Partagez cette article
  •  
  •  
  •  
  •  
image_pdfimage_print

Par The Electronic Intifada, le 2 août 2020

Des Palestiniens manifestent contre les projets d’Israël d’annexer officiellement la terre de Cisjordanie, Ramallah le 1er juillet. (Shadi Jarar’ah/ APA images)

Ibrahim Abu Yaqoub, 29 ans, a été tué d’une balle dans le cou par des soldats qui ont prétendu que l’homme qu’ils ont abattu et un camarade jetaient des cocktails Molotov contre un poste militaire. Le maire de Salfit, gouvernorat de Cisjordanie, où a eu lieu le tir, a dit qu’Abu Yaqoub a été tué sans justification.

Jusqu’ici cette année, vingt-six Palestiniens sont morts sous les tirs israéliens, 17 d’entre eux en Cisjordanie.

A Rafah, au sud de Gaza, Aseel Mahmoud Hamad Dheir, 34 ans, est mort de ses blessures subies lors d’une attaque aérienne d’Israël de l’été 2014 sur sa maison.

Environ 2.200 Palestiniens de Gaza ont été tués pendant les 25 jours de bombardements cet été là, dont environ 1.500 civils, dont un tiers étaient des enfants.

Egalement courant juillet, un prisonnier palestinien en longue peine est mort après une détention de 26 ans par Israël. Les associations palestiniennes de défense des droits de l’homme et les partis politiques ont accusé Israël de négligence médicale pour la mort de Saadi al-Gharabli, 75 ans.

Coronavirus

Israël a continué de refuser aux prisonniers palestiniens détenus dans des centres de détention surpeuplés les protections élémentaires contre la COVID-19. La plus haute juridiction de l’État a décrété en juillet que les prisonniers palestiniens n’avaient pas droit à la distanciation physique.

Les cas de coronavirus ont fait un bond en juillet en Israël et en Cisjordanie. L‘épicentre du démarrage de l’épidémie en Cisjordanie ce fut Hébron, suivie par Jérusalem Est, où Israël n’a pas mis en place de centres de dépistage dans un délai convenable et a retardé la livraison d’équipements essentiels par les hôpitaux.

Au 1er août, il y avait plus de 15.000 cas confirmés de COVID-19 en Cisjordanie et à Gaza, avec 85 décès depuis début mars.

On a détecté de nouveaux cas parmi les voyageurs de retour à Gaza, où il n’y a pas eu jusqu’ici de flambée de l’épidémie dans la communauté, et un décès.

La réponse d’Israël à la COVID-19 a dénié leurs droits fondamentaux aux Palestiniens des deux côtés de la Ligne Verte, a déclaré une association de défense des droits de l’homme dans un rapport soumis en juillet aux Nations Unies.

Annexion

Israël a fait marche arrière concernant l’annexion officielle de la Cisjordanie en dépit de la promesse de campagne électorale du Premier ministre Benjamin Netanyahou de la faire, tandis que l’annexion de facto se poursuivait sur le terrain.

En juillet, Israël a démoli et saisi en Cisjordanie des structures appartenant à des Palestiniens malgré la pandémie. Plus de 150 Palestiniens ont été déplacés de chez eux depuis début mars à cause des démolitions et des saisies par Israël.

Les attaques de colons sur les Palestiniens et leurs biens ont été en hausse, y compris l’incendie d’une mosquée et l’empoisonnement de bétail avant les vacances de l’Eid al-Adha.

Les forces israéliennes ont saisi en juillet quelque 100 colis alimentaires d’un centre de stockage de la Société Palestinienne du Croissant Rouge. Israël a dit qu’il confisquait les colis alimentaires, qui devaient être distribués aux familles isolées chez elles, parce que la distribution n’avait pas été coordonnée avec les autorités.

Deux institutions culturelles de Jérusalem Est ont subi en juillet une descente de la police israélienne, dont les associations palestiniennes ont dit qu’’il s’agissait d’une agression contre l’espace civique de la ville.

