image_pdfimage_print

David Cronin – The Electronic Intifada – 18 octobre 2019

La firme israélienne Elbit a présenté sa “vision” des guerres du futur dans de récents salons d’armement. (Elbit Systems)

L’implication d’Israël dans un important programme de recherche de l’Union Européenne a été évaluée à 1,6 milliards de dollars (1,4 milliards €) – c’est plus qu’assez pour acheter le silence sur la détresse des Palestiniens. 

L’utilisation du terme « valeurs » à intervalles réguliers paraît indispensable lorsque la bureaucratie de Bruxelles communique publiquement. En général, le terme est employé pour camoufler les effets réels des politiques, avec du baratin sur les droits humains et la démocratie.

Un texte interne montre que – derrière des portes closes – des représentants de l’UE sont vraiment motivés par des valeurs de nature financières et commerciales. 

Ce document a été préparé pour Carlos Moedas, le commissaire européen chargé de la science, avant un échange qu’il a eu en décembre 2018 avec Aharon Leshno-Yaar, l’ambassadeur d’Israël à Bruxelles. 

Les représentants officiels qui ont écrit le texte ont dit à Moedas : « vous valorisez grandement le rôle joué par la recherche et l’innovation » dans la forme que prennent les relations entre Israël et l’UE.  

Vraiment impressionnés par la réputation qu’a Israël d’être une locomotive high-tech, ils ont ajouté : « notre appétence pour la poursuite de la coopération ne fait aucun doute » dans les années à venir.

Bien qu’Israël ait pris part aux activités de recherche de l’UE depuis 1996, l’étendue de sa participation s’est considérablement élargie durant cette période. 

Au nombre de récents bénéficiaires de subventions de l’UE dans le domaine scientifique, on compte les ministères israéliens de la défense et de la « sécurité publique ». Ce sont les départements du gouvernement qui supervisent une armée occupant la Cisjordanie, Gaza et les prisons dans lesquelles des Palestiniens sont fréquemment torturés. 

L’ignorance n’est pas une excuse

En tant qu’homme en charge d’Horizon 2020 – le programme scientifique de l’UE – Moedas porte la responsabilité de l’autorisation donnée à des entités qui oppriment les Palestiniens d’en bénéficier. 

Moedas est-il correctement informé sur ces questions ? Probablement pas. 

La note mentionnée plus haut ne questionne pas l’aspect éthique du fait d’accueillir un auteur d’abus massifs contre les droits humains tel qu’Israël. 

Pour autant, l’ignorance n’est pas une excuse. Même si son entourage a décidé de le laisser dans l’ignorance, Moedas pouvait facilement découvrir la vérité sur Israël à partir d’autres sources.

Une condition de la participation à Horizon 2020 est qu’Israël contribue au budget du programme. 

La note de Moedas – obtenue par une requête au titre de la liberté de l’information – souligne le fait qu’Israël semble en position d’être un bénéficiaire net.

Selon des projections émanant de représentants officiels de l’UE, Israël aura retiré près de 1,6 milliards de dollars de subventions d’Horizon 2020, à la fin du programme l’an prochain (le programme a commencé en 2014). La somme totale dépasserait approximativement de 155 millions de dollars (138,8 millions €) les 1,4 milliards de dollars (1,25 milliards €) qu’Israël est censé verser dans ce programme. 

Chanter à l’unisson

La note, publiée ci-dessous, suggère qu’Israël sera en mesure de se joindre au prochain programme pluriannuel de recherche de l’UE nommé Horizon Europe. 

Israël est cependant perturbé par le fait qu’Horizon Europe fournira moins d’opportunités financières à ses fabricants d’armes que le programme actuel. 

Horizon Europe sera séparé du Fonds Européen de la Défense, une initiative nouvelle  conçue pour stimuler l’innovation dans l’industrie d’armement. Israël peut ne pas être en mesure de prétendre à ce fonds, comme l’indique la note. 

Les marchands de mort israéliens ne devraient pas être trop contrariés par cet affront. 

Elbit Systems et Israel Aerospace Industries – les premiers fournisseurs des drones utilisés dans les attaques sur Gaza – ont démontré leur expertise dans la captation de subventions de l’UE jusqu’à maintenant. Avec un peu d’ingéniosité, ils devraient être capables de continuer. 

De plus, Israël a aidé à la mise au point du programme par lequel l’UE engage de plus grandes quantités d’argent des contribuables pour le développement de robots et d’autres armes futuristes. 

L’industrie de guerre israélienne a été active dans certaines discussions d’« experts » qui ont pavé la route à l’établissement du nouveau fond. 

Et parce qu’Elbit a des filiales en Belgique et en Grande Bretagne, il n’est pas irréaliste d’imaginer que la firme israélienne pourrait trouver des moyens détournés pour accéder aux financements européens. 

Pour la première fois, l’UE aura bientôt un commissaire dédié au soutien de l’industrie de guerre. Il est peu probable que cela ait échappé à l’attention d’Israël. 

Les responsables de la politique de l’UE et les fabricants d’armes israéliens chantent à l’unisson.

Elbit  s’est récemment servi de salons de l’armement pour montrer sa « vision » de la façon dont les batailles de demain seront menées. Le travail que fait Elbit pour envisager l’avenir a été facilité par ses tests d’armes passés sur les civils palestiniens. 

Israël et son industrie de guerre sont parfaitement capables de saisir les opportunités fournies par une plus forte militarisation en Europe, aux États Unis ou plus loin. Avec un étiquetage correct, ils seront même loués pour leur protection des « valeurs » européennes. 

David Cronin rédacteur associé de The Electronic Intifada. Parmi ses livres : Balfour’s Shadow: A Century of British Support for Zionism et Israelet Europe’s Alliance with Israel: Aiding the Occupation

Traduction SF pour l’Agence Media Palestine

Source: Electronic Intifada