Joe Biden peut mettre fin aux bombardements sur Gaza dès maintenant. Voici comment

Mr. le Président, lancez un appel. Mettez fin à ce génocide.

Par Mehdi Hasan, le 21 février 2024

Imaginez la scène. Un Premier ministre israélien lance des frappes aériennes sur une population arabe. Les civils sont tués par milliers. Un président américain, abasourdi et choqué par les scènes de carnage sur son écran de télévision, appelle son homologue israélien. Et…en quelques minutes…les bombardements sont terminés.

Cela vous paraît fou ? Ou peut-être simpliste ? Peut-être même naïf ?

Pourtant, nous sommes en 1982. Ce qui était censé être une incursion limitée dans le sud du Liban par l’armée israélienne au cours de l’été, sous la direction d’Ariel Sharon, alors ministre de la Défense (vous vous souvenez de lui ?), s’est transformé en un siège de plusieurs mois de Beyrouth et en un assaut total contre l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). Entre juin et août, les Israéliens ont coupé la nourriture, l’eau et l’électricité de la capitale libanaise dans une tentative brutale de détruire l’OLP, dont les combattants étaient retranchés dans un réseau de tunnels sous Beyrouth. (Cela vous rappelle quelque chose ?)

Le 12 août, lors de ce que l’on appellera plus tard le « jeudi noir », des avions israéliens bombardent Beyrouth pendant 11 heures consécutives, tuant plus de 100 personnes. Le même jour, Ronald Reagan, horrifié, téléphone à Menachem Begin, alors Premier ministre israélien, pour « exprimer son indignation » et condamner « la destruction et l’effusion de sang inutiles« .

« Menachem, c’est un holocauste« , dit Reagan à Begin.

Oui, un dirigeant américain a utilisé le mot « H » lors d’une conversation avec un dirigeant israélien. Begin a répondu par le sarcasme en disant au président américain : « Je pense que je sais ce qu’est un holocauste ». Reagan, cependant, n’en démord pas, insistant sur l’« impératif » d’un cessez-le-feu à Beyrouth.

Vingt minutes. C’est le temps qu’il faut à Begin pour rappeler le président et lui dire qu’il a ordonné à Sharon d’arrêter les bombardements. C’est terminé. « Je ne savais pas que j’avais un tel pouvoir », déclare Reagan, surpris, à un collaborateur en raccrochant le téléphone.

42 ans plus tard, l’assaut israélien contre Gaza a duré deux fois plus longtemps que le siège de Beyrouth. En 1982, Reagan aurait été ému par l’image d’un enfant libanais blessé. La semaine dernière, plus de 12 300 enfants palestiniens avaient été tués à Gaza, et des dizaines de milliers mutilés et blessés, en seulement quatre mois.

À l’époque, c’était le journal télévisé du soir. Aujourd’hui, nous avons tous Instagram. « La communauté internationale continue d’ignorer le peuple palestinien », a déclaré l’avocate irlandaise Blinne Ní Ghrálaigh à la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye le mois dernier, « malgré l’horreur du génocide perpétré contre le peuple palestinien, retransmis en direct depuis Gaza sur nos téléphones portables, nos ordinateurs et nos écrans de télévision. Il s’agit du premier génocide de l’histoire dont les victimes diffusent leur propre destruction en temps réel dans l’espoir désespéré, et pour l’instant vain, que le monde puisse faire quelque chose.

Oubliez le monde. Joe Biden, comme Reagan avant lui, pourrait mettre fin au carnage actuel par un simple coup de téléphone à Benjamin Netanyahu. Lui aussi possède « ce genre de pouvoir ».

Ne croyez pas ceux qui vous disent le contraire. Ceux qui, dans les médias, affirment que « l’Amérique découvre les limites de son influence sur Israël ». Les membres du Congrès qui affirment que les présidents américains « n’ont pas autant d’influence sur Israël qu’ils le pensaient ». Ceux qui, à la Maison Blanche, affirment qu’ils ne sont pas en mesure d’exercer une influence significative sur le plus proche allié de l’Amérique au Moyen-Orient pour l’amener à changer de cap.

Il s’agit là d’un non-sens fallacieux. Il s’agit, pour citer le critique des médias Adam Johnson, d’une « impuissance feinte » qui a été étayée, note-t-il, par une série de « fuites intéressées » de la Maison Blanche de Biden qui insistent sur le fait que le président « peut être ou ne pas être un peu agacé par » les actions d’Israël.

La vérité est que le commandant en chef du pays le plus riche de l’histoire du monde est loin d’être impuissant et, comme tous les commandants en chef qui l’ont précédé, il dispose d’une grande marge de manœuvre.

Comment le savons-nous ? Tout d’abord, parce que des membres de l’establishment de la défense américaine l’affirment. Prenons l’exemple de Bruce Riedel, qui a passé trois décennies à la CIA et au Conseil national de sécurité, conseillant quatre présidents différents. « Les États-Unis ont une influence considérable », a souligné M. Riedel lors d’une récente interview. « Chaque jour, nous fournissons à Israël les missiles, les drones et les munitions dont il a besoin pour mener une campagne militaire d’envergure comme celle de Gaza.

