Partagez cette article
  •  
  •  
  •  
  •  
image_pdfimage_print

Par les rédacteurs de Mondoweiss, le 3 septembre 2020

La tête de Khairy Hanoun sous le genou d’un soldat israélien, le 1erseptembre 2020 près de Tukarem en territoire palestinien occupé.

Une nouvelle atrocité israélienne en Cisjordanie occupée provoque un tollé international : les coups contre un manifestant non armé de 65 ans qui essaie d’empêcher Israël de construire une zone industrielle sur les terres d’un village palestinien. Mardi, Khary Hanoun a été jeté au sol par un soldat israélien et maintenu par un genou cuirassé sur son cou, dans une vidéo et des photos qui ont largement circulé sur les réseaux sociaux.

Le plus étonnant c’est que les soldats ont agi ainsi entourés de caméras de la presse officielle, les soldats se sentant évidemment en totale impunité. Les autorités israéliennes ont justifié l’attaque comme étant une réponse à une émeute, mais ont ajouté qu’ils regardent de plus près.

Al Jazeera l’a comparé à l’étouffement de George Floyd.

Hanoun a dit qu’il était avec des dizaines de manifestants, dans le village de Shufa près de Tulkarem en Cisjordanie occupée, qui manifestaient contre les projets israéliens de confisquer quelque 800 dunums (800.000 mètres carrés) de terre pour construire une zone industrielle.

La vidéo montre Hanoun poussant un soldat israélien qui s’était saisi d’un drapeau palestinien arraché des mains d’un autre manifestant, démarrant la bousculade.

« Les soldats israéliens m’ont battu sévèrement et l’un d’eux a pressé son genou sur mon cou pendant plusieurs minutes », a-t-il dit à The Associated Press. « Je n’ai pas bougé pour éviter plus de pression sur mon cou, mais des gens m’ont dégagé. »

Voici la vidéo de l’attaque telle que postée par Alexandra Halaby du Centre International des Médias du Moyen Orient (IMEMC).

Image de la BBC du genou du soldat sur le cou de Hanoun.

La BBC a cité les autorités israéliennes qui auraient dit que les manifestants avaient commencé une « violente émeute » et que les soldats n’avaient rien fait d’autre que d’ordinaire, mais que la vidéo était « partiale » et »biaisée ».

« Quelques personnes âgées défilaient, pensant que les soldats ne nous attaqueraient pas, mais nous nous trompions. Ils nous ont attaqués comme des bandits », a été cité Mr. Hanoun selon ses dires par le journal israélien Haaretz. « J’ai la soixantaine, qu’est-ce que je peux faire à un soldat armé ? Mais pour l’officier sur place, je suis une menace et, en quelques minutes, il s’est mis à m’agresser brutalement. »

La réaction de nature ironique de Hanoun a été rapidement commémorée par un organe de presse.

Halaby de l’IMEMC a tweeté :

Je vois mon propre grand-père dans le visage de cet homme et la colère en moi déborde !

Le rapport de l’IMEMC souligne que c’est encore une autre saisie illégale de terres.

Mardi, les forces israéliennes ont attaqué des Palestiniens qui manifestaient contre le projet d’Israël d’exproprier une terre de Palestine occupée près de Tulkarem, au nord de la Cisjordanie.

[Un] correspondant palestinien de l’Agence de Presse WAFA … a déclaré que les troupes israéliennes avaient lancé du gaz lacrymogène sur les manifestants et attaqué physiquement un homme âgé.

La manifestation était organisée pour exprimer leur rejet collectif des projets israéliens de construction d’une colonie industrielle illégale sur des terres palestiniennes.

Une émeute violente ? Il s’agit d’une manifestation avec le soutien absolu de la communauté palestinienne :

Le Gouverneur de Tulkarem, Issam Abu Bakr, qui participait à la manifestation, a déclaré que la population continuerait à manifester jusqu’à ce que le projet colonial s’arrête, ajoutant que ce projet menace de couper Tulkarem du gouvernorat voisin de Qalqilia.

C’est évidemment le contexte ici, la saisie par Israël d’autant de terre qu’il peut avec le moins de Palestiniens possible. Et les Etats Unis ne diront rien d’autant que nos politiciens saluent la démocratie israélienne.

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine

Source : Mondoweiss