Les forces israéliennes ont entre temps arrêté Mahmoud Nawajaa, coordinateur du mouvement BDS – boycott, désinvestissement et sanctions – chez lui à Ramallah.

Les associations palestiniennes ont souligné l’augmentation des pressions et le rétrécissement de l’espace dans lequel agir alors qu’ils cherchent à construire une solidarité mondiale et à poursuivre les enquêtes pour crimes de guerre à la Cour Pénale Internationale.

Les Palestiniens de Gaza empruntent un slogan, fréquemment utilisé aux Etats Unis dans les manifestations de La Vie des Noirs Importe, pendant une manifestation le 1er juillet à Gaza contre l’annexion israélienne. (Ashraf Amra / APA images)
Le prisonnier palestinien tout juste libéré d’une prison israélienne Lyad al-Jirjawi, 34 ans, est fêté à son retour chez lui le 2 juillet à Khan Younis, au sud de la Bande de Gaza. Israël avait fait face à des appels à la libération d’al-Jirjawi, qui a passé 9 ans en prison, après qu’on lui ait diagnostiqué une tumeur au cerveau. (Ashral Amra / APA images)
Des femmes palestiniennes manifestent le 6 juillet contre l’annexion israélienne devant le checkpoint d’Erez au nord de la Bande de Gaza. (Ashraf Amra / APA images)
Un jeune Palestinien tient des shrapnels après une attaque aérienne israélienne le 6 juillet sur l’Est de la Bande de Gaza. Trois roquettes avaient été tirées vers Israël la veille au soir depuis le nord de la Bande de Gaza alors que des tensions s’avivaient autour des projets d’Israël d’annexer des parties de la Cisjordanie. (Ashraf Amra / APA images)
Des Palestiniens manifestent le 10 juillet contre un nouvel avant-poste colonial israélien dans la ville cisjordanienne d’Asira al-Shamaliya près de la ville de Naplouse, au nord de la Cisjordanie. Les soldats israéliens ont empêché les manifestants d’atteindre le site de l’avant-poste et ont dispersé la foule avec des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes. (Oren Ziv / ActiveStills)
Qamar Saad al-Ghalban se rend le 11 juillet sur la tombe de son père Rami après avoir reçu les résultats de son examen de fin d’études secondaires, à Khan Younis au sud de la Bande de Gaza. Pendant la période des examens, Rami Saad Al-Ghalban est mort des blessures provoquées par les tirs d’un sniper israélien au cours des manifestations de 2018. (Ashraf Amra / APA images)
Une lycéenne palestinienne fait la fête après avoir reçu les résultats de son examen de fin d’études secondaires le 11 juillet à Gaza Ville. (Mahmoud Al-Hindi / APA images)
Des Palestiniens participent aux funérailles de Jabr al-Qiq le 13 juillet à Rafah, au sud de la Bande de Gaza. Al-Qiq, général de brigade à la retraite de l’Autorité Palestinienne, a été assassiné, soi-disant par les fils d’un homme qu’il avait tué sous les ordres d’une faction de gauche au cours de la première intifada. Al-Qiq avait été emprisonné par Israël pendant 15 ans et libéré après que l’AP ait pris le pouvoir à Gaza. (Ashraf Amra / APA images)
Les meilleurs élèves du secondaire sont à l’honneur lors d’une cérémonie organisée le 14 juillet à Gaza Ville par le ministère de l’Education. (Mahmoud al-Hindi / APA images)
Des Palestiniens construisent un hôpital de campagne pour accueillir les patients de la COVID-19 à Deir al-Balah, au centre de la Gande de Gaza, le 15 juillet. (Ashraf Amra / APA images)
Un Palestinien cueille une figue de barbarie le 18 juillet à Khan Younis, au sud de la Bande de Gaza. (Ashraf Amra / APA images)
