Israël affame délibérément les Palestiniens, selon un expert des droits de l’homme de l’ONU

En exclusivité : Michael Fakhri, rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation, déclare que le déni de nourriture est un crime de guerre et constitue « une situation de génocide ».

Par Nina Lakhani, le 27 février 2024

Des Palestiniens font la queue pour un repas gratuit à Rafah, dans la bande de Gaza, le 16 février. Photo : Fatima Shbair/AP : Fatima Shbair/AP

Israël affame délibérément les Palestiniens et devrait être tenu responsable de crimes de guerre et de génocide, selon le principal expert des Nations Unies en matière de droit à l’alimentation.

La faim et la malnutrition sévère sont largement répandues dans la bande de Gaza, où environ 2,2 millions de Palestiniens sont confrontés à de graves pénuries résultant de la destruction par Israël des réserves alimentaires et de la restriction sévère de l’acheminement de la nourriture, des médicaments et d’autres fournitures humanitaires. Les camions d’aide et les Palestiniens qui attendent l’aide humanitaire ont été la cible de tirs israéliens.

« Il n’y a aucune raison de bloquer intentionnellement le passage de l’aide humanitaire ou de détruire intentionnellement des bateaux de pêche artisanale, des serres et des vergers à Gaza, si ce n’est pour empêcher les gens d’avoir accès à la nourriture », a déclaré Michael Fakhri, rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation, au Guardian.

L’aide entrant dans la bande de Gaza est tombée à 98 chargements quotidiens en février, contre une moyenne de 500 à 600 avant le conflit.

« Priver intentionnellement des personnes de nourriture est clairement un crime de guerre. Israël a annoncé son intention de détruire le peuple palestinien, en tout ou en partie, simplement parce qu’il est palestinien. En tant qu’expert des Nations Unies en matière de droits de l’homme, je considère qu’il s’agit désormais d’une situation de génocide. Cela signifie que l’État d’Israël dans son ensemble est coupable et doit être tenu pour responsable – et pas seulement des individus ou tel ou tel gouvernement ».

Dans chaque famine, qu’elle soit d’origine humaine ou climatique, les enfants et les nourrissons, les femmes enceintes et les personnes âgées sont les plus vulnérables à la malnutrition, aux maladies et aux décès prématurés.

Les examens nutritionnels effectués en janvier dans les centres de santé et les abris ont révélé que près de 16 % des enfants de moins de deux ans – soit l’équivalent d’un nourrisson sur six – souffraient de malnutrition aiguë ou d’émaciation dans le nord de la bande de Gaza, où 300 000 personnes sont prises au piège, Israël n’autorisant pratiquement aucune aide alimentaire à y pénétrer. Selon un récent rapport des Nations Unies, près de 3 % d’entre eux souffrent d’émaciation sévère et courent un risque élevé de complications médicales ou de décès en l’absence d’une aide urgente. Des rapports font état de parents qui nourrissent leurs enfants avec des aliments pour animaux dans l’espoir de les maintenir en vie.

À Rafah, dans le sud, où Israël concentre actuellement ses attaques militaires, 5 % des enfants de moins de deux ans souffraient de malnutrition aiguë. L’émaciation n’était pas un problème majeur à Gaza avant le conflit, puisque 0,8 % des enfants de moins de cinq ans souffraient de malnutrition aiguë.

Les projections ont eu lieu en janvier et la situation risque d’être encore pire aujourd’hui, a averti l’Unicef, qui n’a pas eu accès au nord malgré ses demandes répétées depuis le 1er janvier.

Ahmad attend son tour dans la foule pour recevoir un repas d’un hospice caritatif qui distribue de la nourriture gratuitement à Rafah, le 19 décembre 2023. Photographie : Abed Zagout/Unicef

« La rapidité de la malnutrition des jeunes enfants est également stupéfiante. Les bombardements et les morts directs sont brutaux, mais cette famine – ainsi que l’amaigrissement et le retard de croissance des enfants – est une véritable torture. Tout indique qu’il s’agit d’une action intentionnelle », a déclaré M. Fakhri, professeur de droit à l’université de l’Oregon.

