jamais auparavant les professionnels de l’aide humanitaire de Gaza n’avaient vu une telle proportion de la population descendre aussi rapidement vers la catastrophe.

Toutes les famines modernes sont directement ou indirectement causées par l’homme – parfois par l’indifférence à la souffrance ou au dysfonctionnement, d’autres fois par les crimes de guerre, et dans quelques cas par le génocide.

L’article 8(2)b)(xxv) du Statut de Rome de la Cour pénale internationale définit le crime de guerre de la famine comme suit « utiliser intentionnellement la famine des civils comme méthode de guerre en les privant d’objets indispensables à leur survie, y compris en entravant volontairement les approvisionnements de secours prévus par les conventions de Genève ».

L’élément principal du crime est la destruction et la privation, non seulement de nourriture, mais de tout ce qui est nécessaire pour maintenir la vie, comme les médicaments, l’eau potable et un abri. Juridiquement parlant, la famine peut constituer un génocide ou des crimes de guerre même si elle n’inclut pas la famine pure et simple. Les gens n’ont pas à mourir de faim ; l’acte de privation suffit.

De nombreuses guerres sont des scènes de crime de famine. Au Soudan et au Soudan du Sud, c’est un pillage généralisé par des milices en maraude. Dans le Tigré éthiopien, les fermes, les usines, les écoles et les hôpitaux ont été vandalisés et brûlés, bien au-delà de toute logique militaire. Au Yémen, la plus grande partie du pays a été soumise à un blocus de la faim. En Syrie, le régime a assiégé des villes, exigeant qu’elles se rendent ou meurent de faim.

Le niveau de destruction des hôpitaux, des systèmes d’approvisionnement en eau et des logements à Gaza, ainsi que les restrictions du commerce, de l’emploi et de l’aide, surpassent tous ces cas.

Il est peut-être vrai, comme le prétend Israël, que le Hamas utilise les hôpitaux et les quartiers résidentiels pour son propre effort de guerre. Mais cela n’exonère pas Israël. Une grande partie de la destruction de l’infrastructure de Gaza par Israël semble être loin des zones de combat actif et au-delà de ce qui est proportionnel à la nécessité militaire.

Les cas historiques les plus extrêmes – comme l’Holodomor de Staline en Ukraine dans les années 1930 et le « plan de la faim » nazi sur le front de l’Est pendant la Seconde Guerre mondiale – étaient des famines génocidaires à une échelle immense. Gaza ne les aborde pas, mais Israël devra agir de manière décisive s’il veut échapper à l’accusation d’avoir utilisé la faim pour exterminer les Palestiniens. La famine est un massacre au ralenti. Et contrairement aux tirs ou aux bombardements, les mourants continuent de mourir pendant des semaines, même si le massacre est interrompu.

C’est le défi que doit relever le Conseil de sécurité de l’ONU lorsqu’il débattra bientôt des ordres provisoires de la CIJ à Israël. Le simple fait de permettre l’aide et de mettre un frein à l’action militaire d’Israël ne suffira pas à arrêter assez rapidement ce train de catastrophe.

Il y a plus d’un mois, le comité d’examen de la famine a écrit que « la cessation des hostilités et le rétablissement de l’espace humanitaire pour fournir cette aide multisectorielle et rétablir les services sont des premières étapes essentielles pour éliminer tout risque de famine ». En d’autres termes, il est essentiel de mettre fin immédiatement aux combats pour éviter un bilan catastrophique qui pourrait dépasser de loin le nombre de personnes tuées par la violence.

C’est la ligne de conduite. Pour la survie du peuple de Gaza aujourd’hui, peu importe qu’Israël ait ou non l’intention de génocide. Si Israël ne suit pas les recommandations du comité d’aide à la famine, il causera sciemment une mort massive par la faim et la maladie. C’est un crime de famine.

Source : The Guardian

Traduction : AJC pour l’Agence Média Palestine

Retour haut de page