Chaque personne est une personne — #ToutMounSeMoun

Le genre de violence que nous voyons en Palestine s’est produit partout où les gens refusent d’être dominés. En ce jour du Nouvel An, nous célébrons le 220e anniversaire de l’indépendance d’Haïti et nous nous inspirons d’une révolution qui nous rappelle que la libération est possible.  

Par Michel Degraff et Vivien Sansour, le 1er janvier 2024

Attaque et prise de la Crête-à-Pierrot (4 - 24 mars 1802).  Illustration originale d'Auguste Raffet, gravure d'Ernst Hébert.  (Image : Wikimédia)
Attaque et prise de la Crète-A-Pierrot (4-24 mars 1802). Illustration originale d’Auguste Raffet, gravur d’Ernst Hébert. (Image : Wikimédia)

Yakoub el Khayat, le poète oral palestinien peu connu et décédé en 2022, a obtenu le statut de réfugié en 1948. Cette année-là, l’État israélien s’est implanté sur sa terre ancestrale, y compris sa maison dans le village d’Iqrith en haute Galilée, et il a rejoint quelque 750 000 Palestiniens qui ont fui tout ce qu’il avait toujours connu et aimé. Yakoub, qui a tempéré son chagrin en l’appelant « la blessure bien-aimée » et dont les paroles ont inspiré la résilience à chaque personne qui les a entendues, a vécu encore 74 ans et est finalement mort le cœur profondément lourd.

Certains auraient pu penser qu’un chagrin tel que le sien ne pouvait être surmonté. Mais la dévastation totale qu’Israël a infligée à la population de Gaza et de Cisjordanie depuis l’attaque du Hamas le 7 octobre, constitue un nouveau niveau de terreur, un niveau qui a ébranlé la foi des gens en l’humanité à travers le monde. Alors que nous sommes témoins du génocide à Gaza qui se déroule sous nos yeux, nous ne sommes pas seuls à chercher des réponses plus profondes sur la façon dont cela pourrait encore se produire à notre époque, sous nos yeux et vivre ce drame à travers nos écrans de télévision.

Certains d’entre nous reconnaissent que le type de violence que nous voyons aujourd’hui en Palestine occupée s’est produit et continue de se produire partout dans le monde – sous différentes formes, à différents rythmes et à différentes échelles – en particulier dans les endroits où les gens ont refusé d’être dominés ou asservis. Un de ces endroits est Haïti. Là-bas, la lutte contre l’esclavage et la colonisation a commencé avec l’arrivée des premiers colons européens en 1492 et s’est poursuivie tout au long de la révolution qui a commencé en 1791. Et maintenant, avec une nouvelle « intervention internationale » en préparation, nous nous souvenons qu’Haïti est toujours occupée, comme c’est le cas depuis des siècles maintenant, politiquement, militairementfinancièrement, voire culturellement et linguistiquement. Aujourd’hui, les Haïtiens sont encore punis pour leur défiance en affirmant leur humanité et leur souveraineté en 1804. Comme les Palestiniens, les Haïtiens sont diabolisés par les puissances occidentales parce qu’ils recherchent leur liberté et luttent pour leur dignité. 

Les Palestiniens et les Haïtiens sont des frères et sœurs maltraités et abandonnés dont l’assujettissement est né dans un ventre de douleur et de résistance. Nous souffrons de la même blessure ouverte créée par les puissances du monde. Les États-Unis et leurs alliés ont armé et contribué au massacre de nos peuples. Et même si cela est le cas dans de nombreux autres endroits du monde, nous, Palestiniens et Haïtiens, souhaitons, en ce moment, partager certaines de nos réflexions à travers notre douleur commune.

« J’espère te revoir », des murmures tremblants de « Je t’aime » et de longs et profonds soupirs – tels sont les paroles des fins d’appels téléphoniques avec nos proches en Palestine et en Haïti ces jours-ci. Les deux interlocuteurs savent que ce sera peut-être la dernière fois que nous nous entendrons à nouveau la voix. À Gaza, les bombes tombent sans discernement sur les hôpitaux, les maisons et les écoles. En Cisjordanie, les raids quotidiens et les attaques de colons armés se multiplient ; plus de 152 personnes ont été tuées ces dernières semaines, dans un climat de peur sans précédent. D’innombrables Palestiniens ont été kidnappés, torturés et humiliés devant les caméras pour divertir d’autres colons et Israéliens. Ces vidéos de torturediffusées dans le monde entier par les sadiques qui les ont créées, sont souvent la seule preuve d’espoir que l’être aimé d’une personne est peut-être encore en vie.

Le même type d’incertitude pèse sur Haïti, où environ 60 % de la capitale Port-au-Prince est contrôlée par des gangs meurtriers qui tuent, kidnappent, torturent et violent en toute impunité. Une école sur trois est attaquée. Plus de 1 500 Haïtiens ont été tués et plus de 900 kidnappés au cours du premier semestre de cette année (2023). Les gangs en Haïti ont des armes provenant du même empire qui arme Israël pour tuer des civils en Palestine – des armes payées avec l’argent de nos impôts et approuvées par nos élus.

