Le mépris total de l’Occident pour la vie des Palestiniens ne sera pas oublié

Nos élites politiques et médiatiques sont complices du cauchemar de Gaza. Tout vestige d’autorité morale a été perdu à jamais.

Par Owen Jones, le 21 janvier 2024

La vie n’est pas chère, dit-on : elle n’a apparemment aucun sens si l’on est Palestinien. Des Palestiniens fouillent les décombres après des frappes aériennes sur Khan Younis, octobre 2023. Photographie : Mohammed Dahman/AP

Quelle est la valeur d’une vie palestinienne ? Pour ceux qui conservent des illusions et qui ne sont pas déjà enterrés dans les décombres de Gaza avec des familles entières – comme les Zorob, les Kashtan, les Attalah – Joe Biden a offert une réponse définitive la semaine dernière. Dans une déclaration marquant le 100e jour depuis le début de l’horreur actuelle, il a montré à juste titre de l’empathie pour le sort des otages – dont l’enlèvement par le Hamas représente un grave crime de guerre – et de leurs familles traumatisées. Pourtant, il n’a pas mentionné une seule fois les Palestiniens.

Le fait que les hommes politiques et les médias n’aient pas pris la peine de dissimuler leur mépris pour la vie des Palestiniens aura des conséquences. En effet, ce phénomène n’est pas nouveau, et ces répercussions sont aujourd’hui violemment ressenties. Si les nations puissantes du monde n’avaient pas ignoré aussi effrontément le fait que trois quarts de million de Palestiniens ont été chassés de chez eux il y a 76 ans, et qu’environ 15 000 d’entre eux ont été victimes de morts violentes, les graines de l’amère récolte d’aujourd’hui n’auraient pas été plantées. Les élites politiques et médiatiques ont commencé comme elles voulaient continuer. Combien savent que l’année dernière, avant les atrocités indéfendables commises par le Hamas le 7 octobre, 234 Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes dans la seule Cisjordanie, dont plus de trois douzaines d’enfants ? La vie n’est pas chère, dit-on. Elle n’a apparemment pas de sens si vous êtes Palestinien.

Si l’on avait accordé ne serait-ce qu’un peu de valeur à la vie palestinienne, des décennies d’occupation, de siège, de colonisation illégale, d’apartheid, de répression violente et de massacres n’auraient peut-être jamais eu lieu. Opprimer les autres devient difficile à soutenir lorsque leur humanité est acceptée.

Même les personnes résignées à l’indifférence occidentale à l’égard de la vie des Palestiniens auraient pu s’attendre à ce que, après un tel carnage meurtrier, la digue finisse par céder. Il est certain que 10 000 enfants victimes d’une mort violente ou 10 enfants amputés d’une ou des deux jambes chaque jour, souvent sans anesthésie, susciteraient de vives émotions. Il est certain que les 5 500 femmes enceintes qui accouchent chaque mois – dont beaucoup subissent des césariennes sans anesthésie – ou les nouveau-nés qui meurent d’hypothermie et de diarrhée susciteraient un dégoût irrépressible. Les projections selon lesquelles, en l’espace d’un an, un quart de la population de Gaza pourrait mourir du seul fait de la destruction du système de santé par Israël ne manqueraient-elles pas de susciter des demandes pressantes pour que quelque chose, n’importe quoi, soit fait pour mettre fin à cette obscénité ? Les récits incessants de travailleurs humanitaires, de journalistes ou de médecins massacrés avec plusieurs membres de leur famille – voire toute leur famille – à cause d’un missile israélien ne finiraient-ils pas par déclencher un chœur écrasant dans la société occidentale : c’est une folie abjecte, il faut que cela cesse ?

Ce n’est pas le cas et c’est pourquoi les conséquences seront sévères.

