image_pdfimage_print

429260journalistepalestinien

RAMALLAH (Ma’an) – Le Centre Palestinien pour le Développement et la Liberté des Media (MADA) a dit dimanche que l’année 2014 a vu 465 violations de la liberté des media en Cisjordanie occupée, dans la bande de Gaza et à Jérusalem Est.

Ghazi Hanania, le président de MADA, a dit à des reporters que 2014 était « la pire, la plus mortelle et la plus dure année jamais vécue pour les journalistes et la liberté des media en Palestine, quant à la nature et au degré de violence endurés par les journalistes et la liberté des media et quant au nombre de délits et de violations commis, qui ont augmenté à un rythme record, sans précédent ».

Les forces israéliennes ont commis un total de 351 violations de la liberté de la presse, dont 112 ont été recensées à Gaza et 239 en Cisjordanie.

Sur la base de ces données, les violations israéliennes ont augmenté de 132% par rapport à 2013, tandis que les violations par les forces de sécurité palestiniennes à Gaza et en Cisjordanie ont augmenté de 46%.

Le directeur général de MADA, Mousa Rimawi, a dit que les violations israéliennes de la liberté de la presse comportaient des attaques, des meurtres, des blessures, la destruction de bureaux de presse, l’arrestation de journalistes et l’utilisation de la presse comme boucliers.

D’après le rapport de MADA, les violations par les forces de sécurité palestiniennes ont atteint leur plus haut niveau en 2014, depuis 2008.

« Cet accroissement dans les violations, en particulier en Cisjordanie, a été observé après la signature du dernier accord de réconciliation entre le Fatah et le Hamas en avril dernier, alors qu’il était censé débloquer la situation des libertés publiques, dont la liberté de la presse et la liberté d’expression ».

Le groupe a noté que la circulation de journaux affiliés au Fatah et au Hamas s’était améliorée à Gaza et en Cisjordanie depuis l’accord d’unité.

Les principales formes de violation des media par les forces de sécurité palestiniennes sont les attaques, les menaces, les arrestations et les convocations pour enquêtes, a dit le groupe.

MADA a dit condamner toutes les violations de la liberté des media en Palestine, et par dessus tout le meurtre de 17 journalistes durant la guerre de 50 jours à Gaza en juillet-août, dont le meurtre d’un photographe italien qui travaillait pour Associated Press.

Traduction: SF pour l’Agence Media Palestine

Source: Ma’an News