Un cycliste roule dans une rue de Jaffa le 19 juillet alors que la police disperse les Palestiniens qui manifestent contre le projet de la municipalité de Tel Aviv de construire un refuge pour les sans-abri et un espace commercial sur un cimetière musulman du 18ème siècle.
(Oren Ziv / ActiveStills)
Mohammad Shtayyeh, nommé Premier ministre de l’Autorité Palestinienne, rencontre Nicolay Mladenov, envoyé de l’ONU pour la paix au Proche Orient, le 21 juillet dans la ville de Ramallah en Cisjordanie. (Bureau du Premier ministre)
Des militants contre l’occupation portant une bannière qui dit « Démocratie pour tous » manifestent le 21 juillet devant la résidence officielle du Premier ministre Benjamin Netanyahou à Jérusalem Ouest. (Sharona Weiss / ActiveStills)
Un manifestant israélien porte un poster de Lyad al-Hallaq, Palestinien tué en mai par la police à Jérusalem Est, alors qu’il est arrosé par un canon à eau le 22 juillet devant la résidence officielle de Benjamin Netanyahou. (Oren Ziv / ActiveStills)
Des manifestants israéliens accrochent des pancartes sur les caméras de sécurité dans la Vieille Ville de Jérusalem où Lyad al-Hallaq a été tué en mai par la police. Les pancartes réclament qu’on livre l’enregistrement par les caméras de sécurité de l’assassinat de al-Hallaq ; la police prétend que les caméras sur le site ne fonctionnaient pas à ce moment là. (Sharona Weiss / ActiveStills)
Des Palestiniens manifestent contre les colonies israéliennes et l’annexion le 24 juillet dans le village de Haris, au sud de la ville de Naplouse en Cisjordanie. (Shadi Jarar’ah / APA images)
Une Palestinienne embellit un vêtement au point de croix traditionnel dans un atelier de la ville de Gaza le 25 juillet, Journée du Costume Palestinien Traditionnel.
(Mahmoud Ajjour / APA images)
Des Palestiniens font du patin le 25 juillet sur le port de Gaza Ville. (Mahmoud Ajjour / APA images)
Une professeure palestinienne de poids et haltères, Sherine al-Eila, dirige un entraînement le 26 juillet dans le gymnase de Gaza Ville. Al-Eilla est la première femme haltérophile de Gaza. (Mahmoud Ajjour / APA images)
es meilleurs élèves du secondaire assistent à une cérémonie le 27 juillet à Gaza Ville. A l’arrière-plan, des photos de feu le dirigeant de l’Organisation de Libération de la Palestine Yasser Arafat et de l’homme fort d’une faction du Fatah Muhammad Dahlan.
(Mahmoud Ajjour / APA images)
Un ouvrier palestinien prépare des gâteaux traditionnels fourrés aux dattes le 28 juillet, avant les vacances de l’Eid al-Adha, dans la ville de Naplouse en Cisjordanie.
(Shadi Jarar’ah / APA images)
Des Palestiniens se rassemblent sur un marché au bétail le 28 juillet à Deir al-Balah, au centre de la Bande de Gaza, avant les vacances de l’Eid al-Adha. (Ashraf Amra / APA images)
Des athlètes jouent la finale de la ligue de football des amputés le 29 juillet au stade Yarmouk de Gaza Ville. (Ashraf Amra / APA images)
Des Palestiniens se rassemblent le 29 juillet à Haïfa pour appeler à la sécurité et à la libération. Cette marche était organisée par al Qaws pour la Diversité Sexuelle et de Genre en Palestine avec d’autres organisations palestiniennes LGBTQ et féministes pour protester contre l’oppression patriarcale, coloniale et capitaliste. (Maria Zveik / ActiveStills)
Des fidèles palestiniens de la ville de Gaza célèbrent le premier jour de l’Eid al-Adha le 31 juillet (Mohammed Zaanoun / ActiveStills)

Traduction : J.Ch pour l’Agence Média Palestine

Source : The Electronic Intifada