Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
image_pdfimage_print

Par Euro-Med Human Rights Monitor, le 22 juillet 2020

La prise d’assaut par Israël de deux centres culturels palestiniens à Jérusalem-Est et l’arrestation de leurs directeurs fait partie d’une attaque alarmante et qui s’intensifie contre la présence palestinienne dans la cité occupée, a alerté Euro-Med Human Rights Monitor aujourd’hui. La campagne d’Israël contre des institutions et des militants palestiniens à Jérusalem-Est constitue une violation flagrante du droit international et doit cesser immédiatement.

Plus tôt dans la journée, la police et des agents de renseignements israéliens ont fait irruption dans le Centre culturel Yabous et le Conservatoire national de musique Edward Said (ESNCM) dans les districts commerciaux de Jérusalem-Est, sans avertissement préalable, ni mandat officiel, ni raison claire, et ont confisqué des enregistrements et des documents qui appartiennent aux deux institutions.

La police israélienne a aussi perquisitionné et pillé les maisons des directeurs des deux institutions, à savoir Mme Rania Elias et M. Suheil Khoury et les a arrêtés tous deux. De plus, la police israélienne à a aussi pris d’assaut la maison de M. Daoud al-Ghoul, directeur du Réseau artistique de Jérusalem – Shafaq, et l’a arrêté.

La police d’Israël n’a rendu publique aucune déclaration concernant les arrestations d’aujourd’hui ou les assauts des maisons et institutions ci-dessus, ce qui soulève des inquiétudes sérieuses sur la légalité et la légitimité de la campagne d’aujourd’hui et de son objectif caché.

Euro-Med Monitor craint que les pratiques discriminatoires d’Israël, à savoir des arrestations arbitraires et des raids contre les personnes et les institutions palestiniennes à Jérusalem-Est, ne visent à miner toute présence palestinienne dans la cité occupée et n’y rendent la vie des Palestiniens encore plus difficile afin de les chasser de Jérusalem. La répression d’Israël contre des symboles palestiniens et des personnes à Jérusalem-Est peut représenter un crime de guerre selon le droit international, puisqu’Israël essaie de changer la démographie de la ville à l’avantage des colons.

Plus tôt ce mois et pour la troisième fois cette année, Israël a arrêté le gouverneur de Jérusalem-Est pour l’Autorité palestinienne, M. Adnan Ghaith, sans communiquer de raison claire pour cette arrestation. De même, en avril, la police d’Israël a arbitrairement arrêté pour la quatrième fois le ministre des Affaires de Jérusalem pour l’Autorité palestinienne, Fadi al-Hadami, sans donner aucun détail sur l’arrestation. Le même mois, Israël a fermé une clinique de tests de coronavirus dirigée par des Palestiniens à Jérusalem-Est sous prétexte que les kits de tests étaient fournis par l’Autorité palestinienne.

Euro-Med Monitor appelle Israël à relâcher immédiatement Mme Elias, M. Khoury et M. al-Ghoul, et à cesser toutes les hostilités, toutes les provocations et la répression contre les personnes et les institutions palestiniennes à Jérusalem-Est occupée.

Traduction : CG pour l’Agence Média Palestine

Source : Euro Mediterranean Human Rights Monitor