Netanyahu défie la Cour internationale de justice : « Personne ne nous arrêtera »

Malgré les procédures engagées devant la Cour internationale de justice, Benjamin Netanyahu a clairement indiqué qu’Israël n’avait pas l’intention de relâcher son attaque génocidaire contre Gaza : « Personne ne nous arrêtera, ni La Haye, ni l’axe du mal, ni personne d’autre.

Par Jonathan Ofir, le 15 janvier 2024

Benjamin Netanyahou

Jeudi dernier, l’équipe de juristes sud-africains a plaidé sa cause contre le génocide israélien à Gaza devant la Cour internationale de justice (CIJ) à La Haye. Ce fut une session époustouflante de plus de trois heures, avec plusieurs discours exquis et moralement astucieux, comme celui de l’avocate irlandaise Blinne Ní Ghrálaigh – j’ai été stupéfait par les détails et la vue d’ensemble. Ces discours doivent être conservés pour la postérité, car ils comptent parmi les plus importants de l’histoire. Leur résumé sonne comme une cloche destinée à secouer le monde entier, comme lorsque Ní Ghrálaigh a entonné : « Le monde devrait être absolument indigné… Il n’y a pas d’espace sûr à Gaza et le monde devrait avoir honte ».

Mais le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, n’a pas honte. S’il est scandalisé par quelque chose, c’est par « l’assaut hypocrite de La Haye contre l’État des Juifs ».

Samedi, lors d’un discours en direct de neuf minutes (en hébreu) sur la chaîne israélienne 14, M. Netanyahou a de nouveau évoqué la « guerre des fils de la lumière contre les fils des ténèbres », la même imagerie que celle qu’il avait utilisée en octobre. Il a également défié directement la CIJ : « Personne ne nous arrêtera – ni La Haye, ni l’axe du mal, ni personne d’autre ».

Il faut du culot pour se référer ainsi à la Cour internationale de justice, la plus haute autorité juridique des Nations Unies, qui représente le consensus international le plus élevé en matière de droit international. Suggérer que ses arrêts n’auront aucune conséquence est une offense flagrante. En outre, M. Netanyahu a également menti dans son discours, affirmant que le chancelier allemand Olaf Scholz avait qualifié le Hamas de « nouveaux nazis », alors que c’est M. Netanyahu lui-même qui a tenu ces propos.

Mais Netanyahou ne se soucie pas de la vérité ni de ternir la CIJ. Il s’adressait en hébreu à sa foule. Et si son rejet scandaleux de la CIJ a fait les gros titres, le discours de M. Netanyahou comportait d’autres avertissements effrayants indiquant qu’Israël n’a pas l’intention de relâcher son attaque génocidaire.

En fait, la conclusion de son discours, qui n’a pas fait l’objet d’un grand nombre de reportages, comprenait une autre référence biblique qui fait subtilement allusion à la vengeance divine sur les ennemis d’Israël, semblable à sa fameuse référence à Amalek (où cette ancienne nation devait être éradiquée jusqu’aux bébés et aux animaux).

« Comme il est dit dans l’épisode biblique de la semaine », a déclaré M. Netanyahou, « ils vivront dans leur propre pays, que j’ai donné à mon serviteur Jacob. Ils y vivront en sécurité, construiront des maisons et planteront des vignes ».

Cette citation est tirée d’Ézéchiel 28, 25 et 26. À première vue, elle semble bénigne, mais la citation se poursuit. Netanyahou a omis la citation complète dans son discours, mais ceux qui connaissent leur Bible, comme la base religieuse-nationaliste sur laquelle Netanyahou s’appuie fortement, comprendront le message. La citation se poursuit :

« Ils vivront en sécurité quand je châtierai tous leurs voisins qui les ont calomniés. Ils sauront alors que je suis l’Éternel, leur Dieu ».

Après la citation biblique, M. Netanyahou a terminé son discours en disant : « Ensemble, nous nous battrons, et ensemble, avec l’aide de Dieu, nous vaincrons ».

Nous devons prendre ces paroles très au sérieux. Il s’agit du premier ministre israélien. Et pourtant, certains tentent encore d’expliquer ces appels répétés au génocide comme des exceptions. Aussi incroyable que cela puisse paraître, même des médias libéraux comme Haaretz estiment que la meilleure défense d’Israël devant la CIJ serait que M. Netanyahou licencie les ministres extrémistes qui tiennent de tels propos – alors qu’il les tient en permanence !

Et puis il y a Fania Oz-Salzberger, la fille d’Amos Oz, qui a suggéré que ces appels au génocide ne sont que des exemples de « liberté d’expression sauvage » et de « grandes gueules criant au génocide et à l’Amalek » qui ne sont « pas conscientes de la profonde dissonance, de l’énorme dommage, de l’indignation justifiée ». À l’instar de Haaretz et du New York Times, elle suggère qu’il ne s’agit que de pommes pourries : « Seule une petite minorité souhaite un véritable génocide à Gaza et est assez moralement handicapée pour le mener à bien : l’extrême droite nationale et religieuse. Et « Non, Israël n’est pas en train de mener un génocide… Mais son discours permanent sur « l’aplatissement de Gaza » n’est plus un effet secondaire pittoresque de notre héritage argumentatif ».

C’est absurde – Oz-Salzberger tente de surpasser son père en matière de colportage de hasbara.

Une écrasante majorité de la population israélienne soutient le génocide, elle l’appelle simplement autrement, comme l’autodéfense. La plupart d’entre eux pensent que la puissance de feu utilisée est insuffisante, et la plupart d’entre eux soutiennent le plan d' »émigration volontaire » (nettoyage ethnique en cas de doute).

Tous ces mots, ceux de Netanyahou comme ceux des propagandistes libéraux, font partie de la même réalité génocidaire. Israël commet un génocide et le monde a la responsabilité de protéger les Palestiniens. Netanyahou a annoncé qu’il ne reculerait devant rien, même si la plus haute cour de justice du monde l’y oblige. Nous devons donc nous tenir aux côtés des Palestiniens, contre cet axe israélien du mal.

Jonathan Ofir est un musicien israélien, chef d’orchestre et blogueur/écrivain basé au Danemark.

Source : Mondoweiss

Traduction ED pour l’Agence Média Palestine

Retour haut de page