Palestine: Les dirigeants syndicaux internationaux affirment leur soutien aux syndicats palestiniens et au peuple palestinien

Fédération Internationale des Journalistes, 30 mai 2024

Cette semaine, les dirigeants de huit Fédérations syndicales internationales (FSI) et de la Confédération syndicale internationale (CSI) se sont rendus à Ramallah pour exprimer leur solidarité aux syndicats de Cisjordanie et de Gaza. Ces organisations représentent presque tous les secteurs de l’économie mondiale et comptent des membres dans plus de 150 pays, représentant plus de 200 millions de travailleurs. En collaboration avec les affiliés palestiniens et d’autres, les FSI, toutes membres du Conseil des Syndicats Mondiaux (CGU), se sont engagées à intensifier leurs efforts pour aider les syndicats locaux à traverser cette période difficile pour les travailleurs et à remplir leur rôle en tant que moteurs clés du changement en Palestine.

La délégation, qui comprenait les secrétaires généraux de la CSI et des FSI ainsi qu’un certain nombre de dirigeants syndicaux de premier plan venus du monde entier, a rencontré des représentants de la Fédération générale palestinienne des syndicats (PGFTU) ainsi que des dirigeants syndicaux représentant les travailleurs de Cisjordanie et de Gaza.

La délégation a eu le privilège de rencontrer le président Abbas. Elle a également rencontré le vice-premier ministre, le Dr Samah Abou Oun, et plusieurs ministres du gouvernement au cours de la mission qui s’est déroulée du 28 au 30 mai 2024. Plusieurs syndicats mondiaux sont déjà profondément engagés auprès de leurs collègues palestiniens, tous déterminés à soutenir la lutte des travailleurs palestiniens.

La délégation a précisé « nous exprimons notre solidarité avec les syndicats et les travailleurs palestiniens en ces temps difficiles. Nous sommes profondément préoccupés par la grave crise humanitaire à laquelle est confrontée la population de Gaza et nous sommes aux côtés des Palestiniens, des Israéliens et des peuples du monde entier qui appellent à la paix, à l’égalité et à la justice ».

Les priorités urgentes doivent inclure un cessez-le-feu immédiat et permanent dans le plein respect du droit humanitaire international, l’accès immédiat à l’aide humanitaire, la libération de tous les otages et autres personnes détenues sans procédure judiciaire régulière et le retour en toute sécurité de tous les travailleurs piégés par le conflit.

La délégation a rappelé la politique de longue date de la CSI et d’autres syndicats mondiaux en faveur d’une solution à deux Etats, et l’appel à une paix juste et durable par la mise en œuvre intégrale des résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité des Nations Unies, afin de faciliter un véritable avenir économique pour une Palestine indépendante. Cela implique la fin de l’occupation de la Cisjordanie, le démantèlement de toutes les colonies illégales et la reconnaissance des frontières d’avant 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale d’un État palestinien.

La délégation a exhorté les gouvernements à reprendre et à augmenter le financement de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA). « Le rôle de l’UNRWA est vital pour fournir des services essentiels et soutenir les Palestiniens à un moment où ils en ont le plus besoin.

« Nous sommes venus ici pour renforcer la profondeur de notre engagement envers les travailleurs palestiniens et leurs syndicats – nous faisons tous partie de la même famille. Notre objectif est une Palestine démocratique et souveraine, vivant dans une paix et une sécurité justes et durables, aux côtés d’un Israël sûr. Nous savons que les syndicats sont un élément essentiel de toute démocratie et que des syndicats indépendants, forts et démocratiques, constitueront un élément clé pour atteindre cet objectif en Palestine ».

La délégation a rapporté avoir entendu des témoignages émouvants de Palestiniens qui ont payé un terrible tribut à la guerre actuelle.

