Partagez cette article
  •  
  •  
  •  
  •  
image_pdfimage_print
Le cycliste britannique Chris Froome a été recruté dans l’équipe de cyclisme israélienne par le milliardaire canado-israélien Sylvan Adams. (Sean Hickin / Flickr)

Par Tamara Nassar, le 23 juillet 2020

Chris Froome, quadruple vainqueur du Tour de France, fait face aux critiques des Palestiniens pour avoir rejoint l’équipe cycliste israélienne.

L’équipe est appelée « Israël Start-Up Nation » – un slogan souvent utilisé dans les efforts de propagande officielle visant à détourner l’attention des violations des droits humains en présentant le pays comme innovant et tourné vers l’avenir.

Le cycliste britannique doit signer son contrat le 1er août et déclare qu’il prévoit de rouler pour l’équipe israélienne « jusqu’à la fin de sa carrière ».

Froome a remporté deux fois la Vuelta d’Espagne. Il a également remporté le Giro d’Italie 2018, qui a débuté cette année-là à Jérusalem. Cette course a eu lieu malgré les appels des Palestiniens à boycotter l’événement.

Alors que Froome s’engage à rouler pour Israël, des colons ont attaqué des cyclistes palestiniens en Cisjordanie occupée le 18 juillet – un rappel que les Palestiniens vivant sous occupation militaire israélienne ne sont pas libres de profiter en toute sécurité des activités les plus bénignes dans leur propre pays.

Un groupe de cinq cyclistes palestiniens empruntaient une piste depuis Birzeit, une ville au nord de Ramallah, mais disent qu’une application les a menés sur une route près des colonies juives.

Les cyclistes ont été abordés par des colons israéliens près de la colonie de Shilo, dans le nord de la Cisjordanie occupée, qui leur ont demandé d’où ils venaient. Quand les cyclistes ont répondu qu’ils venaient de Ramallah, les colons les ont attaqués avec des pierres, a déclaré à Reuters Amer Kurdi, l’un des cyclistes.

« Les autres ont réussi à s’enfuir, mais j’ai trébuché et je suis tombé », a déclaré Samer, un autre des cyclistes. « Quand je me suis levé, un colon était derrière moi, et il a commencé à me frapper avec une tige métallique. »

« Des voyous masqués d’une colonie israélienne illégale dans le territoire palestinien occupé attaquent les cyclistes palestiniens avec des matraques, volent et détruisent leurs vélos », a déclaré PACBI, la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël.

Le groupe a publié sur Twitter des photos d’une personne ayant des ecchymoses et d’un vélo endommagé :

#CyclingWhilePalestinian Des voyous palestiniens masqués d’une colonie israélienne illégale dans le territoire palestinien occupé attaquent des cyclistes palestiniens à coups de matraque, volent et détruisent leurs vélos.

@chrisfroome, en rejoignant l’équipe parrainée par le gouvernement israélien, vous contribuez à légitimer l’occupation militaire israélienne. pic.twitter.com/A4MnyZo8ub – PACBI (@PACBI) 21 juillet 2020

« Chris Froome, en rejoignant l’équipe parrainée par le gouvernement israélien, vous contribuez à légitimer l’occupation militaire israélienne » a déclaré le PACBI.

La violence des colons israéliens en Cisjordanie occupée, encouragée par les autorités israéliennes, est en augmentation. Les forces israéliennes « servent souvent d’escorte armée, voire se joignent aux attaques », selon le groupe israélien de défense des droits humains B’Tselem, qui documente cette violence.

L’homme dans les coulisses

Le magnat de l’immobilier canado-israélien Sylvan Adams, copropriétaire de l’équipe de cyclisme israélienne, a travaillé sans relâche pour utiliser le sport pour peaufiner l’image d’Israël.

Il a célébré le transfert de Froome : « C’est un moment historique pour [Israël Start-up Nation], Israël, les sports israéliens, nos nombreux fans dans le monde entier et, bien sûr, pour moi personnellement », a déclaré Sylvan Adams.

Adams se décrit lui-même sur sa carte de visite comme un « ambassadeur itinérant autoproclamé d’Israël ». Il a joué un grand rôle en faisant venir le Giro d’Italie à Jérusalem.

Il n’a pas caché le motif politique de la promotion de ce qui a été présenté comme un simple événement sportif : « Je veux montrer aux gens à quel point Israël est normal – que c’est une nation moderne, occidentale, pluraliste et libre où tout le monde s’entend », a-t-il déclaré à l’époque au Jewish Chronicle.

En fait, les organisateurs ont d’abord annoncé que la course commencerait à « Jérusalem-Ouest », mais c’est Adams qui « les a convaincus que cet endroit n’existait pas et ils l’ont changé en Jérusalem » – une façon de reconnaître que l’événement sportif faisait partie des efforts d’Israël pour affirmer sa souveraineté sur la ville entière, en violation du droit international.

Israël utilise régulièrement des événements sportifs et de divertissement pour blanchir ses crimes, détourner l’attention de l’occupation militaire et normaliser son image.

Adams a également contribué à la rémunération d’un million de dollars de Madonna pour sa prestation de deux chansons au Concours Eurovision de la Chanson à Tel-Aviv en mai 2019.

Il a déclaré que l’événement mettrait en avant « la liberté et l’ouverture, la tolérance et la sécurité de notre pays ».

Le concours de la chanson a également eu lieu malgré les appels palestiniens au boycott.

Adams a également fait pression pour que la superstar de Barcelone Lionel Messi vienne à Tel-Aviv en novembre 2019.

Les équipes nationales de football d’Argentine, le pays d’origine de Messi et d’Uruguay ont joué un match amical à Tel-Aviv quelques jours seulement après l’escalade des attaques meurtrières d’Israël sur Gaza, qui ont fait plus de 30 morts parmi les Palestiniens.

La normalisation comme diplomatie

Les efforts d’Adams s’étendent également à la normalisation entre Israël et les pays arabes.

L’équipe cycliste israélienne a participé à la course cycliste des Émirats arabes unis à Dubaï au début de l’année.

Adams a joué un rôle déterminant dans le lobbying en faveur de la participation de l’équipe israélienne, en exposant clairement ses motivations politiques : « C’est une occasion historique qu’une équipe israélienne participe à une course dans un pays arabe. C’est la toute première fois », a déclaré Adams à l’époque.

« Nous espérons faire une démonstration diplomatique sur le fait qu’Israël est un pays normal, et normaliser notre image. » Adams a déclaré que la normalisation des relations entre Israéliens et Arabes est une préparation pour « quand les politiciens seront prêts à signer notre grand accord de paix ».

Adams faisait également partie de la délégation israélienne qui a participé à la conférence de « paix » parrainée par les Etats-Unis et accueillie par le Bahreïn en 2019. Lors de son séjour à Manama, il a même rencontré le prince bahreïni Nasser bin Hamad Al Khalifa. « Je suis allé au palais. Nous avons eu une réunion privée. Je lui ai parlé du vélodrome et lui ai envoyé une invitation », a-t-il déclaré au Times of Israel.

Traduction : GD pour l’Agence Média Palestine

Source : The Electronic Intifada