Le spectre de la famine hante maintenant des milliers de familles déplacées

L’Agence Média Palestine a reçu ce témoignage d’Abu Sami, que nous relayons ci-dessous.

Par Abu Amir, le 8 décembre 2023 au matin.

Les derniers développements sur la situation dans la bande de Gaza. La situation dans la bande de Gaza est Idevenue désastreuse avec un manque de stocks alimentaires, de médicaments et de carburant, et les gens ont commencé à couper des arbres pour cuisiner ce qu’ils peuvent trouver sur les marchés. Il y a beaucoup d’appels des familles à l’UNRWA que leurs enfants meurent de faim et n’ont pas de nécessités pour la vie. 

Les vols se sont propagés dans les régions, et les gens ont attaqué les entrepôts de l’UNRWA il y a deux jours et saisi le stock de farine en raison de la faim extrême. Le spectre de la famine hante maintenant des milliers de familles déplacées, ainsi que les familles qui ont accueilli les déplacés.

Il y a une propagation généralisée des maladies de la peau en raison du manque d’hygiène et du manque d’eau pour se baigner et boire, et la population ne peut plus suivre les prix fous imposés par les commerçants pour les quelques produits disponibles sur les marchés.

En ce qui concerne les conditions de guerre, la nuit dernière a été très chaude dans toutes les régions, en particulier à l’ouest de Nuseirat et Madinat Al-Zahra, et personne ne pouvait dormir en raison de l’intensité des bombardements et des secousses des maisons comme si un tremblement de terre se déplaçait constamment, et il y avait des cris de femmes et d’enfants accompagnant le bruit des explosions par peur intense.

L’occupation a également commencé à répéter le scénario qu’elle a mené dans le nord de Gaza et dans la ville de Gaza, qui consistait à bombarder les réfugiés qui se réfugiaient dans les murs des hôpitaux. Hier, l’occupation a bombardé des réfugiés abrités autour des murs de l’hôpital des martyrs d’Al-Aqsa dans la ville de Deir Al-Balah, ce qui a entraîné un certain nombre de martyrs et de blessés. 

Le nombre de morts au cours des dernières 24 heures était d’environ 350, selon les statistiques du ministère de la Santé et les familles qui fuient leurs maisons en raison de l’intensité des bombardements sont forcées de lever des drapeaux blancs pour quitter leurs zones en toute sécurité, mais les soldats de l’occupation séparent les femmes et les enfants des hommes et laissent les femmes passer pendant qu’ils emmènent les hommes pour les exécuter, et ainsi de suite…

L’occupation et ses partisans ont violé toutes les conventions internationales et les valeurs humanitaires.

Retour haut de page