À l’approche du Ramadan, Rafah se prépare à une invasion terrestre israélienne

Alors que l’invasion terrestre de Rafah par Israël est imminente et qu’aucun accord de cessez-le-feu n’est en vue, les 1,5 million de personnes entassées dans la ville la plus au sud de Gaza craignent de passer le Ramadan sous les tirs israéliens.

Par Assel Mousa, le 8 mars 2024

Des Palestiniens ayant fui vers Rafah depuis différentes parties de Gaza, le 14 février 2024. (Photo : Speed Jaras/APA Images)

Dans une tente située en face des toilettes de l’école de l’UNRWA à Rafah, Nahed al-Za’im, mère de cinq enfants, est assise avec ses fils, ses filles et ses petits-enfants. Son mari, seul soutien de la famille, travaillait comme vendeur de produits de nettoyage, mais il a perdu sa source de revenus en raison de l’agression israélienne sur la bande de Gaza.

« Je ne peux pas décrire correctement ma vie pendant l’agression israélienne sur Gaza, et mon esprit a du mal à comprendre que je vais passer le Ramadan en étant réfugiée dans une école de l’UNRWA », explique al-Za’im à Mondoweiss.

Al-Za’im et sa famille ont été déplacés de leur maison dans le quartier de Shuja’iyya, à l’ouest de la ville de Gaza, le 13 octobre, après avoir été menacés par l’occupation israélienne et avoir reçu l’ordre de déplacer les résidents vers le sud de la bande de Gaza.

Elle a passé près de trois mois déplacée dans une école de l’UNRWA à Khan Younis. Avec l’escalade des bombardements israéliens sur la ville, Mme al-Za’im et sa famille ont été contraintes de se déplacer à nouveau. Ils ont emprunté le corridor de « sécurité » mis en place par l’armée israélienne pour se rendre à Rafah, la ville la plus au sud de la bande de Gaza.

« Le couloir prétendument sûr est tout sauf sûr », explique Mme al-Za’im. « Nous avons été déplacés et les bombardements israéliens nous ont assaillis ».

« Nous sommes 12 personnes dans la tente, dont deux enfants qui ont besoin de lait et de couches, mais nous ne pouvons pas les nourrir », ajoute-t-elle. « L’emplacement de notre tente est extrêmement défavorable, elle se trouve en face des salles de bain où les eaux usées débordent souvent et atteignent notre tente. »

Alors que le mois du Ramadan approche à grands pas, Mme al-Za’im se sent « totalement impuissante », forcée de vivre comme une réfugiée déplacée dans une tente pendant un mois qu’elle a l’habitude de célébrer.

« Il n’y a pas de comparaison possible entre ce Ramadan et ceux qui l’ont précédé », dit-elle sombrement. « Nous avions l’habitude de décorer notre maison en prévision du mois béni, mais l’occupation a bombardé notre maison, la réduisant en ruines. Nous avions l’habitude de nous réunir en famille autour d’une table, mais aujourd’hui nous sommes dispersés. Je ne sais même pas ce qu’il est advenu de mes sœurs et de mes frères. Mon mari, nous ne l’avons pas vu depuis le début de l’agression israélienne. »

« J’ai l’impression d’être sur le point d’exploser de tristesse lorsque je pense au Ramadan », confie Mme al-Za’im lorsqu’on lui demande comment sa famille célèbre habituellement le mois sacré. « J’avais l’habitude de préparer de délicieux repas pour mes enfants, comme la maqluba et la fatta, pour la rupture du jeûne. J’avais l’habitude de préparer des repas nutritifs pour le suhoor [avant le début du jeûne], mais aujourd’hui nous n’avons que des aliments en conserve, et en quantités très limitées. »

« Même l’accès à l’eau potable est un combat », ajoute-t-elle. « Il n’y a pas d’accès à l’eau potable et nous sommes obligés de boire de l’eau contaminée, ce qui provoque de graves douleurs d’estomac pour moi et ma famille. »

Une invasion imminente

Avec la menace d’une invasion terrestre de Rafah, plus d’un million et demi de Palestiniens déplacés dans la région sont saisis d’une peur et d’une incertitude extrêmes, se demandant quelle serait leur prochaine destination si Israël lançait son attaque, comme il a annoncé son intention de le faire.

Le 13 octobre, lorsque l’armée israélienne a ordonné aux habitants du nord de Gaza de se déplacer au sud de Wadi Gaza, des milliers de familles ont fui vers les régions centrales et méridionales de la bande de Gaza en quête de sécurité.

