image_pdfimage_print

Maureen Clare Murphy, 24 septembre 2019 

Khadamat Rafah (en vert) joue contre Markaz Balata pour la Coupe de Palestine le 30 juin. Le match s’est terminé par un match nul 1 à 1. Mahmoud Ajjour APA images

Alors qu’il se pose en organisation humanitaire sur Twitter, le bras bureaucratique de l’occupation militaire d’Israël mène la guerre contre le football palestinien.

La COGAT [Coordination des activités gouvernementales dans les territoires] – c’est le nom de cette branche de l’occupation – a refusé à une équipe de football de Gaza la permission de voyager en Cisjordanie pour un match de retour de la Coupe de Palestine. La compétition, reconnue par la FIFA, détermine quelle équipe représentera la Palestine dans la Ligue des champions d’Asie. 

Un tribunal israélien a rejeté une requête contestant l’interdiction de voyage des joueurs.

L’équipe a été interdite de voyage en Cisjordanie à cause d’ « inquiétudes sur la sécurité » non précisées, selon Gisha, un groupe de défense des droits humains qui a déposé cette requête au tribunal. 

Un match de la Coupe de Palestine entre le club de Khadamat Rafah et Markaz Balata a eu lieu à Gaza le 30 juin, se terminant en match nul. 

Les demandes de permis rejetées

Le club de Khadamat Rafah, basé à Gaza, a été informé trois jours avant le match retour du 3 juillet que 31 de ses 35 demandes de permis avaient été rejetées.

La semaine dernière, la COGAT a validé des autorisations pour le match retour, reporté au 25 septembre, à moins de la moitié des membres du club. Israël a validé les autorisations pour seulement 5 joueurs, selon Gisha. 

La requête de Gisha au tribunal note que « tout délai supplémentaire pour le match retour compromettrait l’entrée du club vainqueur dans la Ligue des champions d’Asie ». 

Le groupe ajoute que « les événéments sportifs sont listés parmi les critères restreints d’Israël pour être éligible à des permis de voyager ». 

Les restrictions sévères d’Israël sur les voyages entre la Cisjordanie et Gaza « sapent le fonctionnement de la société palestinienne dans son entier », selon Gisha.

Carte verte pour des violations des droits

Alors que le football palestinien est retenu en otage par Israël, l’organisme gouvernant le football mondial, la FIFA, a refusé de prendre des mesures contre les clubs de football israéliens situés dans les colonies de Cisjordanie. 

Human Rights Watch a déclaré que les clubs de football des colonies contribuent aux violations des droits humains, étant donné que « les colonies sont construites sur des terres saisies aux Palestiniens ». 

La FIFA a suspendu l’Afrique du Sud dans les années 1960 quand celle-ci était dirigée par un gouvernement d’apartheid. L’organisation a adopté une approche bien plus laxiste pour l’apartheid pratiqué par Israël.

Des militants palestiniens réclament que la compagnie de sportswear Puma annule son sponsoring des équipes de football basées dans les colonies israéliennes.

Toutes les colonies israéliennes en territoire occupé sont illégales selon le droit international. 

Maureen Clare Murphy

Maureen Clare Murphy est rédactrice en chef de The Electronic Intifada et vit Chicago.

Trad. CG pour l’Agence Média Palestine

Source: Electronic Intifada