De nouveaux rapports font état d’abus sexuels et de tortures systématiques infligées par Israël aux Palestiniens

Une commission soutenue par les Nations unies constate des abus sexuels et des tortures systématiques infligés par Israël aux Palestiniens, dont de nombreux cas de femmes palestiniennes publiquement dépouillées de leurs vêtements et de leurs voiles.

Par Middle East Eye, le 12 juin 2024

Des soldats israéliens lors d’opérations militaires dans la bande de Gaza

Des rapports récemment publiés ont révélé que les forces israéliennes avaient systématiquement abusé sexuellement et torturé des hommes, des femmes et des enfants palestiniens lors de leur offensive contre la bande de Gaza.

Mercredi, un rapport publié par la commission d’enquête internationale indépendante des Nations unies a conclu que la fréquence et la gravité des violations sexuelles et sexistes signifiaient qu’elles faisaient probablement « partie des procédures opérationnelles [des forces de sécurité israéliennes] ». L’enquête décrit de nombreux cas dans lesquels les forces israéliennes ont publiquement déshabillé et retiré le voile de femmes palestiniennes et les ont soumises à un harcèlement sexuel devant leur famille lors d’opérations terrestres à Gaza.

La commission a noté que « les hommes et les garçons palestiniens ont été disproportionnellement affectés et victimisés sur de nombreux plans », et a entendu plusieurs rapports de victimes masculines soumises à des violences sexuelles à Gaza et en Cisjordanie par les forces israéliennes. Il s’agissait notamment d’abus physiques et mentaux pendant le déshabillage, de l’obligation de marcher nu entre les points de contrôle et de la contrainte de se déshabiller devant les membres de leur famille.

La commission a ajouté que ces actes étaient souvent filmés et photographiés par les soldats eux-mêmes. Des témoins ont également fait état de mauvais traitements et de nudité publique forcée lors de raids militaires israéliens dans les hôpitaux. Un témoignage décrit comment, lors d’un raid sur l’hôpital al-Shifa de la ville de Gaza en novembre, les forces israéliennes ont emmené tous les hommes et les adolescents à l’extérieur et les ont forcés à se déshabiller. La commission a affirmé que le caractère de plus en plus sexuel des agressions israéliennes était probablement motivé par le désir d’humilier les Palestiniens en représailles aux attaques menées par le Hamas le 7 octobre, qui ont fait plus de 1 100 morts.

Les quatre pires jours de ma vie

Une enquête de trois mois menée par le New York Times et publiée le 6 juin a également révélé des abus sexuels et des actes de torture systématiques commis sur des Palestiniens détenus à la base militaire de Sde Teiman, dans le sud d’Israël.

Un détenu, Fadi Bakr, étudiant en droit de la ville de Gaza, a décrit son interrogatoire de quatre jours comme « les quatre pires jours de ma vie ». Bakr a indiqué qu’avant son interrogatoire, il avait été emmené dans une « salle de disco » où la musique était diffusée à un volume tel que ses oreilles commençaient à saigner.

Un autre détenu a déclaré qu’au cours de l’interrogatoire, on l’avait forcé à s’asseoir sur un bâton métallique qui lui avait pénétré le rectum. Son récit ressemble beaucoup à celui d’un rapport de l’Unrwa qui cite un détenu témoignant que les interrogateurs « m’ont fait m’asseoir sur quelque chose comme un bâton métallique chaud et que j’avais l’impression d’être en feu ».

D’anciens détenus ont également déclaré avoir reçu des coups de poing, des coups de pied et des coups de matraque, de crosse de fusil et d’un détecteur de métaux manuel pendant leur détention. Une victime a déclaré que ses côtes s’étaient brisées après avoir été frappée avec un fusil. Sept détenus ont déclaré avoir été contraints de porter des couches pendant les interrogatoires, tandis que trois autres ont dit avoir reçu des décharges électriques.

Huit anciens détenus ont décrit comment ils ont été capturés les yeux bandés, menottés avec des serre-câbles et déshabillés à l’exception de leurs sous-vêtements. Ils ont ensuite été rassemblés dans des camions militaires avec d’autres hommes à moitié nus et transportés à Sde Teiman.

Israël a rejeté ces allégations comme étant « manifestement inexactes ou complètement infondées ».

Middle East Eye n’a pas été en mesure de vérifier les rapports de manière indépendante, mais la plupart des témoignages ont été corroborés par des centaines d’entretiens menés par l’Unrwa, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens. Selon des officiers de la base qui ont parlé au New York Times, sur les 4 000 détenus amenés au centre d’interrogatoire improvisé depuis octobre, 35 sont morts.

Torturés avec des chiens et de l’électricité

Ces rapports concordent également avec les témoignages de Palestiniens détenus par les forces israéliennes, rapportés par Middle East Eye en mars.

Ils ont déclaré à MEE avoir été physiquement torturés avec des chiens et de l’électricité, soumis à des simulacres d’exécution et détenus dans des conditions humiliantes et dégradantes.Un homme a décrit comment il avait été menotté, les yeux bandés et détenu dans une cage métallique pendant 42 jours. Lors des interrogatoires, il a déclaré avoir reçu des décharges électriques et avoir été attaqué par des chiens de l’armée qui l’ont griffé et mordu.

D’autres victimes ont décrit comment elles ont également été attaquées par des chiens, aspergées d’eau froide, privées de nourriture et d’eau, privées de sommeil et soumises à une musique bruyante constante. Un autre homme a raconté qu’on lui avait bandé les yeux, qu’on l’avait déshabillé et pendu par les bras pendant des interrogatoires au cours desquels il a été battu à plusieurs reprises et brûlé avec des cigarettes. Les quatre hommes ont déclaré avoir été forcés de se déshabiller et avoir été constamment battus et maltraités par des soldats israéliens au cours de leurs semaines de détention.

Traduction par l’Agence Média Palestine

Source : Middle East Eye

Retour haut de page