Partagez cette article
  •  
  •  
  •  
  •  
image_pdfimage_print

Traduction de la pétition:

Facebook a un sérieux problème : autoriser des discours de haine à fleurir sur ses plateformes — particulièrement des discours qui visent des communautés opprimées de Myanmar au Cachemire ou à la Palestine – et censurer simultanément des discours politiques légitimes. Leur politique cause des préjudices réels et comme leur monopole continue à grandir, le danger ne fait que croître. 

Le Conseil de surveillance de Facebook a été créé pour gérer les questions liées à la modération des contenus sur Facebook — il est prévu pour agir comme une Cour suprême interne, décidant « de manière finale et contraignante quels contenus spécifiques devraient être autorisés ou ôtés de Facebook et Instagram [1] ». Mais nous contestons la nomination d’Emi Palmor, ancienne directrice générale de la cyber-unité du ministère israélien de la Justice, à ce conseil. Le travail illégal de la cyber-unité [2] sous Palmor a provoqué des retraits croissants de milliers d’éléments de contenu palestinien et «  a imposé de sévères limitations sur la liberté d’expression et d’opinion, particulièrement sur la Palestine [3] ».

Facebook doit enlever les discours de haine – pas censurer les Palestiniens ou les défenseurs des droits palestiniens, exprimant des expériences palestiniennes sous l’occupation et l’apartheid. Les membres du Conseil de surveillance doivent être des dirigeants expérimentés dans le maintien des règles de droit et la protection des droits humains du monde entier. Le CV de Palmor devrait la disqualifier immédiatement

Rejoignez JVP en association avec 7amleh, The Palestine Institute for Public Diplomacy, Palestine Solidarity Campaign, et le mouvement BDS pour les droits palestiniens, pour dire à Facebook qu’ils DOIVENT se concentrer sur l’élimination des discours de haine et ne pas censurer des discours légitimes de Palestiniens ou de défenseurs de la Palestine — et qu’Emi Palmor doit s’en aller. 

SIGNEZ LA PETITION ICI

—————–

[1] https://www.nytimes.com/2020/05/06/opinion/facebook-oversight-board.html
[2] Adalah. (2019, novembre). Le procureur de l’Etat d’Israël affirme que la censure du contenu des réseaux sociaux, à la suite de requêtes de la Cyber-unité, n’est pas « un exercice de l’autorité gouvernementale ». Lu sur : https://www.adalah.org/en/content/view/9859
[3] 7amleh. (2020, avril). HashTag Palestine: Analyse situationnelle des droits électroniques. Lu sur https://7amleh.org/2020/04/21/7amleh-publishes-hashtagpalestine-2019-an-annual-review-of-palestinian-digital-rights-issues

Trad: CG pour l’Agence Média Palestine

Source: JVP