À Gaza, Israël a transformé l’eau en arme de destruction massive

En privant les Palestiniens d’eau potable depuis le début de la guerre, Israël a provoqué une crise sanitaire sans précédent et risque de causer des dommages écologiques irréversibles.

Par Nancy Murray et Amahl Bishara, le 16 janvier 2024

Des Palestiniens collectent de l’eau potable dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 23 décembre 2023. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

En novembre, un mois seulement après le début de l’assaut israélien contre Gaza, qui dure depuis plus de 100 jours, Pedro Arrojo-Agudo, rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’eau potable et à l’assainissement, a averti qu’Israël « devait cesser d’utiliser l’eau comme une arme de guerre ». « Chaque heure qui passe sans qu’Israël n’empêche l’approvisionnement en eau potable dans la bande de Gaza, en violation flagrante du droit international, expose les habitants de Gaza au risque de mourir de soif et de maladies liées à l’absence d’eau potable », a-t-il imploré. Le nombre de morts résultant du manque d’eau et de son impact sur la santé publique, a ajouté M. Arrojo-Agudo, pourrait dépasser celui des bombardements israéliens eux-mêmes.

La privation d’eau à Gaza a été une tactique clé de la guerre depuis le tout début, Israël ayant fermé les canalisations alimentant l’enclave le 7 octobre. Le ministre israélien de la défense, Yoav Gallant, a annoncé qu’Israël « imposait un siège complet à Gaza. Pas d’électricité, pas de nourriture, pas d’eau, pas de carburant. Tout est fermé. Nous combattons des animaux humains et nous agissons en conséquence ».

La militarisation de l’eau est reconnue dans l’accusation de l’Afrique du Sud – entendue la semaine dernière par la Cour internationale de justice (CIJ) – selon laquelle l’assaut d’Israël sur Gaza équivaut à un crime de génocide. Cette allégation a également été formulée par d’autres universitaires et personnalités des droits de l’homme, notamment Craig Mokhiber, ancien directeur du bureau de New York du Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, dans sa lettre de démission datée d’octobre.

Comme le souligne la plainte de l’Afrique du Sud, ce qui s’est passé à Gaza est une intensification des politiques de violence menées de longue date contre le peuple palestinien. La privation d’eau et la destruction des infrastructures d’eau et d’assainissement font depuis longtemps partie des efforts israéliens, tant dans la bande de Gaza qu’en Cisjordanie, « pour rendre le processus quotidien de la vie, et la vie digne, plus difficile pour la population civile », comme l’a déclaré une mission d’établissement des faits de l’ONU en 2009.

Des Palestiniens marchent avec des bouteilles d’eau qui ont été distribuées à Rafah, au sud de Gaza, le 12 décembre 2023 (Mohammed Zaanoun/Activestills).

Les opérations militaires israéliennes menées par le passé dans ces deux territoires occupés ont également entraîné la destruction des ressources en eau. Pendant des décennies, Israël a utilisé l’accaparement de l’eau pour déposséder les Palestiniens de leurs terres et de leurs modes de vie, entravant l’agriculture palestinienne en Cisjordanie et pour les Palestiniens à l’intérieur d’Israël.

Une catastrophe sanitaire et écologique
La dépendance quasi-totale de Gaza à l’égard d’Israël pour l’eau et l’énergie la rend particulièrement vulnérable à la militarisation des ressources de base. Environ 30 % de l’approvisionnement en eau de Gaza est généralement acheté à Israël, et le reste dépend de l’électricité et du carburant – dont Israël contrôle également l’entrée – pour la purification.

Depuis le début de la guerre, le resserrement du siège et les bombardements israéliens ont provoqué une pénurie massive d’eau. Le 14 octobre, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que la coupure d’électricité signifiait qu’il n’y avait pas assez d’énergie pour faire fonctionner les puits d’eau, les usines de dessalement et de purification, ainsi que les services d’assainissement. Elle a également indiqué que les grèves avaient endommagé six puits, trois stations de pompage, un réservoir d’eau et une usine de dessalement desservant plus de 1,1 million de personnes.

