Le point sur la situation à Jénine au 5 juillet 2023

Par l’Agence média Palestine, le 5 juillet 2023

Après l’attaque militaire menée par les forces israéliennes à Jénine les 3 et 4 juillet, et alors que l’armée israélienne a annoncé s’être retirée de la ville et de son camp de réfugiés, le bilan est terrible.

Cette attaque, notamment menée par bulldozers et drones, constitue l’opération militaire la plus importante menée en Cisjordanie depuis au moins vingt ans. En deux jours, le bilan n’a cessé de s’alourdir. 12 Palestiniens ont en effet été assassinés par l’armée israélienne lors de ce déchaînement de violence, près de 150 ont été blessés, dont 20 grièvement, selon le ministère palestinien de la Santé. Le Croissant rouge palestinien déclarait le 4 juillet :  » la situation est « insoutenable » à Jénine », dénonçant le fait que l’entièreté de la population était menacée par une armée israélienne « sans pitié ».

Les bulldozers israéliens ont détruit les routes menant au camp de réfugiés de Jénine, empêchant également les ambulances et l’aide humanitaire de porter assistance aux Palestiniennes et Palestiniens. Le camp de réfugiés s’est de plus retrouvé sans eau ni électricité, l’armée israélienne ayant détruit de nombreuses infrastructures. Le 4 juillet, des frappes israéliennes sur la bande de Gaza ont également fait des dégâts sur ce territoire.

Après deux jours de chaos, l’armée israélienne a annoncé se retirer de Jénine le 5 juillet. Un porte-parole des militaires a ainsi annoncé que l’opération était « officiellement terminée », et que les soldats avaient quitté Jénine.

Le départ de l’armée laisse Jénine dans un état très critique. Près de 3500 habitants du camp de réfugiés de Jénine subissent en effet un déplacement forcé, imposé par l’armée qui souhaitait inspecter toutes les maisons et les a fouillées, détruites ou endommagées. Les habitants déplacés, dont de nombreux enfants, ont trouvé refuge dans des écoles ou des hôpitaux dans les villages alentours.

Face à la violence de l’armée israélienne, la communauté internationale s’est contentée d’exprimer son inquiétude. Le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Volket Türk, a déclaré que les violences en Cisjordanie devaient cesser. Le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères français a, quant à lui, « exprimé son inquiétude face au très lourd bilan humain des opérations militaires à Jénine », et a appelé Israël à respecter le droit humanitaire. Toutefois, le communiqué évoque des « impératifs de sécurité d’Israël ».

https://twitter.com/FranceJerusalem/status/1676282886079561729?ref_src=twsrc%5Egoogle%7Ctwcamp%5Eserp%7Ctwgr%5Etweet

Ce faisant, la diplomatie française ne semble pas reconnaitre le droit de résister à l’oppression, mentionné dans la déclaration des droits de l’homme de 1789, tout comme celui de résister, reconnu par le droit international à tout peuple occupé. La diplomatie française, elle, ignore le but de l’opération israélienne : terroriser la population civile palestinienne, particulièrement à Naplouse et Jénine, hauts lieux de résistance à l’occupant. Enfin, elle ne s’intéresse pas non plus à l’objectif israélien constant : renforcer l’occupation du territoire et l’apartheid israélien, comme analysé par Amjad Iraqi. Mieux : la France semble intéressée par les méthodes de répression des populations opprimées, au point qu’elle a demandé conseil à Israël pour réprimer les émeutes faisant suite au meurtre du jeune Nahel par la Police.

Fort de ces absences de réactions internationales, et loin de chercher l’apaisement demandé du bout des lèvres, Israël s’enorgueillit du résultat de son opération. Bezalel Smotrich (ministre des Finances) a déclaré que « La lumière vaincra les ténèbres, le bien vaincra le mal et la justice vaincra le mal. Le peuple d’Israël gagnera », et a qualifié les soldats en opération à Jénine de « combattants héroïques ».

Le premier ministre Benyamin Netanyahou a, quant à lui, plusieurs fois rencontré ces soldats, et a posté plusieurs messages sur les réseaux sociaux évoquant la « force » israélienne.

https://twitter.com/netanyahu/status/1676314587854000129

Depuis le début de l’année 2023, au moins 190 Palestiniens ont été assassinés par Israël.

Retour haut de page