Mais il est impossible de décrire une seule zone de Gaza comme sûre, en raison du ciblage aveugle des civils par l’armée israélienne, qui a forcé de nombreuses familles à être déplacées plus d’une fois dans toute la bande.

La ville de Rafah reste le dernier recours pour les personnes déplacées, accueillant plus d’un million et demi de personnes provenant de diverses régions de Gaza. Pourtant, les bombardements israéliens dans la région se poursuivent à Rafah.

La peur et l’hystérie résultant des menaces israéliennes ont été exacerbées par le massacre commis par les forces israéliennes le 12 février à Rafah. L’assaut a consisté en une série implacable de raids aériens et terrestres d’une durée d’une demi-heure, secouant la ville entière et entraînant la mort de plus de 100 civils.

À la suite de ce massacre et de la promesse israélienne d’une invasion terrestre avant le mois de Ramadan, des dizaines de familles ont quitté Rafah et se sont réfugiées à Mawasi, Khan Younis. D’autres ont fui vers la ville de Deir al-Balah, dans la région centrale de la bande de Gaza. D’autres encore ont choisi de retourner chez eux dans les camps de réfugiés de Maghazi, Bureij et Nuseirat, préférant affronter le risque de mort dans leur propre maison ou au milieu des ruines de ce qui était autrefois leur maison plutôt que de rester à Rafah.

« Si l’occupation israélienne met à exécution sa menace d’invasion, nous serons obligés de fuir pour la troisième fois », déclare al-Za’im. « Mais je n’ai aucune idée de l’endroit où nous irons. Aucun endroit n’est sûr. »

Dans la cour d’une autre école de l’UNRWA dans la ville de Rafah, Mustafa Sheikh al-Eid, 14 ans, est assis avec son ami. L’école grouille de personnes déplacées, avec des files d’attente pour de l’eau potable et d’autres pour de rares conserves.

Mustafa et sa famille, composée de neuf membres, ont été déplacés de leur maison située à la frontière orientale de la ville de Rafah au début de l’assaut israélien.

« J’ai du mal à supporter cette existence, mais j’essaie de m’en sortir », explique M. al-Eid. « Une quarantaine de personnes déplacées partagent ma salle de classe, tandis que ma mère et mes quatre sœurs vivent avec des femmes et des enfants déplacés dans une autre salle. »

« Le Ramadan approche et j’aspire à la joie simple de m’asseoir avec ma mère, mon père, mes frères et mes sœurs autour d’une table », ajoute M. al-Eid. « Il n’y a rien de tel que la chaleur d’une réunion de famille pendant le Ramadan. Je m’inquiète de savoir comment nous allons observer le Ramadan alors que nous sommes déplacés et sous la menace constante des bombardements israéliens ».

Bien que le père de Mustafa soit professeur d’éducation islamique, il ne reçoit pas de salaire car il travaille comme instituteur et que toutes les écoles ont été fermées pour une durée indéterminée. Il est donc extrêmement difficile de nourrir ses enfants, en particulier sa fille Hour, âgée de trois semaines. La situation est d’autant plus difficile qu’ils souffrent d’une pénurie de lait maternisé.

Se remémorant des temps plus heureux, al-Eid se souvient de la vie avant la guerre. « Je suis joueur de volley-ball et jouer avec mes amis après les prières de Tarawih sur le terrain était l’un des moments forts de notre journée, surtout après l’Iftar, notre jeûne », se souvient-il. « Les frappes aériennes israéliennes ont endommagé notre maison. Nous préparions non seulement notre maison pour le Ramadan, mais aussi tout le quartier. La décoration de nos maisons et de nos rues est une tradition commune qui rend le ramadan spécial à Rafah. »

« Je redoute de penser au Ramadan. La consommation constante d’aliments malsains m’affaiblit et m’épuise », déclare al-Eid lorsqu’on lui demande comment sa famille pourrait faire face au Ramadan cette année.

« Pendant le Ramadan, ma mère avait l’habitude de préparer des soupes, des salades et un plat principal que nous dégustions ensemble. Aujourd’hui, nous avons du mal à trouver de la nourriture en petites portions. »

En réponse aux menaces de l’occupation d’envahir Rafah, al-Eid déclare résolument que sa famille ne bougera pas. « Ma famille et moi refusons d’être déplacés de Rafah. Soit nous restons sur nos positions et conservons notre dignité, soit nous périssons ici », déclare-t-il.

Aseel Mousa est un journaliste palestinien indépendant de Gaza.

Source : Mondoweiss

Traduction ED pour l’Agence Média Palestine

Retour haut de page