Affamer intentionnellement des civils en les « privant d’objets indispensables à leur survie, y compris en entravant délibérément l’acheminement des secours » est un crime de guerre, selon le statut de Rome de la Cour pénale internationale. Les objets indispensables comprennent la nourriture, l’eau et les abris, qu’Israël refuse systématiquement aux Palestiniens. La famine est un crime de guerre en vertu des conventions de Genève et du statut de Rome. Elle a également été reconnue comme un crime de guerre et une violation générale du droit international par le Conseil de sécurité des Nations Unies en 2018.

Dans toute la bande de Gaza, 95 % des ménages limitent les repas et la taille des portions, les adultes se privant pour nourrir les jeunes enfants. Pourtant, le peu de nourriture dont disposent les gens manque des nutriments essentiels dont les humains ont besoin pour grandir et s’épanouir physiquement et cognitivement.

Avant le conflit, 85 % des enfants de moins de cinq ans à Gaza consommaient quatre groupes alimentaires ou moins par jour

En moyenne, les ménages interrogés disposaient de moins d’un litre d’eau salubre par personne et par jour. Au moins 90 % des enfants de moins de cinq ans sont touchés par une ou plusieurs maladies infectieuses.

« La faim et la maladie sont une combinaison mortelle », a déclaré le Dr Mike Ryan, directeur exécutif du programme d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé.

La rapidité de la crise de la malnutrition témoigne du fait que, même avant cette guerre, la moitié des habitants de Gaza souffraient d’insécurité alimentaire et que près de 80 % d’entre eux dépendaient de l’aide humanitaire en raison du blocus qui dure depuis 16 ans.

Une étude réalisée en 2019 sur l’agriculture à petite échelle dans les territoires palestiniens a révélé que « l’occupation israélienne est le principal facteur d’insécurité alimentaire et nutritionnelle ».

« La situation était déjà très fragile en raison de la mainmise d’Israël sur les entrées et sorties de Gaza. Ainsi, lorsque la guerre a commencé, Israël a très facilement pu faire en sorte que tout le monde souffre de la faim, car la plupart des gens étaient au bord du gouffre », a déclaré M. Fakhri.

Une fille palestinienne se fait mesurer le bras pour tester la malnutrition dans une tente médicale à Rafah, le 14 février. Photo : Ibraheem Abu Mustafa/Reuters : Ibraheem Abu Mustafa/Reuters

« Nous n’avons jamais vu une population civile souffrir de la faim aussi rapidement et aussi complètement, c’est ce que s’accordent à dire les experts en matière de famine. Israël ne se contente pas de cibler des civils, il tente de compromettre l’avenir du peuple palestinien en s’en prenant à ses enfants ».

La situation catastrophique pourrait encore s’aggraver. Fin janvier, plus d’une douzaine de pays, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Australie et le Canada, ont suspendu leur aide financière à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).

L’aide financière a été suspendue immédiatement après qu’Israël a formulé des allégations non fondées contre 12 employés de l’UNRWA ayant des liens avec le Hamas – le jour même où la Cour internationale de justice (CIJ) a rendu son arrêt provisoire ordonnant à Israël de prendre toutes les mesures possibles pour prévenir les actes génocidaires et de prendre des mesures immédiates pour assurer la fourniture de services de base et d’aide humanitaire aux civils de Gaza.

L’UNRWA, qui compte environ 30 000 employés, fournit une aide alimentaire d’urgence, des soins de santé, une éducation et d’autres services de base à près de 6 millions de réfugiés palestiniens à Gaza, en Cisjordanie occupée, au Liban, en Syrie, en Jordanie et à Jérusalem-Est. Vendredi, l’UNWRA a déclaré qu’elle ne pouvait plus fonctionner dans le nord de la bande de Gaza, où la nourriture a été livrée pour la dernière fois il y a cinq semaines.

