Les kibboutzniks bloquent l’aide humanitaire à Gaza

La complicité dans le génocide ne se limite pas à la droite israélienne. Les membres de l’organisation libérale qui a été le fer de lance des manifestations anti-Netanyahou l’année dernière bloquent désormais l’aide humanitaire à Gaza.

Par Jonathan Ofir, le 18 juin 2024

Membres de la « Force Kaplan » lors d’une manifestation anti-gouvernementale à Tel Aviv, le 24 juin 2023. Les membres de la force Kaplan ont depuis bloqué l’aide humanitaire à Gaza alors que le génocide est en cours. (Photo : © Abir Sultan/EFE via ZUMA Press/APA Images)

La question des Israéliens qui bloquent physiquement l’aide humanitaire à Gaza a été abordée dans les médias grand public au cours des derniers mois. En mars, Clarissa Ward, de CNN, a rapporté que des militants israéliens de droite cherchaient à bloquer physiquement les points de passage vers Gaza où l’aide humanitaire était acheminée. Mme Ward a réfuté les affirmations des manifestants selon lesquelles les sacs de riz étaient remplis de munitions, en expliquant que les Gazaouis mouraient de faim, mais en vain.

Vendredi, l’administration Biden a émis une sanction sélective à l’encontre de la principale organisation bloquant l’aide, « Tzav 9 » – qui signifie « Ordre 9 », en allusion à l’ordre d’appel de la réserve militaire israélienne.

Le porte-parole du département d’État, Matthew Miller, a commenté cette décision : « Depuis des mois, des membres de Tzav 9 ont cherché à plusieurs reprises à empêcher l’acheminement de l’aide humanitaire à Gaza, notamment en bloquant des routes, parfois violemment, le long de leur itinéraire entre la Jordanie et Gaza, y compris en Cisjordanie… Nous ne tolérerons pas les actes de sabotage et de violence visant cette aide humanitaire essentielle… Nous continuerons à utiliser tous les outils à notre disposition pour promouvoir la responsabilisation de ceux qui tentent ou entreprennent de tels actes odieux, nous attendons des autorités israéliennes qu’elles fassent de même, et nous les exhortons à le faire.

Mais l’idée implicitement défendue ici que les « Tzav 9 » sont les seuls mauvais acteurs à blâmer est très trompeuse. Le blocage de l’aide humanitaire n’est que facilité par ces militants : c’est le gouvernement israélien qui est le principal responsable de l’utilisation de la famine comme arme contre l’ensemble de la population de Gaza. C’est même un élément clé de son génocide.

Dans son rapport, Clarissa Ward note à juste titre qu’un récent sondage de l’Institut israélien de la démocratie a montré que 68 % – plus des deux tiers – des Israéliens juifs s’opposent à l’aide humanitaire à Gaza. Le sondage indique en fait que 80 % des électeurs de droite (qui représentent environ 2/3 de la population) sont opposés à l’aide humanitaire à Gaza. Et peu importe que le Hamas et l’UNRWA soient exclus de la fourniture de l’aide – ils s’y opposent toujours. En d’autres termes, les manifestants de « Tzav 9 » ne sont que la partie émergée de l’iceberg.

De fait, ces militants de droite ont été rejoints par un autre groupe important : Les kibboutzniks, qui bloquent également physiquement l’aide humanitaire à Gaza.

La société des kibboutz en Israël est généralement connue pour sa veine socialiste de gauche. Mais depuis le début, elle est et a été un instrument de la prise de contrôle colonialiste israélienne et de l’apartheid. Comme l’a récemment déclaré le président du mouvement des kibboutz, Nir Meir, « les colons n’ont pas tort. La droite a raison : c’est ainsi que l’on s’empare des terres et que l’on les conserve, et elle a raison de dire que si nous, Israéliens, quittons un endroit, les Arabes viendront à notre place. La droite a également raison dans sa démarche : C’est par la colonisation et seulement par la colonisation que la souveraineté peut être imposée ».

