Les Palestiniens se demandent pourquoi les colons qui les attaquent prennent la peine de dissimuler leur visage

Amira Hass, Haaretz, 20 avril 2024

Le meurtre de Binyamin Ahimeir en Cisjordanie a entraîné une vague de violence de la part des colons, sous la protection de l’armée. Mais ce n’était qu’un prétexte pour faire ce que les colons font toujours à plus petite échelle: répandre la peur, attaquer violemment des villageois et détruire des biens.

«Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi les colons qui nous ont attaqués étaient masqués. Après tout, personne ne les punira et personne ne leur fera quoi que ce soit», a déclaré dimanche un jeune Palestinien du village d’Al-Mughayyir. Il a été sauvé de justesse des assaillants israéliens qui ont envahi son village vendredi après-midi, environ 24 heures avant que le corps de Binyamin Ahimeir, l’adolescent juif assassiné en Cisjordanie le même jour, ne soit retrouvé.

Cette déclaration résume l’expérience collective des Palestiniens, qui dure depuis des décennies. Les colons tirent profit de la violence, qui sert l’objectif de l’État: s’emparer du plus grand nombre possible de terres palestiniennes. Grâce à cette violence systématique, des dizaines d’avant-postes agricoles israéliens non autorisés et de fermes d’élevage ont ouvertement chassé les Palestiniens de centaines de milliers d’hectares en Cisjordanie. Au cours des dernières années, la menace de la violence des colons a forcé des dizaines de communautés d’éleveurs palestiniens à plier bagage et à s’installer dans des zones construites dans les villages ou sur des terres voisines.

Lorsque le ministre de la défense Yoav Gallant a demandé aux colons «de ne pas se faire justice eux-mêmes», il n’a pas simplement répété le cliché creux que l’on entend habituellement dans ce genre de situation. Après tout, la loi n’est pas censée punir collectivement des personnes qui n’ont aucun lien avec le crime en mettant le feu à leur maison et à leur voiture. M. Gallant décrivait la réalité. L’application de la loi israélienne en Cisjordanie et le vol des terres palestiniennes – par des moyens bureaucratiques tels que l’expropriation, la confiscation, l’interdiction de construire et les démolitions, ainsi que par la peur, les menaces, la violence et l’expulsion de facto – sont les deux faces d’une même pièce.

Vendredi et samedi, les habitants d’une dizaine de villages palestiniens situés entre Ramallah et Naplouse ont vécu en sachant qu’ils étaient totalement exposés à des attaques organisées – plus violentes que d’habitude – par des Israéliens armés et protégés par l’armée. Les villageois n’ont personne pour les protéger, bien au contraire. Ils savaient que toute tentative de défense risquait de se solder par des morts et des blessés – comme cela s’est produit à Al-Mughayyir vendredi après-midi. Ils savaient aussi que l’armée était susceptible de faire une descente dans leurs maisons les nuits suivantes et d’arrêter tous ceux qui osaient essayer de tenir les colons à distance en lançant des pierres.

Le nouveau gouvernement palestinien a condamné l’attaque, comme tous ses prédécesseurs dans des occasions similaires. Mais il est lié par les accords d’Oslo, qui lui interdisent de protéger ses civils lorsque des Israéliens les attaquent, alors que l’armée israélienne protège les attaquants.

Dès vendredi après-midi, des rapports d’attaques de colons ont émergé des villages d’Al-Mughayyir, Turmus Ayya, Sinjil, Khirbet Abu Falah, Mazra’a, Luban al-Sharqiya, Atara, Duma, Qusra, Dir Dibwan et Silwad. Dans tous ces villages, les habitants ont informé les journalistes et le groupe WhatsApp « Recording settler attacks » (enregistrer les attaques des colons) d’une attaque après l’autre, d’une augmentation des foules de colons à l’entrée des villages, d’une nouvelle invasion et du blocage d’une route. Des messages enregistrés déconseillaient aux habitants de circuler sur les routes, et des photos prises à distance montraient des groupes d’Israéliens dispersés parmi les oliviers et les champs de la région.

Avant même que l’on sache qu’Ahimeir a été assassiné, et encore moins qui sont les suspects, des masses de civils israéliens qui semblent être des juifs religieux émergeant des avant-postes et des colonies de la région ont utilisé sa disparition comme excuse pour faire ce qu’ils font constamment depuis des années, juste à plus petite échelle: terroriser, attaquer les villageois, détruire les biens, empêcher les travaux agricoles et le pâturage, voler et bloquer les routes palestiniennes.

Selon les habitants d’Al-Mughayyir, au nord-est de Ramallah, Jihad Abu Alia – un jeune villageois qui a été tué par balle ce même vendredi après-midi – a été abattu par des colons et non par des soldats. Au moins quatre membres de sa famille, dont une femme et un garçon de 15 ans, ont été blessés par des tirs à balles réelles. Le garçon et la femme ont été touchés aux deux jambes, tandis qu’un homme a été blessé à la poitrine, ses proches affirmant que la balle avait presque atteint son cœur. Un autre homme a été blessé à la hanche, également par des tirs à balles réelles.