L’UNICEF, qui a ouvert cette usine de dessalement en 2017, a déclaré que les gens étaient obligés de boire de l’eau très salée provenant de la mer, qui était en outre contaminée par de grandes quantités d’eaux usées non traitées qui étaient rejetées dans la mer chaque jour. Dans les deux semaines qui ont suivi le début de la guerre, l’OCHA a estimé la consommation d’eau par personne à Gaza – pour la boisson, la cuisine et l’hygiène – à seulement 3 litres par jour, tandis que les personnes entassées dans les abris de l’ONU n’avaient accès qu’à 1 litre par jour ; les normes internationales recommandent au moins 15 litres par personne et par jour.

Palestinians fill water from pipes provided by the United Nations Relief and Works Agency (UNRWA) in the Rafah refugee camp, Southern Gaza Strip, January 25, 2023. (Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des Palestiniens remplissent de l’eau à partir de tuyaux fournis par l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA) dans le camp de réfugiés de Rafah, au sud de la bande de Gaza, le 25 janvier 2023. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

L’eau en bouteille n’étant pas disponible et les grandes usines de dessalement ne fonctionnant pas, l’OCHA a écrit : « Les gens ont eu recours à l’eau extraite des puits agricoles, augmentant ainsi l’exposition aux pesticides et autres produits chimiques, ce qui expose la population à un risque de décès ou d’épidémie de maladies infectieuses ».

Même pendant la « pause humanitaire » de sept jours à la fin du mois de novembre, lorsque 200 camions d’aide par jour – moins de la moitié du nombre de camions qui entraient chaque jour avant la guerre – ont été autorisés à entrer dans Gaza, les bouteilles d’eau potable étaient toujours lamentablement rares. « Malgré cette pause, l’accès des habitants du nord à l’eau potable et à l’eau à usage domestique ne s’est pratiquement pas amélioré, car la plupart des principales installations de production d’eau sont restées fermées, en raison du manque de carburant et, dans certains cas, des dommages subis », a indiqué OCHA.

Les conséquences n’ont pas tardé à apparaître clairement. Fin octobre, un rapport interne du département d’État américain s’inquiétait du fait que 52 000 femmes enceintes et plus de 30 000 bébés de moins de six mois étaient contraints de boire un mélange potentiellement mortel d’eau polluée par les eaux usées et le sel de la mer. Depuis lors, les Palestiniens de la bande de Gaza ont été gravement affaiblis par la faim et les maladies endémiques, ainsi que par les blessures physiques infligées à près de 60 000 personnes et le stress mental causé par les bombardements incessants qui ont coûté la vie à plus de 23 500 personnes. Tout cela rend les Palestiniens de Gaza encore plus vulnérables aux maladies transmises par l’eau.

Fin décembre, comme l’a indiqué l’OMS, les plus d’un million de Palestiniens déplacés qui ont trouvé refuge dans la ville méridionale de Rafah avaient accès, en moyenne, à une toilette pour 486 personnes, tandis que dans l’ensemble de la bande de Gaza, une douche desservait en moyenne 4 500 personnes. Les eaux usées coulent dans les rues et contaminent les tentes érigées à la hâte dans lesquelles des centaines de milliers de personnes vivent désormais dans le sud et le centre de la bande de Gaza. Les femmes qui ont leurs règles sont confrontées à d’énormes difficultés, les produits menstruels, les toilettes et l’eau faisant cruellement défaut.

Tents as far as the eye can see in the southern Gaza city of Rafah, January 9, 2024. (Mohammed Zaanoun)
Des tentes à perte de vue dans la ville de Rafah, au sud de Gaza, le 9 janvier 2024. (Mohammed Zaanoun)

Une autre tactique inquiétante – et potentiellement durable – déployée par Israël ces dernières semaines consiste à pomper de l’eau de mer dans les tunnels de Gaza. L’objectif apparent est de détruire les tunnels et de débusquer les agents du Hamas, mais le Wall Street Journal a rapporté que cette action pourrait « également menacer l’approvisionnement en eau de Gaza ».

Bien que l’ampleur de l’opération de pompage reste incertaine, l’Afrique du Sud, dans sa soumission à la CIJ, exprime son « extrême préoccupation » quant à cette utilisation particulière de l’eau comme arme offensive, en déclarant : les experts en environnement ont prévenu que cette stratégie « risque de provoquer une catastrophe écologique » qui priverait Gaza d’eau potable, dévasterait le peu d’agriculture possible et « ruinerait les conditions de vie de tous les habitants de Gaza ».

