La journaliste Shririn Abu Aqleh assassinée par Israël ce matin à Jénine

Par l’Agence média Palestine, le 11 mai 2022

Shririn Abu Aqleh, une célèbre journaliste locale de 51 ans couvrant pour la chaîne Al Jazeera a été assassinée d’une balle dans la tête ce matin (le 11 mai 2022) par un soldat d’occupation israélien lors d’une nouvelle incursion israélienne à Jénine. Elle portait un gilet « press ». Un autre journaliste, Ali al-Samudi, a été touché et est hospitalisé pour des blessures par balle dans le dos.

Shirin Abu Aqleh n’est malheureusement pas la seule journaliste victime de la violence meurtière des forces d’occupation israéliennes, puisque des dizaines de journalistes ont été assassinés dans des circonstances similaires alors qu’ils accomplissaient leur devoir d’information. Dans un communiqué, le syndicat des journalistes palestiniens affirme que depuis 2000, 55 journalistes palestiniens ont été tués par les forces d’occupation israéliennes et recense 7000 attaques de ces mêmes forces à l’encontre des journalistes palestiniens depuis 2013. Ce syndicat a à ce sujet déposé plainte auprès du procureur de la Cour Pénale Internationale le 27 avril 2022. Assassiner les journalistes, alors qu’ils remplissent leur mission professionnelle en informant notamment sur les crimes d’apartheid et de colonisation commis par Israël, permet aux forces d’occupation d’empêcher l’information quant à leur politique de nettoyage éthnique en Palestine occupée, d’autant que de nombreux médias occidentaux reprennent la version donnée par les forces d’occupation israéliennes.

Plusieurs médias, dont France 24 ont en effet repris la propagande israélienne en parlant « d’affrontements » et en attribuant l’assassinat aux Palestiniens.

Plusieurs autres journalistes présents sur les lieux, dont Ali al-Samudi, démentent la version israélienne des faits, arguant qu’il n’y avait aucune résistance palestinienne, aucun affrontement, et que les forces israéliennes ont directement ouvert le feu sur eux sans mise ne demeure préalable de quitter les lieux ou de cesser de filmer. La journaliste Shatha Hanaysha précise même qu’une fois Shririn Abu Aqleh à terre, les soldats ont continué à tirer.

Dans ce tweet, la journaliste Sarra Grira rétablit la réalité des faits:

De même, les journalistes de l’organisation israélienne de défense des droits humains B’Tselem ont réalisé une vidéo permettant de comprendre la configuration des lieux et le déroulement des faits, contredisant la version israélienne.

Dans ce tweet publié ce matin, la SNJ-CGT a également réagi à ce meurtre de leur consoeur:

Ses collègues lui ont dit un dernier adieu il y a quelques heure dans la ville de Jénine:

https://www.facebook.com/agencemediapalestine/posts/7452817581458358

https://www.facebook.com/agencemediapalestine/posts/7452817581458358

Alors que le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a affirmé, sur son compte Twitter, avoir proposé une enquête conjointe aux Palestiniens afin de faire la lumière sur les faits, le ministre des Affaires civiles de l’Autorité palestinienne, Hussein al-Sheikh a démenti avoir reçu une telle proposition et précise que ‘laffaire sera portée devant la Cour Pénale Internationale.

En Paris, ce 11 mai 2022, un rassemblement en hommage à la journaliste est organisé Place de la République à 19h.

Retour haut de page