« Mettre fin presque instantanément à un financement sur la base d’allégations non fondées concernant un petit nombre de personnes n’a d’autre but que la punition collective de tous les Palestiniens dans de nombreux pays. Les pays qui ont retiré cette aide sont sans aucun doute complices de la famine qui frappe les Palestiniens », a déclaré M. Fakhri.

Un Palestinien et un enfant allument un feu pour cuisiner à Rafah. Photographie : Abed Zagout/Anadolu via Getty Images

Lundi, Amnesty International a déclaré qu’Israël n’avait pas pris « ne serait-ce que le strict minimum » pour se conformer à l’arrêt de la CIJ et garantir que des biens et des services vitaux suffisants parviennent à une population menacée de génocide et au bord de la famine.

Le gouvernement israélien affirme que sa guerre est dirigée contre le Hamas et qu’elle constitue une réponse justifiée à l’attaque transfrontalière sans précédent du 7 octobre, qui a fait plus de 1 100 morts. Depuis lors, près de 30 000 habitants de Gaza ont été tués par les attaques israéliennes, selon le ministère palestinien de la santé. Soixante-dix mille autres ont été blessés et des milliers d’autres sont portés disparus et présumés morts. On estime que 134 Israéliens sont toujours retenus en otage par le Hamas.

Depuis des années, Israël s’en prend aux sources d’eau et de nourriture des Palestiniens.

Une Palestinienne nourrit son nouveau-né avec des dattes en raison de la pénurie de lait, dans une école où ils ont trouvé refuge à Nuseirat. Photo : Reuters : Reuters

Israël a fait de la cueillette d’herbes sauvages indigènes comme le za’atar (thym), le ‘akkoub (gundelia) et le miramiyyeh (sauge) un délit pénal passible d’amendes et d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à trois ans. Depuis des années, les pêcheurs palestiniens sont la cible de tirs, d’arrestations et de sabotages de la part des forces israéliennes, en violation des accords d’Oslo de 1995 qui leur permettent de pêcher jusqu’à 20 milles nautiques.

La violence actuelle contre les Palestiniens et leur approvisionnement en eau et en nourriture s’étend à la Cisjordanie occupée.

Après l’attaque du 7 octobre, 24 000 hectares d’olives n’ont pas été récoltés en Cisjordanie, Israël ayant largement empêché les agriculteurs d’accéder à leurs vergers, ce qui a entraîné la perte de 1 200 tonnes métriques, soit 10 millions de dollars, d’huile d’olive, un produit d’exportation palestinien essentiel et un puissant symbole de l’identité palestinienne.

Un enfant boit de l’eau dans un récipient en plastique sale à Rafah, le 19 février. Photographie : Abed Zagout/Anadolu via Getty Images

« La destruction des oliviers n’est pas seulement une question de nourriture ou de commerce, elle est au cœur de ce que signifie être Palestinien et de sa relation à la terre, tout comme la mer est au cœur de ce que signifie être de Gaza », a déclaré M. Fakhri.

Le gouvernement israélien n’a pas répondu aux demandes de commentaires sur les déclarations de M. Fakhri, l’expert des droits de l’homme des Nations Unies.

M. Fakhri a ajouté : « Israël prétend qu’il y a des exceptions aux crimes de guerre. Mais il n’y a pas d’exception au génocide et il n’y a pas d’argument pour expliquer pourquoi Israël détruit les infrastructures civiles, le système alimentaire, les travailleurs humanitaires, et permet un tel degré de malnutrition et de faim… L’accusation de génocide rend tout un État responsable et le remède au génocide est la question de l’autodétermination du peuple palestinien. »

« La voie à suivre ne doit pas seulement consister à mettre fin à la guerre, mais aussi à instaurer la paix. »

Nina Lakhani est journaliste senior au Guardian US.

Source : The Guardian

Traduction ED pour l’Agence Média Palestine

Retour haut de page