image_pdfimage_print

Un documentaire sur 18 vaches recherchées par l’armée israélienne pendant la première Intifada a été inscrit dans la catégorie des récompenses pour le meilleur film en langue étrangère.

wanted18

Capture d’écran du film ‘Les 18 Fugitives’ (YouTube)

MEE (l’Oeil du Moyen Orient), Dimanche 30 août 2015 Dernière mise à jour : lundi 31 août 2015

Le film sélectionné, réalisé par le Palestinien Amer Shomali et le Canadien Pal Cowan, raconte l’histoire de 18 vaches pourchassées par l’armée israélienne pendant la première Intifada. Ce documentaire se distingue par son utilisation combinée d’animation, d’interviews et de reconstitutions pour raconter l’histoire de ces vaches dont on s’est servi pour une « production indépendante de lait » dans une ferme collective palestinienne au plus fort du boycott des produits israéliens. Dans le film, Israël considérait les vaches comme une « menace pour la sécurité nationale de l’Etat d’Israël ».

https://twitter.com/AmerShomali/status/636863775358980096/photo/1?ref_src=twsrc%5Etfw

CNaYN3RWcAAlnYB

Les 18 Fugitives aux Oscars

Shomali, réalisateur de dessins animés, a dit combien il était « terrifiant » de raconter une histoire de façon humoristique sur fond des sombres jours de l’intifada.

« L’humour fait partie de la façon dont je vois les choses », a-t-il dit un jour dans une interview. « Je crois qu’une nation qui ne peut pas rire de ses propres blessures ne pourra jamais les cicatriser. »

Bande annonce des 18 FUGITIVES | Festival de Films de Human Rights Watch

VIDEO: https://www.youtube.com/watch?v=ekhTuZpMw54

Shomali a voulu raconter une histoire qui se différencie des images qui avaient la faveur des médias pendant l’intifada, principalement celles d’enfants et de jeunes hommes jetant des pierres sur l’armée israélienne.

La première intifada, ce fut plus que jeter des pierres, a voulu expliquer Shomali. L’histoire véridique de la façon dont un groupe d’intellectuels palestiniens de la classe moyenne de Beit Sahour près de Bethléem a acheté 18 vaches à un amical propriétaire de kibboutz pour créer une coopérative, indépendante d’Israël, a des conséquences hilarantes lorsque, au début, il devient clair que les nouveaux propriétaires ne connaissent absolument rien aux vaches. Et pourtant, la coopérative devient un énorme succès, poussant Israël à déclarer la ferme menace illégale sur la sécurité. Ce qui fait que la laiterie est obligée de s’enterrer, tandis que l’armée israélienne poursuit impitoyablement les vaches.

La décision des nominations sera annoncée en janvier 2016.

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine

Source : Middle East Eye