Et pourtant, reconnaît M. Riedel, « les présidents américains se sont montrés particulièrement réticents à utiliser ce levier pour des raisons de politique intérieure ».

Deuxièmement, nous savons que M. Biden dispose d’une influence majeure parce que les membres de l’establishment de la défense israélienne – comme l’ont souligné de nombreux observateurs – le disent aussi. Fin octobre 2023, les législateurs israéliens ont interpellé Yoav Gallant, le ministre de la Défense, au sujet de la décision d’autoriser une (petite) aide humanitaire à Gaza, avant la libération des otages. Quelle a été la réponse de Gallant ? « Les Américains ont insisté et nous ne sommes pas en mesure de leur refuser. Nous dépendons d’eux pour nos avions et nos équipements militaires. Qu’est-ce que nous sommes censés faire ? Leur dire non ? »

Le mois suivant, le général de division israélien à la retraite Yitzhak Brick est allé encore plus loin que Gallant. « Tous nos missiles, nos munitions, nos bombes guidées avec précision, nos avions et nos bombes proviennent des États-Unis », a déclaré M. Brick lors d’une interview en novembre. « Dès qu’ils ferment le robinet, vous ne pouvez plus vous battre. Tout le monde comprend que nous ne pouvons pas mener cette guerre sans les États-Unis. Un point c’est tout ».

Vous avez compris ? Les Israéliens ne peuvent pas « refuser » les Américains. En fait, le président des États-Unis pourrait « fermer le robinet » – munitions, bombes, renseignements – et mettre ainsi fin à ce que la CIJ a considéré comme un génocide plausible à Gaza.

Troisièmement, nous savons que Biden a le pouvoir d’empêcher Netanyahou de tuer des Palestiniens en masse à Gaza parce qu’il l’a déjà fait. En mai 2021, Israël a bombardé la bande de Gaza pendant 11 jours consécutifs, tuant plus de 100 Palestiniens, dont 66 enfants. Au cours de la même période, le Hamas et d’autres groupes armés palestiniens de Gaza ont tiré plus de 4 000 roquettes sur Israël, tuant 14 civils. Hier comme aujourd’hui, M. Netanyahou a rejeté les appels au cessez-le-feu lancés par le Hamas, la France, l’Égypte et la Jordanie.

Mais devinez qui il n’a pas pu rejeter ? Oui, le président des États-Unis. « Nous devons accomplir davantage », a plaidé M. Netanyahou lorsque M. Biden l’a appelé le 19 mai, selon le journaliste Franklin Foer. La réponse du président ? « Hé, mec, on n’a plus de piste ici. C’est fini. »

Deux jours plus tard, un cessez-le-feu était annoncé. Et, moins d’un mois plus tard, le Premier ministre israélien était éjecté de son poste.

Pourquoi alors et pas maintenant ? Peut-être parce que M. Biden, comme des millions d’Américains et d’autres personnes dans le monde, a été à juste titre horrifié par la terreur endurée par les Israéliens le 7 octobre. Mais où est son horreur face à la terreur qui continue de régner à Gaza ? Les deux mères palestiniennes qui y sont tuées toutes les heures, les dix enfants palestiniens amputés d’une jambe ou des deux chaque jour, ou encore un Palestinien sur quatre qui meurt littéralement de faim à Gaza à l’heure actuelle ?

Se pourrait-il que Biden accorde moins de valeur à la vie des Arabes que… Reagan ? « Le président ne semble pas reconnaître l’humanité de toutes les parties affectées par ce conflit », a déclaré un ancien fonctionnaire de l’administration Biden à Mother Jones en décembre. « Il a décrit la souffrance israélienne avec force et détails, tandis que la souffrance palestinienne est laissée dans le vague, voire mentionnée. »

Les admirateurs du président aiment à le qualifier de «consolateur en chef». Ses collaborateurs le qualifient de «fervent catholique». Il a lui-même parlé, avec émotion et longuement, du deuil, de la perte et de la douleur. Alors, comment ce même Biden dort-il la nuit, alors que les bombes fabriquées par les États-Unis continuent de tomber sur des innocents à Gaza ? Comment justifie-t-il son inaction et sa complicité ? Voici un homme qui a vécu des tragédies personnelles dévastatrices, perdant sa femme de 29 ans et sa fille d’un an dans un accident de voiture, puis, des décennies plus tard, un fils atteint d’un cancer du cerveau. Pourtant, il possède aujourd’hui le pouvoir, unique parmi les 8 milliards d’habitants de cette planète, de décrocher son téléphone, de composer un numéro commençant par +972 et d’arrêter le massacre quotidien de centaines de femmes et d’enfants.

C’est aussi simple que cela.

Alors, Monsieur le Président, il ne sert à rien d’«évacuer» votre frustration en privé et de dire à vos seuls collaborateurs que la guerre « doit cesser ».

Dites-le à Netanyahu. Lancez l’appel. Mettez fin à ce génocide.

Source : The Guardian

Traduction : AJC pour l’Agence Média Palestine

Retour haut de page