Universitaires contre la guerre en Palestine: « Tout ce que nous voulons pour les fêtes est un cessez-le-feu »

Pour un cessez-le-feu maintenant

Par les Universitaires contre la guerre en Palestine , le 21 décembre 2023

Les festivités de Noel et de fin d’année ont été annulées cette année en solidarité avec Gaza. L’Eglise de la Nativité, lieu de naissance du Christ, verra les prières des fidèles se dérouler dans le silence le plus complet. Les chefs des églises de Jérusalem ont annulé toutes les célébrations festives alors que le peuple palestinien pleure collectivement la perte de milliers de vies —  le résultat d’une guerre israélienne dont l’intention génocidaire a été reconnue par d’éminents experts.

Au cours des dix premières semaines de guerre, Israël a largué plus de 25 000 bombes – l’équivalent de deux bombes nucléaires – sur 2,2 millions de Palestinien.ne.s assiégé.e.s à Gaza. Elle l’a fait avec le soutien indéfectible des États-Unis et d’autres pays occidentaux. Les bombardements ont tué plus de 20 000 Palestinien.ne.s, dont plus de 8 000 enfants, et des millions de personnes sont menacées de famine et de déshydratation en raison des coupures de nourriture, d’électricité et d’eau. Plus de 1,1 million de personnes ont été déplacées de force à l’intérieur du pays et une grande partie des infrastructures de Gaza ont été bombardées, détruisant des hôpitaux, des écoles, des universités, des logements, des boulangeries, des sites religieux, des archives, ainsi que des bâtiments gouvernementaux et des installations de service public.

Israël a mené une véritable guerre contre les établissements d’enseignement en Palestine. À Gaza, 11 des 14 universités ont été complètement détruites, notamment l’université Islamique de Gaza (IUG), l’université Al-Azhar et la branche du nord de Gaza de la Al-Quds Open University. Les frappes aériennes israéliennes ont visé et tué des intellectuels palestiniens éminents, dont Sufyan Tayeh, scientifique de renommée mondiale et président de l’IUG, et Refaat Alareer, célèbre poète et professeur de littérature anglaise de l’IUG. Les bombes israéliennes ont détruit plus de 239 écoles publiques et 50 écoles de la United Nations Refugee Works Agency (UNRWA). Des milliers d’élèves, de membres du personnel et des éducateurs ont été tués et plus de 80,000 élèves de Gaza privés de leur droit à l’éducation. Ces actions ont été soutenues et facilitées par les États-Unis et par d’autres grandes puissances occidentales.

En cette période de fêtes, nous nous joignons aux Palestiniens et aux Palestiniennes du monde entier pour appeler à (1) un cessez-le-feu immédiat et permanent ; (2) l’entrée immédiate et sans restriction de l’aide humanitaire à Gaza ; (3) la fin du siège d’Israël à Gaza ; (4) la fin des attaques contre les établissements d’enseignement et de santé en Palestine.

Cet appel est lancé par Scholars Against the War on Palestine (SAWP), une coalition transnationale et interdisciplinaire d’universitaires, qui s’efforce de faire entendre et répandre l’appel palestinien « à prendre des mesures urgentes pour mettre fin à la présente guerre et au génocide actuel perpétrés par Israël à Gaza ».

Co-sponsorisé par Scientists for Palestine and Scholars for Palestine (UK).

Les affiliations institutionnelles sont requises uniquement à des fins d’identification.

Près de 2600 personnes (et on peut encore signer), et associations ont signé cet appel:
https://scholarsagainstwar.org/resources/

Et il existe un appel spécifique des Universitaires français pour la Palestine:

Engageons-nous activement pour arrêter immédiatement le génocide et la guerre d’occupation en Palestine
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdRtMgkgc03Y8DCvDkc5xUhBXEatw0mR-R0dXnbSpaO6L8q3A/viewform

Source : Scholars against war on Palestine

Traduction : BM pour l’Agence Média Palestine

Retour haut de page