Et maintenant, la « communauté internationale » tente d’envoyer encore une autre force armée en Haïti sous la forme de « casques bleus » kényans, qui ne parlent ni créole, ni français et qui – l’histoire nous apprend tristement – ​​sont tout aussi susceptibles de provoquer davantage de violence que de l’empêcher. Le fait que cette force kényane prenne des cours de français, parlé par seulement 5 % des habitants d’Haïti, principalement parmi les échelons supérieurs de la société, suggère que leur objectif est de protéger les riches, et non ceux de la population en globale. De plus, nous avons été témoins du fléau de violences sexuelles perpétrées par les soldats de maintien de la paix de l’ONU dans les zones de conflit, de la Somalie au Soudan du Sud en passant par le Congo, ainsi qu’en Haïti lors des précédentes interventions de l’ONU. En 2007, quelque 134 soldats de la paix srilankais en Haïti dirigeaient un réseau sexuel d’enfants, s’attaquant aux personnes les plus vulnérables au sein d’une population incroyablement vulnérable. Pourtant, lorsque l’armée sri lankaise a rapatrié 114 d’entre eux au Sri Lanka, aucun n’a été retrouvé emprisonné.

Même si nous travaillons dans le monde universitaire, nous ne faisons pas ces comparaisons et ces liens simplement pour prouver quelque chose. L’heure n’est pas à l’analyse critique ou au débat. Il est temps d’agir. Si nous voulons survivre à ce monde en tant que Palestiniens ou Haïtiens – ou en tant que juifs, musulmans, chrétiens ou qui que ce soit – nous devons tirer les leçons de l’histoire de résistance des autres peuples opprimés du monde. Nous devons dire haut et fort – puis prouver par de nouvelles actions collectives – que nous ne nous retournerons pas. Nous ne laisserons pas l’effusion de sang quotidienne devenir un spectacle qui nous insensibilise à l’expérience vécue par nos proches partout dans le monde. Nous ne resterons pas assis dans le silence et dans la souffrance pendant que les puissants continuent de nous dominer et de nous opprimer. « Plus jamais ça » doit être compris comme signifiant « plus jamais ça » pour tout le monde !

La vérité à laquelle nous devons tous, aux États-Unis, réfléchir aujourd’hui est qu’aucune de ces horribles tragédies ne se produit simplement « là-bas », dans un pays lointain. Le traumatisme se produit ici aussi, dans le cœur et l’âme des Américains. Et l’horreur que nous voyons chaque jour sur nos écrans est fabriquée ici aussi. Les Américains ne sont pas que des spectateurs. Nous sommes complices. Nous sommes coupables.

Ce n’est qu’une fois que nous aurons compris les mécanismes d’oppression à l’œuvre en Palestine, en Haïti et dans le monde que nous pourrons commencer à travailler ensemble pour les briser. 

L’histoire nous propulsera vers la justice. En nous souvenant de nos histoires collectives d’occupation et de libération et des rêves de liberté et d’égalité partagés par nos ancêtres, nous pouvons impliquer dans nos luttes ceux qui, auparavant, n’avaient pas pleinement compris la mise en garde de Martin Luther King selon laquelle « l’injustice, où qu’elle soit, est une menace pour la justice partout ». Ce n’est pas une coïncidence si les manifestations de masse partout dans le monde, et aux États-Unis en particulier, ont non seulement brandi des drapeaux palestiniens, mais également des symboles des mouvements de libération en Haïti, au Soudan, au Congo et dans les communautés amérindiennes. Ce rassemblement urgent démontre clairement que l’idée selon laquelle personne n’est libre tant que nous ne le sommes pas tous n’est pas qu’un simple slogan. Il s’agit d’une ligne directrice réelle et tangible pour un nouveau monde conçu dans le but de briser les vieux schémas humains selon lesquels les opprimés deviennent des oppresseurs – que ce soit sur l’Île de la Tortue ou au Moyen-Orient. Si Gaza nous apprend quelque chose en ce moment, c’est que l’illusion de liberté en Europe et aux États-Unis est, au mieux, fragile. Ce que la révolution haïtienne a essayé de nous apprendre, c’est que quelle que soit la dureté de l’oppression, les gens se lèveront parce que la vie est plus forte que la mort et parce que la volonté d’être libre est gravée dans notre ADN en tant qu’êtres humains. Comment nous le manifestons, comment nous y arrivons et même comment nous le comprenons sont les questions fondamentales que nous devons nous poser en cette nouvelle année. Quel genre d’êtres humains voulons-nous être ? Et quels vieux paradigmes sommes-nous prêts à briser ?   

C’est pourquoi, et au minimum dans l’immédiat, nous devons demander l’arrêt du flux d’armes vers les gangs en Haïti et la fin de l’ingérence américaine et internationale dans l’île. Et nous devons exiger un cessez-le-feu immédiat à Gaza – et la fin de l’occupation israélienne en Palestine, ainsi que la fin de toute aide militaire américaine à Israël. Ces revendications fondamentales sont celles que toute personne libre dans le monde devrait formuler dès maintenant. 

En ce jour et au tournant d’une autre année brutale dans l’histoire de l’humanité, puissions-nous nous inspirer de l’esprit de la révolution haïtienne qui continue de déclarer : « Tout moun se moun ».  

Chaque personne est une personne.

Source : Mondoweiss

Traduction : AJC pour l’Agence Média Palestine

Retour haut de page