La dévalorisation de la vie des Palestiniens n’est pas une supposition, c’est un fait statistique. Selon une nouvelle étude de la couverture médiatique dans les principaux journaux américains, pour chaque décès d’Israélien, les Israéliens sont mentionnés huit fois, soit 16 fois plus par décès que les Palestiniens. Une analyse de la couverture de la BBC par les spécialistes des données Dana Najjar et Jan Lietava a révélé une disparité tout aussi dévastatrice, et que des termes humanisants tels que « mère » ou « mari » étaient utilisés beaucoup moins souvent pour décrire les Palestiniens, tandis que des termes émotifs tels que « massacre » ou « boucherie » étaient presque toujours appliqués aux victimes israéliennes des atrocités commises par le Hamas.

Tout cela aura un impact profond. Tout d’abord, oubliez les futures revendications occidentales en matière de droits de l’homme et de droit international. Une grande partie du monde considère déjà avec mépris cette suffisance, qui n’est que la dernière ruse pour promouvoir les intérêts stratégiques des pays qui se sont enrichis aux dépens du reste du monde : des siècles de colonisation souvent génocidaire ont engendré un cynisme durable, tout comme des bains de sang plus récents tels que la guerre en Irak, ou le soutien actif à des tyrannies flexibles sur de nombreux continents. Après que l’Occident a armé et soutenu Israël alors qu’il imposait une mort massive à Gaza par les bombes, les balles, la faim, la soif et la destruction des installations médicales, personne d’autre que les crédules en phase terminale ne prêtera plus jamais l’oreille à de telles affirmations.

Mais les élites politiques et médiatiques occidentales ne devraient pas seulement paniquer à propos des autres pays. Elles sont également confrontées à un effondrement moral chez elles. Dans des pays comme les États-Unis et la Grande-Bretagne, les jeunes générations ont grandi en prenant le racisme beaucoup plus au sérieux que celles qui les ont précédées, et les sondages montrent qu’elles sont beaucoup plus favorables aux Palestiniens que les citoyens plus âgés. Ils sont des utilisateurs assidus des réseaux sociaux, où ils voient des images des atrocités sans fin à Gaza, et des soldats israéliens qui commettent allègrement des crimes de guerre pour amuser le public. L’avocate irlandaise Blinne Ní Ghrálaigh, en exposant le cas de l’Afrique du Sud contre Israël devant la Cour internationale de justice, a décrit cette situation comme « le premier génocide de l’histoire où les victimes diffusent leur propre destruction en temps réel dans l’espoir désespéré et jusqu’à présent vain que le monde puisse faire quelque chose ». Pour les jeunes générations exposées à de nombreux clips vidéo montrant des mères hurlant en serrant les corps sans vie de leurs nouveau-nés, tout cet épisode s’est avéré instructif.

Que pensent alors ces jeunes de la couverture médiatique ou des déclarations des hommes politiques qui ne semblent pas considérer la vie palestinienne comme ayant la moindre valeur ? Quelles conclusions tirent-ils sur les populations minoritaires croissantes des pays occidentaux dont les élites médiatiques et politiques font si peu d’efforts pour dissimuler leur mépris pour la vie palestinienne qui s’éteint à une échelle aussi biblique ?

Oui, nous avons vu comment le refus de traiter les Palestiniens comme des êtres humains a rendu inévitable le cauchemar d’aujourd’hui. Nous pouvons voir comment les prétentions morales utilisées pour justifier la domination mondiale de l’Occident sont définitivement réduites à néant. Mais on n’a guère réfléchi à la façon dont les élites politiques et médiatiques des pays occidentaux ont mis le feu à leur autorité morale, la laissant suppurer aux côtés de milliers de cadavres palestiniens non identifiés enterrés sous les décombres. Un tournant, assurément, dont les conséquences ne seront comprises que lorsqu’il sera bien trop tard.

Owen Jones est un chroniqueur du Guardian.

Source : The Guardian

Traduction ED pour l’Agence Média Palestine

Retour haut de page