Les habitants ont déclaré que les soldats avaient protégé, par leur présence et leurs armes, les masses de civils armés, certains masqués, qui avaient fait irruption dans leur village. Comme dans des dizaines de cas, sinon plus, documentés au cours des 20 dernières années, les soldats n’ont pas empêché les envahisseurs de tirer, d’incendier des maisons et de voler un troupeau d’environ 120 moutons appartenant à un villageois – en le battant lorsqu’il a essayé d’empêcher le vol. Au cours du raid, un inconnu a abattu une vingtaine de bébés chèvres dans un autre enclos à Al-Mughayyir. L’homme grièvement blessé, Jihad Abu Alia, n’a pas pu être conduit à l’hôpital car les soldats avaient bloqué les sorties du village. Les villageois ont déclaré qu’il aurait pu être sauvé si on ne l’avait pas empêché d’être transporté dans une ambulance.

Des personnes ont porté les blessés sur plusieurs centaines de mètres pour les rapprocher de voitures privées qui pouvaient les conduire à l’hôpital, ont indiqué des villageois. Samedi matin, les villageois ont dû emprunter des routes de contournement pour ramener le corps d’Abu Alia de l’hôpital de Ramallah au village en raison des routes bloquées.

Samedi soir, dans le village de Beitin – proche de Ramallah et d’Al-Bireh au nord – un Palestinien de 17 ans, Omar Hamed, a été tué par des tirs à balles réelles lorsque des habitants se sont rassemblés à l’entrée sud-ouest du village et ont tenté d’empêcher les Israéliens de l’envahir. Les Palestiniens ont déclaré qu’un civil israélien avait tiré sur le jeune homme et l’avait tué.

Les Palestiniens ont également signalé que des civils israéliens avaient incendié d’autres maisons à Al-Mughayyir, ainsi qu’à Qusra et Douma. Des attaquants ont également mis le feu à des voitures. Les civils et les militaires israéliens ont bloqué les entrées des villages situés le long de l’axe Ramallah-Nablus, les Israéliens ont jeté des pierres sur des voitures portant des plaques d’immatriculation palestiniennes et ont tiré sur des maisons situées à la périphérie d’autres villages de la région, blessant encore plus de Palestiniens.

Au total, 91 Palestiniens de ces villages ont été blessés ce week-end: 39 par des soldats, 43 par des Israéliens et neuf dont on ne sait pas qui les a blessés. Environ la moitié d’entre eux ont été touchés par des balles réelles. Vingt-trois d’entre eux sont originaires d’Al-Mughayyir. Dans ce seul village, 21 maisons ont été entièrement brûlées par les Israéliens, qui ont également endommagé 32 véhicules et plusieurs structures agricoles, ainsi que des infrastructures d’approvisionnement en eau et d’évacuation des eaux usées. Au total, 360 arbres ont été vandalisés.

Dimanche, le jeune qui a demandé pourquoi les attaquants israéliens prennent la peine de dissimuler leur visage a rendu visite à des parents et à des habitants de son village qui, blessés par des tirs et des coups, ont été hospitalisés à l’hôpital gouvernemental de Ramallah. D’autres habitants d’Al-Mughayyir ont accompagné ou rendu visite à leurs proches blessés. Tous les patients et visiteurs ont parlé de la peur des enfants et de la crainte de les laisser seuls.

La peur des enfants n’est pas nouvelle. L’inquiétude pour les enfants n’a pas commencé le week-end dernier. Les Palestiniens de Cisjordanie ne savent pas non plus qu’ils sont totalement exposés à la violence des colons, sans aucune organisation locale ou internationale pour les protéger. Mais au cours des six derniers mois, la crainte d’une expulsion massive s’est ajoutée à la liste – expulsion non seulement de leurs terres agricoles, mais aussi de leurs maisons et de leurs villages, et de leur pays.

Les Palestiniens ont toujours dit que l’objectif du sionisme était de les expulser, comme il l’a fait massivement en 1948. Mais leur tactique du summud – la fermeté – a réussi, selon eux, à contrecarrer le plan israélien au cours des sept dernières décennies. Depuis le 7 octobre, l’hypothèse selon laquelle Israël tente de les expulser s’est renforcée. Ils observent les dizaines de milliers de civils tués à Gaza, les destructions dans l’enclave côtière, les masses de Gazaouis qui veulent partir à l’étranger pour se sauver, l’énorme pouvoir politique des colons et le discours israélien selon lequel l’expulsion «volontaire» est la solution.

Chaque attaque des colons, protégés par l’armée, est ainsi perçue par les Palestiniens comme une nouvelle étape dans la réalisation d’un plan israélien visant à les expulser de leur pays.


Traduction: Thierry Tyler Durden 

Source : Haaretz

Retour haut de page