En souvenir de Lubna Alyaan, la violoniste assassinée à Gaza

Je préserverai la mémoire de Lubna de la meilleure façon que je connaisse : en écrivant de la musique en sa mémoire, en mémoire de son rêve, en mémoire de sa passion, en mémoire de l’avenir qui lui a été volé.

Par Mahmoud Abuwarda, le 11 décembre 2023

Lubna Alyaan pratiquant le violon.  (Photo gracieuseté de l'auteur)
Lubna Alyaan pratiquant le violon. 

Par une journée tranquille au milieu des quelques jours sereins à Gaza, j’ai rencontré cette fille calme aux yeux pleins de détermination et de passion. Lubna Alyaan se préparait pour une audition pour une bourse de musique au Conservatoire national de musique Edward Said, où j’ai travaillé comme professeur de guitare et superviseur académique. Je n’oublierai jamais l’enthousiasme et la passion qui ont rempli les yeux de Lubna. Elle m’a dit avec une forte volonté qu’elle voulait étudier le violon, même si le cours de violon était complet. Ma question était : Pourquoi le violon ? Elle a répondu : « J’aime passionnément le violon et je veux devenir l’une des meilleures violonistes du monde. C’est mon rêve. »

Quand j’ai vu sa détermination à apprendre l’instrument et son profond amour pour celui-ci et la musique, j’ai été poussé à faire une exception et à l’accepter dans la classe malgré les opportunités limitées. Lubna a brillamment réussi le test d’aptitude et est devenue un ajout précieux à la classe.

Pour nous tous au Conservatoire, c’était gratifiant d’assister aux progrès constants de Lubna. Nous avons tous aimé la diligence, l’enthousiasme et l’esprit joyeux de Lubna. Nous l’avons aidée à réaliser son grand rêve en organisant des cours de violon avec des professeurs et des musiciens extérieurs à la Palestine, comme Tom Suárez, ainsi que par l’intermédiaire de PalMusic à Londres.

En tant que professeur de solfège et d’histoire de la musique classique, je n’oublierai pas la passion de Lubna lors de ses cours. En tant que compositrice, je l’ai toujours encouragée à utiliser ce qu’elle a appris en improvisation et à essayer de composer des phrases musicales. Elle a montré un vif intérêt pour la composition musicale, démontrant une attention méticuleuse à chaque détail d’une pièce musicale.

Le 7 février 2022 était mon dernier jour à Gaza en raison de la guerre du mois de mai de l’année précédente. Dans un moment d’adieu difficile avec Lubna, je l’ai encouragée à continuer d’apprendre et de poursuivre son rêve.

Lubna a été assassiné le matin du 21 novembre 2023, après le bombardement de la maison de sa tante dans la ville d’Al-Nuseirat, au sud de la ville de Gaza. Ceci malgré le fait que l’armée israélienne ait déclaré Al-Nusairat comme zone de sécurité. Lubna et sa famille avaient cherché refuge dans le sud de Gaza pour des raisons de sécurité, mais leur maison a été bombardée ce matin-là, entraînant le martyre de près de 50 membres de la famille de Lubna. Sa famille entière a été rayée du registre civil, comme tant de familles palestiniennes à Gaza.

Je préserverai la mémoire de Lubna de la meilleure façon que je connaisse : en écrivant de la musique en sa mémoire, en mémoire de son rêve, en mémoire de sa passion, en mémoire de l’avenir qui lui a été volé. Je te promets, Lubna, de rester fidèle à tes rêves et de contribuer à partager ton histoire avec le monde.

Mahmoud Abuwarda est un compositeur et guitariste palestinien vivant désormais en Turquie. Il est co-fondateur et directeur académique du Conservatoire interculturel de musique d’Istanbul et enseigne au Rumeli International College. Quand il vivait à Gaza, il était professeur de composition, de guitare, d’histoire de la musique et de théorie musicale au Conservatoire national de musique.

Source : Mondoweiss

Traduction : AJC pour l’Agence Media Palestine

Retour haut de page