image_pdfimage_print

Manifestation en Afrique du Sud en solidarité avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim (photo d’archives)

D’anciens vaillants anti-apartheid et des ex-prisonniers politiques sud-africains ont exprimé lundi leur solidarité avec les Palestiniens actuellement en grève de la faim pour protester contre la politique israélienne de détention.

« Nous soutenons sans équivoque les exigences des prisonniers politiques palestiniens et condamnons fermement la détention illégale de femmes [et] d’enfants », a dit Mpho Masemola, leader de l’Association des Ex Prisonniers Politiques Sud-africains à des reporters de Johannesburg.

Il a appelé à des défilés pour manifester une solidarité mondiale et faire pression sur Israël pour qu’il mette fin aux arrestations de masse et aux abus envers les prisonniers.

Plus de 1.000 prisonniers palestiniens ont entamé lundi dernier [17 avril] une grève de la faim illimitée pour exiger la reprise des visites familiales en prison, de meilleurs soins médicaux et l’amélioration du traitement des femmes enfermées.

Le prisonnier palestinien en longue peine Marwan Barghouti, qui est en prison depuis plus de dix ans, a été le fer de lance de cette grève de la faim.

Il a écrit lundi 17 au New York Times : « J’ai été à la fois le témoin et la victime du système israélien illégal d’arrestations arbitraires massives et de mauvais traitements infligés aux prisonniers palestiniens. »

Il a dit, qu’après avoir épuisé toutes les autres possibilités, il avait décidé qu’il n’y avait pas d’autre choix que de résister contre les abus en poursuivant une grève de la faim.

Le valeureux anti-apartheid sud-africain Denis Goldberg, qui a subi la prison avec d’autres membres clés du mouvement anti-apartheid, a lui aussi condamné la politique israélienne.

« J’appelle les Juifs israéliens à soutenir la demande de justice pour le peuple palestinien », a-t-il écrit dans un message de solidarité lu en son nom lundi à une conférence de presse.

Neeshan Bolton, directeur exécutif de la Fondation Ahmed Kathrada – qui fait campagne pour une « Afrique du Sud non raciale, non sexiste et démocratique » – a dit que l’association manifesterait devant les parlements provinciaux dans tout le pays pour faire connaître la situation des prisonniers palestiniens.

Bolton a dit aussi qu’ils manifesteraient devant l’ambassade d’Israël.

« Nous demandons au gouvernement sud-africain et à l’Union Africaine d’augmenter la pression sur Israël afin qu’il mette fin aux arrestations arbitraires et aux abus contre les prisonniers », a dit Hassona Aldramly, fonctionnaire de l’ambassade de Palestine à Pretoria.

 

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine

Source : Middle East Monitor