L’Irlande interviendra dans l’affaire opposant l’Afrique du Sud à Israël devant la CIJ

L’Irlande a annoncé son intention d’intervenir dans l’affaire Afrique du Sud/Israël lors d’un communiqué ministériel le 27 mars dernier.

Par l’Agence Média Palestine, le 28 mars 2024

Cour Internationale de Justice, Pays-Bas.

Le 11 mars dernier, la Cour internationale de Justice a annoncé que l’Afrique du Sud avait soumis une nouvelle demande afin de modifier l’ordonnance de la CIJ rendue le 26 janvier 2024, ainsi que sa décision ultérieure rendue le 16 février, dans l’affaire intentée contre Israël. L’Afrique du Sud a expliqué qu’elle se voyait contrainte de revenir devant la Cour au regard des changements observés dans la situation à Gaza et de nouveaux éléments qui viendraient alourdir leur plainte, notamment celui de la famine généralisée imposée par Israël à toute la population assiégée de l’enclave.

Le 27 mars, le Tánaiste et ministre des affaires étrangères, Micheál Martin, a annoncé via un communiqué que l’Irlande interviendrait dans cette affaire engagée par l’Afrique du Sud contre Israël au titre de la convention sur le génocide devant la CIJ.

Le Tánaiste – vice premier-ministre irlandais – a indiqué qu’il avait chargé des fonctionnaires de commencer à travailler sur leur intervention au titre de l’article 63 du statut de la Cour internationale de justice; article qui offre à tout Etat la faculté de faire valoir son interprétation d’une convention multilatérale à laquelle il est partie lorsque cette convention est en cause dans un différend. Dans ce cas, il s’agit de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide.

Le communiqué irlandais ne précise pas dans quelle mesure ni sur quels points la République d’Irlande interviendra lors de l’audience, mais Micheál Martin a déjà précisé que l’urgence à ses yeux reste l’imposition d’un cessez-le-feu permanent et l’acheminement de nourriture et d’aide humanitaire dans toute la bande de Gaza. « Il est temps d’inonder véritablement Gaza d’une aide vitale. Le choix est clair : l’afflux ou la famine », ajoute-t-il.

Récemment, l’Irlande était intervenue dans l’affaire Ukraine contre Russie à la CIJ, également en vertu de la Convention sur le génocide.

Plus tôt avant elle, la Belgique avait exprimé son intention de donner son interprétation de l’article 2 de la Convention de 1948 des Nations Unies sur la prévention et la répression du crime de génocide, lors de la prochaine audience à la CIJ. La Belgique avait également soutenu la première procédure intentée par l’Afrique du Sud contre Israël en janvier 2024.

La demande de l’Afrique du Sud de modifier son ordonnance du 26 janvier et d’y ajouter des mesures conservatoires a suscité une réponse d’Israël, qui qualifie la requête sud-africaine de « belliqueuse, totalement infondée en fait et en droit, moralement répugnante, et représentant un abus à la fois de la Convention sur le génocide et de la Cour elle-même. »

La Cour n’a pas encore répondu à la demande, ni divulgué une potentielle date d’audience.

À ce jour, Israël a tué près de 32 000 Palestiniens dans la bande de Gaza, dont au moins 12 300 enfants.

Retour haut de page