image_pdfimage_print

AlQaws – pour la diversité sexuelle et du genre – 2 août 2019 

Une voix collective, assurée et responsable : halte à la violence contre les personnes LGBTQ (lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, et queers) en Palestine.

Le vendredi 26 juin 2019, un adolescent palestinien du village de Tamra, dans le nord de la Palestine (Palestine de 1948), était poignardé gravement par son frère en raison de son identité de genre et sexuelle présumée. L’incident a eu lieu près d’un refuge pour jeunes LGBT à Tel Aviv. Après avoir été opéré et être resté un moment en unité de soins intensifs, il a heureusement survécu et maintenant, il se rétablit à l’hôpital.

La violence contre les personnes LGBTQ en Palestine n’est pas un phénomène nouveau, cependant, avec cet incident, c’est la première fois qu’un crime d’une telle ampleur publique et dangereuse vise directement un Palestinien LGBTQ. Chaque jour, AlQaws a à traiter de nombreuses formes de violence contre la population LGBTQ, allant des injures verbales et psychologiques à des violences physiques, dont le harcèlement sexuel. Cependant, jusqu’à cet incident, les médias locaux palestiniens, et l’opinion publique, avaient rarement eu à couvrir et à débattre ouvertement de cette violence. Cela s’explique en partie en raison du manque d’interventions explicites ou de soutien public aux victimes des violences familiales pour éviter d’exposer leur orientation sexuelle ou identité de genre, de nombreuses victimes préférant l’ambiguïté, une option plus sûre. Cette attaque révèle combien notre société se rend complice en dissimulant et légitimant la violence contre les personnes LGBTQ. De plus, ce crime et la réaction sociale qui s’en est suivie soulignent à nouveau à quel point la violence contre les personnes LGBTQ en Palestine ne peut être dissociée de la violence contre les femmes ou de la violence coloniale en cours, y compris le Pinkwashing.

L’incident de l’agression au couteau a suscité une controverse dans les médias sociaux, allant jusqu’au blâme de la victime et à des insultes verbales. Néanmoins, et pour la première fois, les organisations de la société civile et différents mouvements et militants politiques et étudiants ont fait entendre leur voix contre la collusion de la société avec cette violence perpétrée contre les personnes LGBTQ. Ainsi motivé, le mouvement queer palestinien a fait appel aux organisations de la société civile pour qu’elles s’unissent et publient une déclaration responsable et collective appelant à la fin de la violence contre les personnes LGBTQ en Palestine. Trente-sept organisations palestiniennes de la Palestine historique ont signé la déclaration. Cette démonstration de force collective, dont l’origine est très diversifiée, est le résultat direct de deux décennies d’efforts inlassables menés par le mouvement queer palestinien, et du travail de terrain d’alQaws en matière de renforcement communautaire et de plaidoyer du peuple. 

Suite à la présence importante de la déclaration sur les médias sociaux et les sites d’informations, alQaws et sept autres organisations de la société civile ont organisé une manifestation pour protester contre la violence sur les personnes LGBTQ. AlQaws, en partenariat avec Adalah, a produit et publié une courte vidéo présentant des militants queers, féministes et étudiants, ainsi que des artistes et des journalistes, qui demandent à la société de se joindre à la manifestation, encourageant la population à prendre position contre la violence. La vidéo a été diffusée le mardi 30 juillet, avec des déclarations qui établissent un lien entre le déni social des personnes LGBTQ en Palestine et la violence à laquelle nous sommes confrontés, tandis que d’autres déclarations y dénoncent la complicité des médias locaux avec la violence, et d’autres encore qui se concentrent sur l’impact de la fragmentation coloniale sur la capacité des autres queers et alliés à suivre la manifestation à cause des check-points militaires israéliens.

Le jeudi 1er août, plus de 200 personnes, de toute la Palestine, ont manifesté à Haïfa, Palestine. Les militants y brandissent des banderoles qui appellent à mettre fin à la violence physique et psychologique contre les gens LGBTQ, des banderoles qui dénoncent le Pinkwashing comme une violence contre la société palestinienne, et d’autres qui remettent en cause le faux discours de « protection » utilisé dans le « refuge gay » de Tel Aviv, affirmant que les queers palestiniens ne veulent pas être contraints de chercher asile avec leur occupant, et que la seule solution est de s’engager à construire collectivement une société civile résistante, une société renforcée par sa diversité sexuelle et de genre.

Nous sommes fiers de cette importante étape dans notre société. Alors que nous tenons l’adolescent et ses amis, et toutes les victimes de la violence, dans nos cœurs, nous attendons avec impatience de diriger stratégiquement les prochaines étapes d’une résistance affirmée contre la violence et de construire collectivement une Palestine libre pour tous.

Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine

Source: Al Qaws