image_pdfimage_print

Tamara Nassar – 2 octobre 2019

Samer Arbeed est dans un état critique après avoir été torturé par l’agence de renseignements d’Israël le Shin Bet. (via Twitter)

Des associations de défense des droits de l’Homme condamnent Israël pour la torture de Samer Arbeed.

Arbeed est dans un état critique à la suite de son interrogatoire par l’agence intérieure de renseignements d’Israël, le Shin Bet.

Une coalition d’associations palestiniennes de défense des droits de l’Homme dit qu’Israël est responsable « d’avoir torturé et gravement blessé » Arbeed au cours de son arrestation et de son interrogatoire.

Une unité des forces spéciales israéliennes s’est emparée d’Arbeed le 25 septembre sur son lieu de travail dans la ville de Ramallah en Cisjordanie occupée et l’ont battu avec leurs fusils en face de sa femme et d’autres témoins, d’après Amnesty International.

Il a alors été transféré à Jérusalem dans le Complexe Russe, centre de détention israélien synonyme de torture des prisonniers palestiniens, où il a été gravement maltraité tout en se voyant refuser l’accès à un avocat.

Arbeed, 44 ans, a comparu devant le tribunal militaire d’Ofer le 26 septembre sans son avocat, avec des contusions visibles. Il a dit au juge militaire qu’il était incapable de manger et qu’il vomissait continuellement.

Mahmoud Hassan, l’avocat d’Arbeed, membre de l’association de défense des droits des prisonniers Addameer, a été informé de son transfert à l’hôpital Hadassah de Jérusalem le 28 septembre.

« Il y a été admis avec des côtes cassées et une insuffisance rénale et il est actuellement dans un état critique sous respirateur », a déclaré Amnesty.

Addameer dit qu’Arbeed a été en fait transféré le 27 septembre, mais que sa famille et son avocat n’en ont été informés que le lendemain et que Hassan n’a été autorisé à le voir que brièvement.

Torture légale

On dit que le Shin Bet a reçu l’autorisation d’une « instance judiciaire » « d’utiliser des moyens exceptionnels pour interroger » Arbeed – nom de code pour torture.

Alors que la haute cour d’Israël a censément proscrit la torture en 1999, elle a décrété que l’agence nationale de renseignements peut utiliser la torture dans des circonstances dites de « bombe à retardement » pour interroger les prisonniers palestiniens.

« Depuis lors, les investigateurs du Shin Bet ont torturé des centaines de Palestiniens, alléguant le prétexte « bombe à retardement », et pas un seul d’entre eux n’a été poursuivi », a déclaré Amnesty.

Le créneau israélien de « bombe à retardement » a été utilisé par l’agence américaine d’espionnage extérieur, la CIA, pour justifier son régime de torture, a révélé une enquête du Sénat américain en 2014.

Le Shin Bet accuse Arbeed d’implication dans l’assassinat de l’adolescente israélienne Rina Shnerb.

Shnerb a été tuée le 23 août, par ce dont l’armée israélienne a dit qu’il s’agissait d’un engin explosif improvisé, près de la colonie de Dolev en Cisjordanie.

Son père et son frère ont été blessés dans cette même explosion.

Les forces d’occupation israéliennes ont arrêté trois autres Palestiniens dont ils prétendent qu’ils sont impliqués dans l’attaque : Yazan Mghamas, Nizam Muhammad et Qassam al-Barghouti.

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine
Source : The Electronic Intifada