Dimanche, le quotidien centriste israélien Maariv a rapporté que des vidéos circulaient désormais sur des membres de kibboutz qui bloquaient également l’aide humanitaire. La vidéo intégrée montre deux hommes du kibboutz Sdeh Boker (qui se trouve être le kibboutz de Ben-Gourion), militants de la « Koah Kaplan » – la « Force Kaplan », une organisation qui se déclare en opposition du gouvernement actuel. Elle porte le nom de la rue Kaplan à Tel-Aviv, où ont eu lieu les principales manifestations. La vidéo de Maariv, qui pourrait dater de février, montre les membres du kibboutz bloquant des camions au point de passage de Kerem Shalom vers Gaza. « Tsav 9 » a confirmé que la « Force Kaplan » faisait partie de l’effort de blocage de l’aide au cours des derniers mois.

Voici ce que disent les deux militants dans la vidéo :

« Je suis Boaz Sapir du kibboutz Sdeh Boker, je suis ici pour faire passer un message clair : le message est qu’il n’y a pas de droite ou de gauche. Que tous les kidnappés reviennent vivants. »

« Je suis Gilad Shavit, du kibboutz Sdeh Boker, et Boaz… Je suis venu transmettre le message suivant : les otages appartiennent à toute la nation d’Israël, toute la nation d’Israël veut que les otages reviennent, mais le gouvernement l’a oublié. Ce n’est pas possible – nous n’apporterons aucune aide [humanitaire] au Hamas tant que les otages ne seront pas rendus – c’est notre message ».

« Tout d’abord, fermez tous les interrupteurs électriques de Gaza. Je pense que dans cette bataille, il est interdit de permettre un effort humanitaire. Nous devons leur dire : écoutez, jusqu’à ce que les [captifs] soient libérés, de notre côté, vous pouvez mourir de faim. C’est tout à fait légitime.

Ce même message a été exprimé dès le début du génocide par l’homme qui a récemment été élu à la tête du parti travailliste israélien, Yair Golan. M. Golan est arrivé au parti travailliste par la gauche, après avoir fait partie du parti Meretz, qui n’a pas réussi à atteindre le seuil électoral lors des élections de novembre 2022. Le 13 octobre, M. Golan a préconisé d’affamer purement et simplement les habitants de Gaza :

« Tout d’abord, fermez tous les interrupteurs électriques de Gaza. Je pense que dans cette bataille, il est interdit de permettre un effort humanitaire. Nous devons leur dire : écoutez, jusqu’à ce que les [captifs] soient libérés, de notre côté, vous pouvez mourir de faim. C’est tout à fait légitime. »

Dans son article, Maariv pose une question évidente : le gouvernement américain va-t-il prendre des sanctions à l’encontre des activistes de la « Force Kaplan » ? Nous connaissons pourtant tous la réponse. L’administration Biden ne va pas sanctionner un mouvement qui représente les intérêts d’Israël.

Joe Biden se contente de gestes symboliques comme en mars, lorsqu’il a sanctionné quatre colons « qui menacent la paix, la sécurité ou la stabilité de la Cisjordanie ». Rashid Khalidi, professeur à l’université de Columbia, a fait la remarque suivante :

« C’est un peu comme s’il y avait un feu qui faisait rage, ils versent un peu d’eau dessus, et en même temps ils fournissent de l’essence pour attiser les flammes… Sanctionner quelques individus qui font partie d’une campagne de colonisation soutenue par le gouvernement israélien depuis cinquante-six ans est absurde en soi. Soit vous sanctionnez le moteur de plusieurs milliards de dollars, à savoir le gouvernement israélien et les dons américains exonérés d’impôts, soit vous ne prétendez pas vous opposer aux colonies. « 

Les États-Unis devraient empêcher les génocides, et non pas se prêter à des jeux de sanctions contre telle ou telle organisation. C’est Israël dans son ensemble qui commet ce génocide. Au lieu de cela, Joe Biden ne fait que s’en prendre aux acteurs de l’extrême droite, un acte symbolique, tout en poursuivant sa politique de soutien indéfectible au génocide israélien. 

Les kibboutzniks israéliens, souvent présentés par les démocrates libéraux comme le meilleur de la société israélienne, ne sont pas différents de « Tzav 9 » lorsqu’il s’agit de bloquer l’aide vitale aux Palestiniens de Gaza. Leurs paroles et leurs actes révèlent à quel point la société israélienne est dans son ensemble favorable au génocide.

Traduction : JB pour l’agence Media Palestine

Source : Mondoweiss

Retour haut de page