Outre la triste réalité des destructions et des pertes humaines à Gaza, nous avons entendu parler de la violence des colons, des restrictions des droits humains telles que la liberté de circulation et des difficultés économiques en Cisjordanie. Ce qui ressort néanmoins, c’est l’engagement en faveur du syndicalisme et son potentiel à contribuer à un règlement juste dans le chaos plus large de ce conflit.

« Notre responsabilité en tant que syndicalistes mondiaux est de nourrir ce sentiment et nous appelons le mouvement syndical mondial à respecter ses principes de paix, d’humanité, de démocratie et de solidarité. Cela implique de continuer à investir dans un dialogue constructif avec les syndicats de Palestine et d’Israël, en reconnaissant leur rôle essentiel dans leurs sociétés respectives.

Les syndicats mondiaux n’oublieront ni n’abandonneront nos sœurs et nos frères en Palestine. Nous redoublerons d’efforts pour soutenir vos syndicats et vous soutenir. Les syndicats sont restés une constante – démocratiques, enracinés dans leurs communautés, et bien équipés pour apporter un soutien concret pendant la reconstruction, qui devrait intégrer les principes du travail décent et des services publics de qualité ».

De nombreux syndicats internationaux ont déjà apporté une aide importante aux travailleurs par l’intermédiaire des syndicats de Gaza et de Cisjordanie. L’Internationale de l’éducation a fourni une aide financière à plus de 1 000 enseignants en Palestine et des abris à plus de 5 000 enfants à Rafah. La Fédération internationale des journalistes apporte un soutien direct aux reporters de Gaza et gère un centre de solidarité doté d’un espace de travail et d’équipements à Khan Younis. La Fédération internationale des ouvriers du transport et l’Internationale des services publics ont toutes deux lancé des fonds de solidarité pour apporter une aide immédiate et un soutien à plus long terme aux travailleurs palestiniens des transports et des services publics et à leurs familles. L’Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois a fourni une aide humanitaire et des abris aux travailleurs de la construction et à leurs familles.

La délégation a conclu : « Les syndicats font partie du mouvement mondial pour la paix. Nous défendons la paix au même titre que des valeurs aussi importantes que la démocratie et l’humanité. C’est pourquoi nous sommes ici ».

Notes à l’attention des rédacteurs

Le Conseil des syndicats mondiaux (Council of Global Unions) rassemble les dirigeants des syndicats « internationaux », qui représentent chacun de nombreux syndicats nationaux, généralement dans un domaine d’emploi spécifique. Il compte actuellement parmi ses membres l’Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois, l’Internationale de l’éducation, la Fédération internationale des journalistes, l’Alliance internationale des arts et spectacles, IndustriALL Global Union, la Fédération internationale des ouvriers du transport, la Confédération syndicale internationale (qui représente les travailleurs de tous les secteurs), l’Union internationale des travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes, l’Internationale des services publics, la Commission syndicale consultative auprès de l’OCDE, et UNI Global Union.

La délégation en Palestine était composée de:

ITUC

• Luc Triangle General Secretary
• Jordania Ureña Deputy General Secretary

UNI

• Christy Hoffman General Secretary
• Marcio Monzane Regional Secretary UNI Americas
• Ben Richards Senior Policy Advisor

Education International

• David Edwards General Secretary
• Mugwena Maluleke Vice President – Africa
• Dalila EL Barhmi Coordinator for the Arab countries

ITF

• Steve Cotton General Secretary
• Paddy Crumlin President

IndustriAll

• Atle Hoie General Secretary
• Marie Nielsson President

PSI

• Daniel Bertossa General Secretary
• Christina McAnea General Secretary UNISON, the public service union

FIJ

• Tim Dawson Deputy General Secretary

BWI

• Ambet Yuson General Secretary
• Per Olof Sjoo President

IUF

• Sue Longley General Secretary

Pour plus d’informations, veuillez contacter la FIJ au +32 2 235 22 16

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 146 pays.

D. pour l’Agence Média Palestine

Source: IFJ

Retour haut de page