Greta Thunberg : « Nous ne cesserons de dénoncer les souffrances à Gaza : il n’y a pas de justice climatique sans droits humains. »

Les jeunes militants et militantes pour le climat ne se sont pas « radicalisé.e.s » – la solidarité avec les personnes marginalisées a toujours été au cœur de notre message.

Greta Thunberg, à droite, lors d’une manifestation contre les attaques israéliennes sur Gaza, à Stockholm en Suède,le 24 novembre. Photographie : Anadolu/Getty Images

Greta Thunberg et Fridays pour Future Suède, le 5 décembre 2023

Plus de 15 000 personnes  dont au moins 6 000 enfants. C’est le nombre de personnes qu’Israël aurait tuées dans la bande de Gaza en quelques semaines – et ces chiffres continuent d’augmenter. Israël a bombardé des infrastructures sociales de base et des cibles civiles telles que des hôpitaux, des écoles, des abris et des camps de réfugiés . Israël a imposé un siège, empêchant aux 2,3 millions de Palestiniens et Palestiniennes piégé.e.s dans la bande de Gaza occupée l’accès à la nourriture, aux médicaments, à l’eau et au carburant, une situation qui a conduit Oxfam à accuser Israël d’utiliser « la famine comme arme de guerre ».

Des dizaines d’ experts des Nations Unies ont décrit la situation comme « un génocide en devenir », des centaines d’universitaires internationaux ont mis en garde contre un génocide en cours et l’éminent expert israélien du génocide Raz Segal l’a qualifiée de « cas d’école de génocide ». Mais la plupart des pays du monde, en particulier ceux que l’on appelle « le Nord », en détournent le regard.

Malgré l’évidence de ces horreurs, il y en a qui ont choisi de concentrer le débat public sur les tentatives visant à délégitimer les déclarations sur Gaza faites par les jeunes du mouvement pour la justice climatique. Contrairement à ce que beaucoup ont affirmé, Fridays for Future n’a pas été « radicalisé » et n’est point « devenu politique ». Nous avons toujours été politiques parce que nous avons toujours été un mouvement pour la justice. Notre solidarité avec le peuple palestinien et avec tous les civils concernés n’a jamais été en question.

Plaider en faveur de la justice climatique vient fondamentalement du souci des personnes et de leurs droits humains. Cela implique s’exprimer lorsque des personnes souffrent, sont contraintes de fuir leur foyer ou sont tuées – quelle qu’en soit la cause. Cela procède de la même raison qui nous a amenés à organiser des grèves en solidarité avec des groupes marginalisés – ceux du Sápmi , du Kurdistan , d’Ukraine et de nombreux autres endroits – et avec leurs luttes pour la justice contre l’impérialisme et l’oppression. Notre solidarité avec la Palestine est du même ordre, et nous refusons de laisser l’attention du public se détourner des horribles souffrances humaines auxquelles le peuple palestinien est actuellement confrontée.

En raison de l’attention qui ne cesse de se river sur nous, comme du nombre de mauvaises interprétations proposées de notre position , nous souhaitons une fois de plus la clarifier. Tous les groupes Fridays for Future sont autonomes et cet article ne représente le point de vue que de la FFF Suède.

Les horribles meurtres de civils israéliens par le Hamas ne peuvent en aucun cas légitimer les crimes de guerre commis par Israël. Le génocide n’est pas une légitime défense et ne saurait en aucun cas représenter une réponse proportionnée .  L’on ne peut en outre ignorer que cela s’inscrit dans un contexte plus large – la population palestinienne vit sous une oppression suffocante depuis des décennies, soumise à ce qu’Amnesty International a défini comme un régime d’apartheid. Tout cela constituerait à lui seul une raison suffisante pour commenter la situation mais, en tant que mouvement suédois, nous nous devons également de nous exprimer en raison de la coopération militaire suédoise avec les sociétés d’armement israéliennes, ce qui rend la Suède complice de l’occupation et des massacres israéliens.

Nous assistons aujourd’hui à une forte augmentation des déclarations, actions et crimes haineux, antisémites et islamophobes, en Suède et dans le monde. Le chef du plus grand parti de la coalition gouvernementale suédoise parle de démolir les mosquées et le drapeau israélien a été brûlé devant une synagogue à Malmö. C’est inacceptable. Nous condamnons sans réserve toutes les formes de discrimination, y compris l’antisémitisme et l’islamophobie. Toutes celles et tous ceux qui s’expriment sur cette crise ont la responsabilité d’opérer une distinction entre le Hamas, les musulmans et le peuple palestinien d’un côté ; et entre l’État d’Israël, le peuple juif et les Israélien.ne.s d l’autre.

Nous déplorons les vies perdues au cours des dernières semaines et nous désolons de voir ces chiffres continuer de s’augmenter. Le taux de mortalité dans la bande de Gaza atteint un niveau historique , avec des milliers d’enfants tués en quelques semaines seulement . Une telle souffrance est incompréhensible et ne peut continuer. Lorsque les experts de l’ONU appellent le monde à agir pour prévenir un génocide , en tant qu’êtres humains, nous avons la responsabilité de nous exprimer.

Exiger la fin de cette violence inexcusable est une question d’humanité fondamentale, et nous appelons toutes celles et tous ceux qui le peuvent à le faire. Le silence est complicité.  Nul ne peut rester neutre face à un génocide en cours.

  • Cet article a été rédigé par :

Greta Thunberg , la militante suédoise qui a inspiré un mouvement de grève scolaire contre l’inaction climatique mondiale,

Alde Nilsson , étudiant en développement mondial et militant pour la justice climatique avec Fridays for Future Suède

Jamie Mater , chercheur et militant pour la justice climatique chez Fridays for Future Suède

Raquel Frescia , écrivaine/chercheuse et militante pour la justice climatique avec Fridays for Future Suède

Source : The Guardian

Traduction : BM pour l’Agence Média Palestine

Retour haut de page