Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
image_pdfimage_print

Par David Brennan, le 21 juillet 2020

La Chine a fait écho au reste du Conseil de Sécurité des Nations Unies (UNSC) en exprimant son soutien aux Palestiniens et sa condamnation tacite du projet d’Israël d’annexer une large portion de la Cisjordanie, parallèlement au plan de paix pour le Moyen Orient du président Donald Trump.

D’après l’agence de presse chinoise Xinhua, le président Xi Jinping a parlé lundi avec le président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas, exprimant le soutien continu de Pékin aux exigences du peuple palestinien tandis que le monde attend qu’Israël commence ses annexions.

Le gouvernement de coalition israélien – conduit par le Premier ministre Benjamin Netanyahou jusqu’en 2021, après quoi il passera les commandes à son rival et ancien général des Forces de Défense d’Israël Benny Gantz – a dit qu’il projette d’annexer les colonies israéliennes de la Cisjordanie palestinienne.

Les colonies sont illégales d’après le droit international, mais ont poussé au cours des années pour devenir le foyer de 427.000 personnes, comme on le voit dans l’infographie de Statistiques ci-dessous. Netanyahou projette d’étendre la souveraineté israélienne sur les colonies illégales ainsi que sur des parties de la Vallée du Jourdain, ce qui représente environ 30 pour cent de toute la terre de Cisjordanie.


Cette infographie de Statista montre le nombre croissant d’Israéliens vivant dans les colonies de Cisjordanie d’année en année.

Ce projet bénéficie du soutien des Américains selon le plan de paix de Trump, qui a été largement rejeté par la communauté internationale et les dirigeants palestiniens en tant que schéma israélien de constante occupation hostile.

Si le projet et l’annexion avancent, ils auront un Etat palestinien démilitarisé, sans continuité, fractionné par des terres israéliennes, des checkpoints et des zones stratégiques occupées par l’armée.

Netanyahou souhaitait démarrer le processus le 1er juillet, mais en a été empêché par une deuxième vague du coronavirus COVID-19 et l’insistance de Gantz pour dire qu’il fallait s’occuper de la pandémie avant de commencer l’annexion. Des échanges se poursuivaient également avec les responsables américains, dont on a dit qu’ils voulaient que et Netanyahou et Gantz se mettent d’accord sur un échéancier avant le soutien définitif des Etats Unis.

Xi a dit lundi à Abbas que la Chine reste engagée envers la « solution à deux Etats », qui permettrait un Etat palestinien indépendant.

Les observateurs ont mis en garde, disant que le projet d’annexion annulerait effectivement tout espoir d’une solution à deux Etats, tandis que des experts ont avancé que l’occupation actuelle de zones palestiniennes par Israël signifie que la proposition à deux Etats est déjà défunte de facto.

Xi a dit que la Chine continuerait à promouvoir un règlement « global, équitable et durable » de la question palestinienne pour la date la plus proche possible, et a appelé à des négociations sur un pied d’égalité entre les parties concernées. Xi a décrit les deux nations comme « de bons frères, de bons amis et de bons partenaires ».

Les Palestiniens n’ont pas été impliqués dans le plan de paix de Trump, se retirant de toutes les discussions à cause des inquiétudes concernant l’impartialité de la Maison Blanche et de la colère après la décision du président de supprimer le financement des organisations d’aide aux Palestiniens et de déménager l’ambassade des Etats Unis en Israël de Tel Aviv à la ville contestée de Jérusalem.

La Chine est depuis longtemps opposée à toute annexion en Cisjordanie et maintient son soutien à la création d’un Etat palestinien indépendant sur la base des frontières de 1967, avec Jérusalem Est pour capitale.

Les autres membres de l’UNSC – la Russie, le Royaume Uni, la France – ont tous exprimé leur inquiétude envers les projets israéliens et ont exhorté à un retour aux négociations. Tel Aviv a jusqu’ici écarté toute condamnation internationale.

La Russie a averti que le projet israélien risque de produire une « vive escalade des tensions dans la région », tandis que le président français Emmanuel Macron a dit que cette démarche irait « à l’encontre du droit international » et mettrait en péril les efforts de paix.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a récemment écrit une tribune pour le journal Yedioth Ahoronoth dans laquelle il disait que l’annexion irait « à l’encontre des intérêts d’Israël sur le long terme ».

Dans l’appel de lundi, on a rapporté qu’Abbas avait remercié Xi pour l’aide de la Chine pendant la pandémie du coronavirus, et a exprimé le soutien des Palestiniens à la politique controversée de la Chine à Hong Kong et au Xinjiang, là où la majorité de la communauté internationale a accusé Pékin de violations généralisées des droits de l’être humain.

Des manifestants palestiniens débattent avec les forces israéliennes au cours d’une manifestation contre les colonies juives et l’annexion projetée par Israël de parties de la Cisjordanie, le 18 juillet 2020 dans la ville de Beita, au sud de la ville de Naplouse. (Jaafar Ashtiyeh/AFP via Getty Images/Getty)

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine

Source : Newsweek