image_pdfimage_print

Par Middle East Monitor, 22 janvier 2020

Image – Des Palestiniens récoltent leur blé dans un champ dans une zone contiguë à la frontière avec Israël, à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 17 mai 2017.
(Ashraf Amra/Apaimages)

Les autorités israéliennes ont repris la pulvérisation d’herbicides le long de clôture aux abords de la bande de Gaza, rapporte le journal israélien Haaretz, « après s’être abstenu de toute pulvérisation aérienne durant toute l’année 2019 ».

La semaine dernière, « l’armée a pulvérisé sur la zone frontalière pendant trois jours » indique le journal.

Quand Haaretz a demandé au ministère de la Défense pourquoi les pulvérisations avaient repris après une année d’interruption, le ministère a répondu : « Les pulvérisations aériennes sont effectuées de temps en temps sur la base des nécessités sécuritaires, mais uniquement sur le territoire d’Israël ».

De 2014 à 2018, selon l’article, l’armée a régulièrement pulvérisé sur la frontière à chaque printemps et automne, dans le but déclaré de détruire « une végétation qui cache la zone à la vue des soldats. »

Le ministère palestinien de l’Agriculture a déclaré que les herbicides avaient endommagé 14 000 km2 de terres agricoles (14 km²) à Gaza de 2014 à 2018, « détruisant toutes les cultures qui y avaient été semées ». Les agriculteurs palestiniens ont indiqué à Haaretz que 2019, « année où il n’y a pas eu de pulvérisations, avait été une excellente année pour eux ».

Après la reprise des pulvérisations la semaine dernière, trois organisations de défense des droits de l’homme ont immédiatement insisté auprès des autorités israéliennes pour que cesse cette pratique.

Selon les agriculteurs palestiniens, comme la pulvérisation du côté israélien se fait aux abords de la clôture, « le vent n’a plus qu’à emmener ensuite les herbicides dans Gaza », une affirmation « étayée par des clips vidéo ».

Un rapport de 2019 de Forensic Architecture (groupe de recherche basé à l’Université de Londres) « a confirmé les affirmations des Palestiniens que les herbicides se répandaient dans Gaza, jusqu’à une distance de plus de 300 mètres de la clôture frontalière ».

Traduction : BP pour l’Agence Média Palestine

Source : Middle East Monitor