Partagez cette article
  •  
  •  
  •  
  •  
image_pdfimage_print

Par Michael Arria, 12 mai 2020

Gilad Erdan (Photo: Frank Grass from USA / CC BY (https://creativecommons.org/licenses/by/2.0))

Le nouveau gouvernement de coalition d’Israël commence à prendre forme et Gilad Erdan y aura deux rôles. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a sélectionné le ministre sortant de la sécurité publique et des affaires stratégiques pour devenir ambassadeur aux Nations Unies et aux Etats-Unis. Dans sa précédente fonction, Erdan a mené le combat d’Israël contre le mouvement BDS.

Lors d’une conférence du Jerusalem Post à New York l’année dernière, Erdan s’est vanté des efforts israéliens pour combattre le mouvement BDS et s’est attribué le mérité d’avoir inspiré les états américains à adopter leurs propres lois anti-BDS :

« Quand j’ai été chargé de mener ce combat, les dirigeants de BDS opéraient librement et réussissaient en grande partie à se déguiser en organisations de défense des droits humains … Nous avons arraché leurs masques. Nous avons exposé leurs liens avec le terrorisme, nous avons exposé leur antisémitisme profondément enraciné, nous avons exposé leur opposition à la paix et nous avons bien sûr exposé leur hypocrisie. Ils se souciaient aussi peu que possible des violations réelles des droits humains, par exemple en Syrie et en Iran. Tout ce dont ils se souciaient était de diaboliser et de délégitimer le seul état juif et démocratique du monde — Nos efforts produisent des résultats. 27 états américains ont maintenant des législations contre BDS. Donnons un coup de main à tous les gouverneurs et aux législateurs des états qui ont soutenu cette loi. Ils le méritent. »

Lors de la conférence, Erdan a aussi appelé à mettre en oeuvre des politiques anti-BDS encore plus agressives :

« Nous avons besoin de porter le combat contre BDS à un niveau supérieur. Nous devons encourager des enquêtes sur les groupes BDS liés au terrorisme et promouvoir la législation contre toutes les formes d’antisémitisme, y compris bien sûr la délégitimation antisémite d’Israël. »

En 2017, Erdan a dit que son ministère voulait créer une base de données des Israéliens qui soutenaient le mouvement BDS. « Il n’est pas du tout surprenant que M. Erdan et son gouvernement espionnent les citoyens israéliens, qu’ils soient juifs ou palestiniens, ou mettent en place une base de données de ceux qui soutiennent BDS afin de cibler quiconque travaille pour la liberté, la justice et l’égalité des Palestiniens », a dit le Coordinateur général du Comité national palestinien BDS Mahmoud Nawajaa à l’époque, « le soutien au mouvement BDS s’est accru dans le monde entier au cours des années récentes et de plus en plus de personnes reconnaissent la réalité brutale du régime d’apartheid d’Israël et l’occupation militaire de près de 50 ans des terres palestiniennes ».

Erdan a aussi aidé à coordonner les mesures interdisant aux députées Rashida Tlaib (D-MI) et Ilhan Omar (D-MN) d’entrer en Israël l’an dernier.

Michael Arria est le correspondant de Mondoweiss aux Etats-Unis.

Traduction : CG pour l’Agence Média Palestine