Le document sud-africain note également que le rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l’eau aurait comparé ce plan israélien au mythique « salage » romain des champs de Carthage, qui visait à empêcher la croissance des cultures et à rendre le territoire inhabitable.

Palestinians at an UNRWA camp in Rafah after heavy rainfall, in the southern Gaza Strip, November 14, 2023. (Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des Palestiniens dans un camp de l’UNRWA à Rafah après de fortes pluies, dans le sud de la bande de Gaza, le 14 novembre 2023. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

L’accès à l’eau potable est indispensable pour éviter la famine et les maladies, et la destruction massive des infrastructures d’approvisionnement en eau à Gaza – y compris les lignes d’approvisionnement en eau potable, les stations de pompage et les puits – menace de provoquer une véritable catastrophe humanitaire. Pour reprendre les termes de la pétition sud-africaine adressée à la CIJ : « Ces conditions – délibérément infligées par Israël – sont calculées pour entraîner la destruction du groupe palestinien à Gaza ». En effet, les experts en santé publique avertissent qu’un demi-million de personnes – un quart de la population de Gaza – pourraient mourir de maladie en l’espace d’un an.

Faire de l’eau un droit de l’homme
Les militants et les organisations de défense des droits de l’homme doivent s’opposer sans équivoque à l’instrumentalisation de l’eau par Israël. En tant que militants de l’Alliance pour la justice de l’eau en Palestine, basée aux États-Unis, et de 1for3.org, nous avons vu comment les politiques discriminatoires d’Israël en matière d’eau ont longtemps été utilisées pour contrôler les Palestiniens et les chasser de leurs terres. Mais nous avons également vu comment l’activisme autour de l’eau peut mobiliser des personnes à travers de nombreux continents pour faire campagne pour la justice.

Prenons l’exemple du camp de réfugiés d’Aida, dans la ville de Bethléem, en Cisjordanie occupée par Israël, où, certains étés, l’eau n’a coulé dans les canalisations que toutes les deux semaines. Comme dans de nombreuses régions de Cisjordanie, les habitants stockent l’eau dans des réservoirs installés sur leurs toits. Lorsque l’eau vient à manquer, les coûts montent en flèche et les indignités s’accumulent, alors que les colons qui se trouvent à proximité des maisons des réfugiés ne connaissent jamais une telle pénurie d’eau.

Residents of Aida Refugee Camp fill plastic bottles with water from a public tap to compensate for lack of access to running water in their homes, July 13, 2012. (Ryan Rodrick Beiler/Activestills)
Les résidents du camp de réfugiés d’Aida remplissent des bouteilles en plastique avec de l’eau provenant d’un robinet public pour compenser le manque d’accès à l’eau courante dans leurs maisons, le 13 juillet 2012. (Ryan Rodrick Beiler/Activestills)

La reconnaissance de ce problème au niveau communautaire a conduit à la création d’un jardin hydroponique communautaire, à une sensibilisation accrue à la justice environnementale et à des initiatives communautaires d’analyse de l’eau auxquelles ont participé des experts en eau de Boston. Des militants de la région de Boston se sont également organisés autour de la justice de l’eau pour mettre fin à un partenariat entre le Massachusetts et Israël dans le domaine de l’eau.

Alors que la CIJ examine les accusations de génocide à l’encontre d’Israël, nous appelons les spécialistes de l’eau et les militants à envisager de signer cette lettre ouverte, qui décrit les politiques discriminatoires d’Israël en matière d’eau au fil des décennies et appelle à mettre fin à l’arsenalisation de l’eau dans la bande de Gaza.

Nous reconnaissons que l’eau n’est qu’un outil parmi d’autres dans la guerre génocidaire d’Israël, mais c’est un outil vital. Partie intégrante de la santé publique et de la vie elle-même, le droit humain à l’eau est ancré dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Le droit international est revigoré lorsque les gens s’efforcent ensemble de mettre fin à l’apartheid israélien, notamment en promouvant la justice environnementale et en défendant le droit humain à l’eau.

Source : +972Mag

Traduction : AJC pour l’Agence Média Palestine

Retour haut de page